A propos du choix dans la date du 5 décembre

Les syndicats de pellagreux ont choisi de crier leur colère le 5 décembre. D'autres dates chargées de symboles forts auraient été plus pertinentes. C'est du moins l'avis non autorisé d'un publicitaire bien connu pour faire de la retape pour les montres bling bling.

Choisir le 5 décembre pour manifester, quelle drôle d'idée ! Pourquoi pas le 25 décembre histoire de déconsidérer définitivement les revendications populaires ? Il existe tellement de dates propices à des évocations dans l'imaginaire collectif et, accessoirement, à faciliter le travail des pisse-copie paresseux. Les trois dates suivantes par exemple bénéficiant de l'attirance de la culture anglo-saxonne. Le "black friday" d'abord, une date qui permet d'opérer un rapprochement saisissant entre la journée de la surconsommation des produits inutiles et la revendication pour des conditions de vie dignes. Choisir cette date aurait en outre permis aux  rangs des écolos décroissants de se joindre sans hésiter au mouvement. Plus surprenant, "Halloween", aurait été une date intéressante, faisant naître l'image croquignolesque* de manifestants frappant à la porte de l'Elysée, du ministère des finances et du Medef tout en scandant " des bonbons ou des coups". Des coups pour les gouvernants et leurs maîtres. Le "black tuesday" enfin, qui aurait permis de rapprocher la situation actuelle avec celle de 1929 quand des millions de personnes furent jetées à la rue et sombrèrent dans la misère, terreau propice à l'arrivée du fascisme et au déclenchement de la deuxième guerre mondiale. Décidément, choisir un quelconque et anonyme jeudi de décembre ne renvoyant à aucune épopée de la classe ouvrière et de ses combats ... A moins que cette journée du 5 décembre marque le début d'un vaste et long mouvement protestataire, prélude à un changement radical qui fera qu'on s'en rappellera pendant des générations. 

* croquignolesque n'est pas protégé par aucun copyright abusif

P.C.C Jacques Ces Gars Là, dit La force Tranquille à tonton.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.