Vaccination, de l'adhésion à la circonspection

Les leçons de sciences naturelles et la contemplation permanence de la carte murale "Pasteur vaccinant un enfant contre la rage" affichée sur les murs de la classe de mon enfance, sont sans doute pour quelque chose dans mon adhésion aux campagnes de vaccination.

Les leçons de sciences naturelles et la contemplation permanence de la carte murale "Pasteur vaccinant un enfant contre la rage" affichée sur les murs de la classe de mon enfance, sont sans doute pour quelque chose dans mon adhésion aux campagnes de vaccination. Aujourd'hui, la situation a changé. et pourtant ma collection de tampons de vaccination, accompagnés de leurs rappels, pourrait faire pâlir d'envie le collectionneur le plus opiniâtre. Depuis les rougeoles, tuberculose, bcg et autre coqueluche de mon enfance jusqu'aux tétanos. Jusqu'aux tant décriés et peut-être à juste titre, vaccins contre les hépatites A et B.

Pasteur vaccinant contre la rage © Fernand Nathan ou Vidal Lablache ? Pasteur vaccinant contre la rage © Fernand Nathan ou Vidal Lablache ?
Vadrouilleur impénitent du côté des tropiques, j'ai toujours préféré prendre certaines précautions, d'autant plus quand dans sa jeunesse, on a constaté les dégâts provoqués par ce virus. J'ai même pris un temps ma dose quotidienne de nivaquine, c'est dire. Plus récemment, impossible de procéder à deux rappels, les laboratoires ayant stoppé la fabrication de vaccins jugés peu ou moins rentables que d'autres produits. Pourquoi cette méfiance à l'idée d'être vacciné contre le covid19 alors que l'arrivée prochaine des produits est annoncée ? Que cette "campagne" soit présentée comme un test politique pour ce gouvernement peut expliquer une partie de cette réticence. Le manque de fiabilité dans les informations distillées par des responsables depuis le début de l'épidémie, et la tendance à tordre le bras à la réalité pour en tirer avantage, qu'il s'agisse de masques ou de réforme des retraites. Tout est instrumentalisé pour servir les choix des décideurs, sans parler d'une impréparation, et d'un amateurisme à chaque fois observables. Aucune raison pour que cette la change avec la vaccination aunti-covid19. Une autre raison peut justifier un certaine prudence, la course de rapidité dans laquelle les laboratoires se sont engagés eu égard aux bénéfices à en tirer. D'autant que les fabricants de vaccins refusent de communiquer les données dont ils disposent aux autorités de santé nationales qui leur ont pourtant passé commande. Ayez confiance ... Difficile dans ces conditions sans pour autant tomber dans le complotisme et de l'obscurantisme. Pour la confiance, c'est mal parti et pourtant en 2009, je n'ai pas eu à pâtir de la déplorable campagne de vaccination organisée par madame Bachelot, étant à des milliers de kilomètres de là. Il serait étonnant que celle à venir un succès.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.