A. Buzyn, une star française

A. Buzyn a obtenu une liste impressionnante de récompenses décernées pour avoir fait son cinéma. Quelques prestations remarquées et remarquables tirees de sa filmographie à base d'à-peu-près asymptomatiques du 8eme art, celui de l'illusion et du faux-semblant.

Le prix des auditeurs de l'émission "le masque et le rhume" pour la maîtrise de la méthode Actor studio dont elle a fait preuve dans le biopic (je sacrifie ...) "Comment réussir quand on est conne et pleurnicharde".

Prix Wikileaks pour son interprétation criante de vérité dans "je sais tout mais je dirai rien".

Prix  Gégène Bigeard pour le rôle (muet) dans lequel son courage et sa ténacité ont impressionné les spectateurs, "Elle sait tout, elle voit tout, mais elle cause pas". La suite, attendue pour l'automne a déjà un titre : "C'est pas parcequ'on a quelque chose à dire qu'il faut ouvrir sa gueule ". 

Prix de la Commission parlementaire décerné pour une interprétation tout en discrétion et en retenue dans "Tout ce que vous avez voulu savoir sans jamais oser me le demander". 

Prix de la Glotte pour sa prestation miraculeuse de "Notre héroïne reussira-t-elle à retrouver sa voix en politique ?Signalons l'existence d'une version pirate et contrefaite : "Notre héroïne reussira-t-elle à retrouver une voie en politique ?"

Prix Madame Sans-gêne pour une interprétation pleine d'une désinvolture rafraichissante dans "Mieux vaut etre riche et bien portant que fauché et mal foutu"

Prix C'est pas parce qu'on a planté une administration et un système de santé qu'il faut s'empêcher de faire pareil avec la mairie d'Paris, décerné pour l'ensemble de son oeuvre. 

Prix Buzyn bourré pour "La dame dans l'hôpital sans lits ni soignants "

Prix Foutage de gueule pour "Chéri où t'as mis le chéquier, il faut que j'achète des masques, des respirateurs et des lits d'hôpital".

Enfin, le prix de la femme politique pour 2020 et "L'année de tous les succès".

Derniere minute .... la remise des prix ayant été annulée pour les raisons que l'on devine, la récipiendaire est rentrée chez elle les mains vides mais la conscience chargée. Encore qu'il soit permis de douter de ce dernier point.  rien ne soit certain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.