Grande colère du père Lénervé

"Non contents de foutre le peuple dans la merde avec leurs conneries, les bougres d'engueuseurs le punissent avant de lui présenter l'addition, de le précipiter dans les abymes de la misère et de l'assigner définitivement à résidence". Libelle apocryphe en date du 2 avril 2020, attribué faute de mieux à un aspirant Père Duchesne.

Grand énervement du père Lénervé contre le ci-devant freluquet micro-Macron, le foutu capon Philippaillon et toute leur valetaille qui ont foutu au nez de l’Assemblée nationale une motion d'état d'urgence sanitaire contraire aux intérêts du peuple. Furieux d'être pris la main dans le sac, ces jeanfoutre ont dans l'idée de nous punir des bourdes qu'ils ont commises et de nous les faire payer. Une fois au pouvoir, c'est leur désir à tous, qu'ils soient girondins ou montagnards accompagnés de leurs premiers de cordée. A l'abri dans leurs châteaux, les affameurs attendent le ruissellement qui fait pousser leur fortune pendant que le toit percé de ses masures ne nous fait profiter que de l'inondation et de l'humidité. Cette fois encore, c'est certain, ils lèveront une Contribution de Solidarité Antivirale pour permettre aux Émigrés de Coblence et de Bruxelles de ne pas manquer de viande pendant que nous nous casserons les dents sur des quignons rassis. Les tournées journalières de la maréchaussée sont organisées pour imposer les vagabondages et éviter que le petit peuple, parqué dans les fillettes de Louis le onzième, mène une guerre des masques.   

Comme il reste encore quelques bons bougres du peuple des groupes parmi ces gueux d'aristos d'un nouveau genre, les pétochards n'osent pas rétablir la voiture à trente six portières dans laquelle ils rêvent pourtant de nous faire tous monter pour nous passer la cravate à Capet. A la place, les filous mijotent un dernier coup de chien, rabaisser le bon peuple au niveau d'un animal. Après l'avoir laissé paître de cul et de tête dans les terrains engrillagés du salariat, ils ont profité qu'il était mis à quia par une fièvre quarte pour lui passer la laisse du confinement qu'ils ont bien vite remplacée par un collier étrangleur. Foutre, citoyen sans-culotte, attendras-tu le dernier abus ? Qu'on te plante dans le cou une puce comme à un chien ? Gare au baragouin des marchands de phrases qui te jetteront la poudre aux yeux en jactant de santé et de sécurité pour te cacher qu'il ne s'agit que de te moucharder auprès des maitres et des marchands. Mais ta santé, ils n'en ont rien à foutre, c'est simplement un argument pour cacher leur margouillis. D'ailleurs, le tyran a ordonné l'ouverture des relais de poste et le maintien d'activité pour certaines corporations. Peuple braillard et gavé de tout, débadaude-toi des écrans. Rappelle-toi Totor : ce siècle avait vingt ans et déjà Monsieur Thiers percait sous Macron. Secoue ton collier à puces avant d'être sucé jusques aux sangs ou d'éternuer dans le sac. Mesdames Buzynâtres, Ndyaeditaires et autres aboyeurs de la Remauté, vous tous, matins redoublés, prenez garde. Après la parade arrivera la tragédie, gare alors au hachis qui suivra le post-confinement. 

Ecoutez la belle jactance de ce bon bougre d'Henri Tachan, "le grand méchant loup" : 

https://www.youtube.com/watch?v=rj8ucDz3bUY

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.