La tribune des vieilles ganaches

La ganache peut être une préparation pâtissière ou une personne radoteuse, incapable et bornée. Quand elles sont vieilles et rances, les ganaches sont militaires. Il faut alors les mettre au frigo, pour éviter qu'elles provoquent des indigestions. La chanson de Maurice Fanon, "La petite juive" est en définitive la meilleure reponse à lapporter à "ceux qui usent de la France comme d'un rince-cul".

Une tribune signée par des généraux en retraite "contre le délitement de la France" paraissait le 21 avril 2021 dans Valeurs Actuelles. Une précision liminaire, l'objet des plaintes de ces patriotes qui ont "montré leurs fesses aux quatre coins de la terre" (M. Fanon) , ne portait ni sur les privatisations, la politique fiscale, le démantèlement du service public ou la répression brutale des opposants.   gouvernement. Toutes choses qu'au contraire les rampouilles galonnees et leurs copains fachos ne manqueront pas de poursuivre et d'amplifier le jour où ils arriveront au pouvoir. 

La ganache est une préparation à base de crème et de chocolat que le marmiton utilise pour glacer un opéra, fourrer un gâteau ou décorer une pâtisserie. C'est aussi une personne radoteuse, incapable et bornée. Il était donc logique que, par extension,  ce substantif convienne parfaitement à la soldatesque. Observons quelques exemples. La ganache militaire n'est ni la crème de l'intelligence ni la crème de l'humanité. Elle fait toujours chocolat les peuples qui acceptent de se soumettre à leur raison. Alors, les ganaches la leur fourrent profond. On voudra bien excuser cette expression de chambrée, utilisée pour apporter une couleur locale indispensable à qui adopte une démarche scientifique. Devant le monument aux morts, lors des célébrations des massacres dont il est responsable, la ganache arbore son plus bel air naïf, sa plus belle tête d'incredule. La ganache "fait le chocolat". En attendant c'est la population qui a été faite chocolat. Si le terme "ganache" connaît plusieurs acceptions, l'acceptation à la soumission au "militaire", provoquerait dans la population une crise de foie, une.indigestion et un écoeurement accompagnés de haut-le-coeur et de vomissements.  

Quand elle a dépassé la DLC (Date Limite de Connerie), la ganache devient rance et aigrie. On la qualifie de "vieille ganache". On regrette trop tard d'avoir négligé d'enfermer ces badernes, ces vieillards radoteurs et gâteux au frigo. C'est en effet un terrain extrêmement favorable au développement des bactéries fascistes. Une fois contaminé, le corps social éprouve de grandes difficultés à lutter contre elles et il existe peu de médicaments capables de protéger et d'éliminer les attaques de l'ordre et du patriotisme. Pour guérir de cette interminable gueule de bois, il faut attendre que des laboratoires découvrent un remède miracle or, en France, les gouvernements successifs ont bien pris soin de couper les ailes à la recherche médicale tout en investissant dans des états d'urgence propres à affaiblir les défenses immunitaires. Ce diagnostic doit nous rendre plus vigilants pour éviter de devoir manger la recette publiée le 21 avril dernier par de vieilles ganaches auxquelles se joindraient les plus jeunes pousses de la maréchaussée. Il serait dangereux de se foutre du Thiers comme du quart des propos séditieux tenus par ceux-là mêmes qui  "Cocufiaient Madelon dans les bras de Marlène", des factieux qui sont tout sauf facétieux, des pioupious gâteux, pas des papas gâteaux.

La petite juive - Maurice Fanon © Maurice Fanon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.