Supporters, euro, JO... remettez-nous une tournée de confinement

Patron Macron, remettez-nous votre tournée. Cinquante jours de confinement avec couvre-feu entre le 11 juin et le 11 juillet 2021 puis entre le 26 juillet et le 11 août 2024 pour échapper aux supporters de foot et aux accrocs des JO, la pénitence n'est pas très lourde.

Monsieur Macron, monsieur Véran, chefs bien aimés, remettez-nous une tournée de confinement, du 11 juin au 11 juillet 2021 puis du 26 juillet au 11 août 2024. La formule all inclusive avec couvre-feu s'il vous plaît. Promis, juré, craché, dans le coude, personne n'ira évoquer un enfermement ou un emprisonnement, en revanche, on louera la fonction de protection sanitaire.  Et puis quoi, à peine deux mois en tout, à peine deux mois qui nous épargneront les nuisances des meutes hurlantes, patriotes, nationalistes, chauvines, décérébrées, vêtues de tee-shirts bleus et maquillées façon drapeau tricolore, castagneuses et imbibées d'alcool. Vu l'ambiance délétère et dix de ter, on njest pas à l'abri d'un acte terroriste. Coup de chance, l'Algérie n'a pas encore été intégrée à l'Europe. La Truquie  en revanche....  Vous qui avez réussi à imposer le télétravail, vous devriez parvenir sans peine à faire accepter l'euro de foot et les JO parisiens en spectacles distanciels. Vous nous avez  gavé avec l'avenir de la France qui ne pouvait être que virtuel et son salut venir de la start-up nation. Messieurs, il faut passer à la pratique. Cette mesure éviterait la gabegie environnementale inéluctable qui s'en suivra, donc contribuera à respecter les engagements pris à la COP21 et surtout, vous permettriez aux flics de recharger leurs batteries et leurs tasers avant les mouvements sociaux de l'automne. Autant de temps passé à se perfectionner au maniement du LBD, au jet de grenade de desencerclement et à la course en nasse, toutes épreuves figurant au programme des futurs jeux olympiques mais qui valent à notre démocratie républicaine de se voir réprimander par les instances internationales droits de l'hommistes (1). Remarque... à voir les voisins revenir avec leur nouvel écran géant, les coffres remplis de packs de bière et à voir les drapeaux pendre aux fenêtres, je me demande si je ne préfère pas les savoir dehors. 

une nouvelle occasion de rappeler les ouvrages de Jean Marie Brohm sur "les shootés du stade" (à l'époque, seuls les mâles étaient atteints de cette pathplogie) et les jeux olympiques de Berlin. A lire pendant les mi-temps. 

(1) citation d'Eric Zemmour sans garantie mais il a dû dire ça un jour ou l'autre. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.