Balkany est reparti les mains vides (de la Croisette)

L'Houdini de Levallois possède une expertisépour le bonneteau fiscal qui n'est plus à démontrer. En revanche, ses talents dans le domaine de l'audiovisuel de rue ne sont pas récompensés comme il convient, une injustice à réparer.

L'air abattu du Jean Rouch du 92 ne trompe pas, le manque de reconnaissance de l'industrie du cinéma à son egard lui semble  particulièrement cruel. Alors que depuis ses plus jeunes années, son ambition légitime le poussait à figurer en haut de l'affiche (1), une fois de plus, il est reparti de Cannes, les mains vides. Malgré une contribution impressionnante dans le domaine de la vidéo d'espaces publics, rien. Aucun trophée pas même la moindre citation (sinon une à comparaitre) n'est venu récompenser l'Orwell du 92 pour son implication dans le domaine du cinéma vérité et de la création audiovisuelle de rue. Il  est méprisé par les "professionnels de la profession ".

Tiré du film , Patrick le gilet jaune de Levallois © jean claude lénervé Tiré du film , Patrick le gilet jaune de Levallois © jean claude lénervé
Pourtant, depuis 1991, c'est avec une remarquable constance et une fidèle Isabelle que l'Hoover du front de Seine enrichit le catalogue de la section "Souriez vous êtes filmé" des cinémathèques du réseau Bertillon des milliers d'heures enregistrées par les caméras de vidéosurveillance de sa ville. Disciple des philosophes voyeurs, il fut le premier maire français (2) à utiliser cette technologie afin d'épier le comportement de ses concitoyens. Ceux-ci en figurants accomplis du "Village" lui en surent sans doute gré puisque le "Bourreau des urnes" remporta plusieurs combats électoraux, même pas truqués. Certes, lors de la pose des premières caméras, on entendit râler les éternels droits-de-l'hommistes, ennemis du progrès technologique et on aurait pu craindre pour la longévité de sa carrière. Cependant, le constat de cette candidate-militante du parti socialiste s'est vérifié : " à Levallois ça pue la trique et c'est pas prêt de sentir la rose"(3). Depuis, l'opinion, malléable, réclame toujours plus de surveillance, de fouilles d'effets personnels, d'intimité violée, exploitée à des fins publicitaires et policières. Plus encore que faire jouer les ressorts sécuritaires, c'est en titillant le besoin de peopolisation des habitants que notre guette au trou a gagné leur soutien, chacun pouvant désormais accéder à son fameux "quart d'heure de célébrité". Il suffisait d'un passage dans le champ des caméras, d'une seule diffusion sur la chaîne de télévision en circuit fermé, à l'audience pourtant bien limitée, pour obtenir enfin la précieuse convocation à un photo call suivi d'une séance de signature dans l'arrière salle du commissariat de police local. Je te raconte pas la jalousie des copines et des copains. 

Ce grand précurseur a inspiré de nombreux talents et si le modèle a depuis été perfectionné, sans le grand Timonier du 92, la creation audiovisuelle n'aurait peut-être pas connu le grand bond en arrière de la télé réalité qui n'est au bout du compte qu'une déclinaison ludique et volontaire de la vidéosurveillance appliquée à un cadre privé voire intime. Il suffit en effet d'agrémenter les images à peine volées de confessions publiques pour que le loft voie le jour. Certes, des grincheux ont dénoncé un plagiat éhonté des méthodes en cour dans les régimes autoritaires, arguant de la participation de ces programmes à la mise en place d'une démarche de soumission généralisée, passivement acceptée.  N'empêche, en ces heures difficiles que traverse B.B.B. (Big Brother Balkany), les chaines télévisées et leurs producteurs devraient lui témoigner publiquement leur reconnaissance. Au lieu de quoi, ces ingrates répètent à satiété la liste de ses infortunes actuelles que des jaloux s'empressent de commenter en société. Ajoutez à celà l'infortune de devoir recourir aux ervices d'un avocat grognon et sans doute dyslexique puisque devant les caméras, il s'adresse à cet homme de 71 ans comme s'il en avait 17, lui faisant la morale et lui coupant impoliment la parole.

En attendant, et comme d'habitude les chinois raflent la mise. La chose se sait peu mais à l'occasion du jumelage entre Levallois et Beijing, les visiteurs officiels chinois furent impressionnés par l'efficacité des méthodes de surveillance des citoyens. Sans parler des profits financiers pour les parties concernées sur le dos des habitants. De retour chez eux, ils en firent état et des recherches furent engagées dans le cadre du programme dit des quatre modernisation. Aujourd'hui, la reconnaissance faciale est bien en place dans l'empire du milieu et sur ses bords. Nul doute que demain, les dirigeants des lointaines provinces européennes seront séduits à  leur tour et qu'ils verront les avantages à utiliser cette technologie. Un juste echange de services et un bel exemple de coopération entre états. En attendant, notre Citizen Kane l'a decidé, en 2020, le festival international du cinema de Cannes se tiendra à Levallois Perret à moins que Marrakech ou Saint Barth' ... P.C.C. Agence L.T. (Levallois Today)

(1) Pasqua, Sarkozy et lui avaient prevu de tourner un remake du western "le bon, la brute et le truand". Le projet dut être abandonné, aucun d'eux ne voulant jouer le rôle du "bon". 

(2) les premiers, les nazis utilisèrent cette technologie pour contrôler l'état d'avancement des fusées V2. Et en 1965, une ville adopta la vidéosurveillance mais elle était américaine.

 (3) je voudrais remercier mes parents et mon producteur mais surtout la Comtesse. Pour son album

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.