« Les gens » …  la victoire se dessinant chaque jour davantage, il était urgent que vous preniez connaissance d'une série de mesures provenant de mon journal de campagne et que je prendrai dès que Ma Victoire sera proclamée par ces empaffés de présentateurs.

  • Hollande nommé ambassadeur au Venezuela. Il devra s'y rendre en pédalo (la COP 21 en action). Putain, la vengeance !

  • Célébrer Ma Victoire en prononçant des discours hologrammés sur des estrades sonorisées installées dans les rues, sur les places et devant les statues et les stations de métro « Simon Bolivar » et « Maximilien Robespierre ». En cas de manque, rebaptiser illico une ou deux gares parisiennes et les aéroports.

  • Europe : faire lanterner ces lavettes de chefs d'état jusqu'à Noël . J'aurai alors reçu mes cadeaux, une panoplie de dompteur pour affronter Merkel et une paire de gants de boxe pour taper du poing sur la table. Avec ça, je serai paré.

  • Le Grand Chantier du Septennat (eh oui, je rétablis le septennat, trop dur d'arriver au pouvoir) : transformer les locaux des solférinistes en nouveaux logement et bureaux réservés à Mon Excellence-Moi-Même. Le plaisir de contempler leurs tronches de poissons avariés jetés à la rue fera oublier l'exiguité des locaux.

  • Mon mouvement « La France insoumise » sera transformée en « Ma gauche Singulière ». Semer des graines d'insoumis, n'est jamais très prudent.

  • Gastronomie : A la soupe ! Reprendre avec le PS, les mesures avec lesquelles Mitterrand mon maître avait fait disparaître le PCF. Une fois le PS liquidé, faire de même avec ces rigolos d'écolos et ces charlots de cocos. Pour faire passer la sauce, réserver quelques demi-maroquins et circonscriptions perdues d'avance ainsi que des invitations à la garden-party du 14 juillet. Rajouter quelques décorations pour que la file de lèche-culs à mon service s'allonge.

  • Ma démission : la seule erreur de campagne. Trop claironnée pour pouvoir reculer. Cependant, il n'est pas question de laisser une équipe de jeunes branleurs idéalistes (et ambitieux) foutre mes projets par terre. J'ai prévu une démarche en deux temps : la démission puis, dans la foulée, ma nomination par acclamations au rang de « Père de la Nation ». En plus du côté honorifique, sorte de «  vieux sage », les fonctions rassembleront les pouvoirs d'un premier ministre ex-machina et celles d'un président du conseil constitutionnel. Pas mal, non ?

  • Liste des Fêt Nat : la fête nationale de Ma République pourrait être célébrée le jour anniversaire de Maximilien. A moins que la date de proclamation de la victoire du « non » au référendum de 2015. Pour choisir, organiser un référendum citoyen et des assemblées participatives.

  • Politique étrangère : ce blanc-bec de Macron a vendu aux médias (eux-mêmes des vendus) un coup de fil à Obama. Pour l'entre-deux tours, trouver un chef d'état présentable vers qui me tourner. Fidel, Chavez ? Trop tard. Poutine ? Pas nécessairement une bonne idée. Consulter Séguéla sur la question.

  • La retraite à 60 ans : tu rêves ! Des fois que des « mauvais esprits » soient tentés de me l'appliquer.

  • Déchéance de nationalité : récupérer les listes d'émargement de chaque bureau de vote. Les abstentionnistes n'ayant au moins pas voté pour moi, on leur appliquera la déchéance de nationalité.

  • Programmes scolaires : vérifier la présence de l'Alliance Bolivarienne dans les programmes de français, d'économie, d'histoire et de géographie. Et ce, dès l'école primaire.

  • Santé : le diabète sera déclarée grande cause nationale (le Sucre... oui, je sais)

     

    Samedi 22 avril 2017, il est vingt-trois heures. Demain sera une journée chargée mais sans doute victorieuse. La rédaction de ce journal de campagne est désormais achevée, c'est le moment d'occuper une fonction douce à mon ego.

C'est alors que, pyjama froissé, entre ses draps trempés, François Hollande se réveille en sursaut. « Ras le bol de ces cauchemars à répétition », se dit-il. « En février, Fillon me fourguait des costards, en mars Le Pen me reconduisait à la frontière, le premier avril Benoît la Fronde me faisait loucher à force de diverger vers les écolos et les « insoumis ». La semaine passée, Brigitte M. remplaçait ma Julie G. Ce soir enfin, l'insoumis en culotte de peau me tyrannise. Manquerait plus qu'arrive une invitation de Valls pour la création de son courant « démocratie et 49.3 » ou bien d'Aubry à tenir un stand à la braderie de Lille (celui de la fédé' du Nord ?). Heureusement, la sorcière, elle, a l'air d'avoir définitivement fait ses Valoches. Vivement la quille » !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Depuis le debut je dis que ce type est fourbe!!!!