Le presque texte de l'intervention d'E. Philippe

La réponse "écolo" au mouvement des gilets jaunes. Les mesures ci-dessous avaient été envisagées un temps par E. Philippe pour montrer que le gouvernement ne se limitait pas à pénaliser les moins fortunés de nos compatriotes. Heureusement, le bon sens ayant rapidement repris ses droits, l'ancien salarié d'Areva s'est contenter de dessiner en creux les contours d'un futur nucléarisé.

On trouvera ci-dessous les grandes lignes du discours que devait prononcer le premier ministre et les projets de mesures qui auraient dû être prises au plus vite, le recours au 49.3 ayant même été évoqué. Hormis l'objectif "make the planet great always", on souhaitait également démontrer aux "gilets jaunes" que les classes populaires et précaires n'étaient pas les seules visées. Par chance, la raison, s'exprimant par la voix de lobbies de tous ordres, est rapidement revenue au sein de l'exécutif. 

- Surpopulation : la première urgence. Lutter contre l'accroissement insensé de population qui provoque l'augmentation de déchets, de pollutions diverses tout en créant des pénuries. Pour ce qui concerne la France, le gouvernement supprimera les avantages octroyés aux familles ayant plus d'un enfant. Avec campagnes de promotion et d'éducation visant à limiter à un seul, le nombre d'enfants par adulte. Bénéfice attendu, moins de chômeurs.  

Il ne faudrait pas pour autant négliger la lutte contre la production et la consommation d'énergies fossiles. Afin de ne pas être accusé d'initier des mesures qui ne pénalisent que les moins fortunés de nos compatriotes, voici les mesures qui seront prises : 

Camping cars : interdiction de fabrication, d'importation et de circulation sur le territoire national de ces moyens de téléportation hideux, toujours plus volumineux et qui outre leur consommation excessive de carburant, défigurent les endroits où ils s'installent. D'autant que comme le rappelait un utilisateur "on m'a vendu la liberté des grands espaces mais je n'ai trouvé que la file d'attente devant les fosses à vidange et les antennes des télévision en guise de végétation sauvage".

 4x4 : leur circulation sera interdite en ville et sur les routes goudronnées. Mesure reportée en cas d'inondation, de séisme ou de guerre civile. 

Véhicules diesel, légers et autres : la fabrication en sera interdite dès après le vote du parlement.  

Circulation aérienne : nous limiterons drastiquement les autorisations de décollage, d'atterrissage et de survol du territoire national. Comme le tourisme est devenu un gros utilisateur de ce moyen de transport, cela pénalisera essentiellement les vacanciers souhaitant passer huit jours en Thaïlande ou à Istanbul. Passer leurs vacances en France, permettra de passer davantage de temps en couple ou avec leurs enfants. 

Croisières maritimes ou fluviales : tout navire de croisière ou yacht entrant dans l'espace maritime français sera arraisonné par les garde-côtes et coulé s'il ne fait pas demi-tour. Les bateaux mouches et autres traîne-couillons circulant sur les fleuves et dans les villes, auront obligation de couper micros et haut-parleurs et ne pourront circuler qu'en journée week-end et jours fériés. 

Compétitions sportives : la France n'organisera ni ne participera plus de JO, de championnats de foot (notamment), de courses automobiles.  Finis les constructions inutiles, l'excès de pollution, l'abus de transports, le dopage, l'esprit de compétition chauvin et frelaté. A la place, le ministères de la jeunesse et des sports proposera des courses de caisses à savon et des joutes festives sans enjeux.  

 Publicité : interdire ce mal endémique à l'origine de nombreux achats trop souvent inutiles, consommateurs d'énergie et générateurs de déchets.

Le texte prévoyait également de limiter le nombre de centres commerciaux à un par commune, d'en interdire toute nouvelle implantation et d'interdire les  plate-formes de ventes en lignes (le dernier kilomètre) et les livraisons de repas à domicile. Sauf pour les personnes à mobilité empêchée (des électeurs).  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.