Le rechauffement climatique c'est plus efficace que la guerre froide

La destruction de l'Humanité est une chose trop sérieuse pour la confier aux seuls militaires. Par chance, le capitalisme en a fait sa priorité et utilise les armes du réchauffement climatique plus efficaces que celles de toutes les guerres froides qu'on voudra. On peut regretter le temps perdu. Pauvres, gare à vous, ça va chauffer !

L'éradication des pauvres, des miséreux, du populo, des prolos et des classes moyennes aux CSP plus ou moins plus, tout ceux qui ne relèvent pas de l' "élite" est un objectif des classes dominantes qui en ont peur, ce qu'on constate une fois de plus avec Macron. Aujourd'hui le GIEC prédit que le rêve de Thiers est en passe d'être atteint. Comme quoi l'efficacité militaire relève de la légende. Dépassé l'arsenal classique, au rancart les couleuvrines et les canons, les orgues de Staline et les bombes japonaises de Truman, les tranchées de 14 et le mur de Berlin, les avions du 11 septembre et la guerre des étoiles, les guerres de religion et la guerre froide, le génocide des juifs et celui des des rwandais, le progrès technologique permet d'agir plus rationnellement et sur la planète entière. Déjà, avec les bagnoles, les résidences secondaires, la nourriture industrielle ou l'amiante des résultats encourageants étaient obtenus mais rien qui soit encore très convaincant. Il fallait sans doute procéder à des tâtonnements pour déterminer la stratégie qui est aujourd'hui adoptée, celle du changement climatique. Développée pendant la deuxième moitié du XXeme siècle, elle se trouve confortée et amplifiée à la fin des années 90. La guerre froide ne remplissant pas sa mission, on allait souffler le chaud climatique. Oubliant ses faux-nez habituels, religion et nationalisme, le capitalisme a mobilisé tous les moyens à sa disposition pour éradiquer la pauvreté de la planète ou plutôt pour débarrasser la planète de la présence révoltante et dégoûtante des pauvres. Économie de marché, productivisme, consumérisme, développement du crédit et obligation d'un compte bancaire, publicité, culte de la vitesse, délocalisations, populationnisme, médias, lobbies ... une stratégie payante puisque sauf imprévu et incident de dernière minute, l'objectif semble en passe d'être atteint. La planète devrait devenir rapidement invivable, surtout pour dont les moyens financiers sont limités. L'élévation de température annoncée devrait provoquer dans un premier temps la mort des plus fragiles, avant de s'attaquer, par une solidarité de mauvais aloi aux autres couches de la société. Les populations de pays entiers devront s'exiler vers des territoires plus préservés pour échapper à la pénurie ou la disparition de ressources naturelles, aux conséquences de l'extinction d'une partie de la faune et de la flore et à celles dues à la marchandisation du vivant, air et eau compris et à l'apparition de pandémies et de bactéries jusque-là inconnues. La science a fait des progrès depuis Claude Allègre, l'ami de Jospin et nous pressentons que ces situations surviendront inéluctablement. Les habitants des pays de destination répliqueront par la haine et la violence et au bout du compte, des conflits naîtront entre pauvres et un peu moins ou un peu plus pauvres. Hé, les happy très très few, vous pourriez lancer des paris sur l'issue de ces combats, une occupation plaisante. Déjà certains parmi les plus riches et les plus puissants d'entre vous, prennent leurs dispositions pour survivre sans trop de désagréments dans ce nouveau monde agité. Quelques uns réservent des vols interplanétaires, d'autres achètent des îles lointaines mais votre préférence va aux résidences sécurisées dans lesquelles vous espérez être à l'abri des phénomènes climatiques et de la colère de ghettos.

Malgré la propagande à laquelle des décroissants de mauvaise augure se livrent, la victoire est à portée de caddy, ce que confirment les rayons des centres commerciaux, les camping cars et les grosses cylindrées des clients et la bonne santé du secteur de la téléphonie. Seuls les chiffres du transfert aérien sont décevants. Souhaitons que la situation retrouve son compte de kérosène brûlé. Que les défenseurs des espèces menacées se rassurent, il faudra épargner quelques pauvres pour remplir les tâches ménagères et subalternes et surtout, quel plaisir éprouverait-on à être riche si les pauvres disparaissaient tous ? On risquerait de devenir le maillon faible. Que nos amis les pauvres me permettent ce conseil, faîtes comme vos ennemis les riches, préparez-vous au mauvais temps qui vient. En bord de mer, apprenez à nager, achetez une bouée, cirez vos palmes, apprenez le tuba, faîtes provision de masques ou n'importe quoi d'autre qui vous vient à l'esprit mais an-ti-ci-pez !  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.