Conseil des ministres post convention pour le climat

La porte-parole Sibêbête a donné la liste des propositions choisies parmi celles de "la convention pour le climat" dont le gouvernement s'emparera. De quoi permettre à notre bien-aimé président, toujours vert de faire quelques annonces "choc".

- Proposition présentée par le ministère de l'intérieur (proposition soutenue par le secrétariat perpétuel de l'académie française) "Pour une castagne plus respectueuse de l'environnement et permettant d'enrichir le répertoire d'expression des contrevenants - Les bidules et les matraques seront peints en vert, ce qui permettra à ces têtes de bois d'assimiler le sens de l'expression une volée de bois vert".  

D'autre part, nous proposons que les véhicules des forces de l'ordre roulent au carburant vert.

- Ministère de l'agriculture : l'Onf sera chargée d'habiller les arbres des forêts de couleur kaki. Sans doute pour permettre un meilleur camouflage des chasseurs.

- Secrétariat d'état au tourisme : lancer une campagne de réhabilitation du tourisme envers et contre tout.  

- Ministère de l'éducation nationale : réhabiliter la pratique des vers et de la versification

- Ministère des armées (proposition soutenue par le front national) : réhabiliter la couleur vert de gris pour le port des uniformes, qu'on a présenté d'une façon beaucoup trop négative après la deuxième guerre mondiale.

- Secrétariat d'état à la recherche : lancer un programme ambitieux de voyages interplanétaires en direction pour vérifier que Nicolas Hulot n'ait pas demandé l'asile climatique aux petits hommes verts. 

- Secrétariat des contes et légendes et des campagnes électorales, (proposition soutenue par le ministère de la culture) : faire sponsoriser la pièce de Joel Pommerat " Cendrillon" par la marque André, "le chausseur sachant chausser". 

- Secrétariat au petit commerce ( proposition soutenue par le ministère de la culture) : relocaliser la production des pantoufles de vair (celles de la marque Patrick). 

Le président termina le conseil des ministres d'un air sévère "Si après ça, les écolos ne sont pas verts de rage, c'est à désespérer"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.