off. sup. retraité ch sinécure cour des comptes

La France éternelle sait récompenser les enfants qui sacrifient leur vie pour elle. Officier supérieur retraité, plutôt que de lever les couleurs à Pole emploi ou d'assurer le service d'ordre chez Pineau ou Arnault, engagez-vous, rengagez-vous à la Cour des Comptes, une sinécure très correctement rétribuée.

Pour rejoindre la cour des comptes, il faut avoir "fait" l'ENA. Mais il existe aussi un "tour extérieur" ouvert sous conditions aux fonctionnaires de catégorie A. Des officiers supérieurs à la retraite peuvent également intégrer l'institution. Avoir "promené ses fesses aux quatre coins de la terre" (Maurice Fanon) apporte sans doute des compétences suffisantes pour exercer la fonction d'auditeur auprès de la vénérable institution, talents qui pourraient être utilisés pour transmettre les vraies valeurs et devenir éducateurs. De mercenaires ou d'agents de sécurité, par exemple. 

Recopié du site de cette institution :

"par application de l’article L. 4139-2 du code de la défense qui permet à des officiers supérieurs souhaitant se réorienter vers une carrière civile d’intégrer la Cour des comptes au grade d’auditeur de 1re classe;

La rémunération moyenne mensuelle nette*  primes comprises, des magistrats de la Cour s’échelonne entre 4 200 € (pour un jeune magistrat) et 9 250 € (pour un conseiller maître en fin de carrière). Au sommet de la hiérarchie, la rémunération mensuelle nette du Premier président et du Procureur général est de l’ordre de 14 500 € et celle des présidents de chambre de la Cour de 12 500 €."

De quoi apporter un peu de beurre dans le rata des tueurs professionnels qui ne peuvent plus prétendre au versement de primes très confortables dès lors qu'ils sont à la retraite. La république bonne fille, a heureusement prévu de quoi remédier à cette injustice ce qui n'a rien d'étonnant pour une constitution inspirée par un général à la retraite. Belles jeunesses françaises, engagez-vous, rengagez-vous, commencez par massacrer au Mali ou ailleurs et quand l'heure sera venue, rendez-vous à la Cour des Comptes. 

 * c'est moi qui souligne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.