La carte postale de Dard Malsain en voyage au procès de George Floyd

La carte postale que Dard Malsain, en vacances à Minneapolis (USA), a envoyé à ses proches à l'issue du procès de George Floyd.

Chers Amis syndicalistes, Chers Amis de la police, Chère Marine,

Après une année bien remplie, j'ai décidé de me mettre au vert (1) au pays du dollar, bien que Donald, notre modèle ait quitté les lieux. Le guide du petit policier mentionnant la tenue d'un procès à suspense. Un agent policier victime du comportement de George Floyd, cet "afro américain" (2) qui s'était débattu lors de son arrestation. J'ai donc traversé la frontière pour me rendre à Minneapolis, en Afro-amérique (2), ce nouveau pays découvert par les médias et les groupes communautaristes. J'ai assisté horrifié au procès qui avait lieu au Palais de l'Injustice. L'avocat du défenseur du parti de l'ordre a eu beau rappeler que "l'afro-américain" connaissait des problèmes de santé, qu'il avait ingéré des drogues et que le policier avait même reconnu avoir commis «une erreur de bonne foi» ( qui n'a jamais commis d'erreur), rien n'y a fait, pas même la suspicion de partialité à l'égard d'un membre du jury présent dans une manifestation anti-raciste. Le verdict, digne d'une plaidoirie de ce looser de Dupont Moretti a condamné votre collègue d'outre Atlantique à de la prison ferme. Ce verdict injuste témoigne des conséquences de l'élection du démocrate. Depuis, comme on le voit, l'insécurité frappe violemment nos amis américains du maintien de l'ordre. En France, nous sommes heureusement à l'abri de ce genre de scandale. Chez nous, les vieilles et les vieux savent qu'ils ne doivent attendre aucune pitié, aucun traitement de faveur et qu'il leur est conseillé de passer un test à l'effort avant de se rendre dans une manifestation. Quant à vos camarades policiers, ils sont assurés que nul magistrat tatillon viendra jamais leur chercher des poux sous la casquette et que la France ne connaîtra pas pareil scandale. Tant que nous resterons vigilants, que nous contiendrons les assauts des barbares qui font le siège des institutions et bien sûr tant que je serai au pouvoir.       

(1) non, je ne suis toujours pas proche des écolos.   

(2) expression recopiée du micro et des articles des médias français 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.