Pendant la vidéosurveillance, on collecte les adresses électroniques

Coup double à Aurillac (Chine ?) : vidéosurveillance des promeneurs et collecte des adresses personnelles des appareils électroniques à l'intérieur d'un seul et même périmètre.

Aurillac ... le maire PS-terra nova de la capitale cantalienne(1) doit être un zélateur de Balkany ou de Wauquier le président de région, à moins qu'il ait effectué un voyage d'études en République Populaire de Chine. En effet, depuis le début de son mandat, ce garant des libertés individuelles a fait installer une douzaine de caméras dans le centre de la cité géraldienne (2). Quand on connaît l'insécurité qui règne dans ses rues on se demande par quel laxisme, la troupe n'occupe pas les rues de la préfecture. Pour faire face aux meutes paysannes qui brûlent des pneus ou déchargent du purin, pour reprendre le terrain laissé à la mafia des quota laitiers ou aux trafiquants de chou farci, l'élu a décidé d'intensifier la surveillance de ses administrés. Pour leur bien et leur tranquillité, selon la raison invoquée en pareilles circonstances. En fait, il est question de stupéfiants et de menues violences.

 © XXXX © XXXX
Pour compléter le dispositif, un panneau, place Gerbert, un des lieux stratégiques pour le commerce local. On y lit que le promeneur participe, sans doute involontairement, à une opération de collecte "des adresses MAC WIFI afin de réaliser des statistiques de mesure de flux de la zone de chalandise". Pour nos amis ne pratiquant pas couramment le geek, les adresses "MACWIFI" sont des sortes de plaques d'immatriculation des appareils électroniques. C'est donc à un fichage en règle que la mairie se livre. Pour la forme, on averti des habituelles fariboles relatives à la protection des données. Qua t aux images, elles sont "déportées"(3) au commissariat local ce qu'on nous demande de considérer comme La garantie du respect de l'anonymat et de la protection des données. D'aucuns pourraient plutôt y voir plutôt la contribution obligée à un big data quelconque. En somme, pour cet élu auvergnat, tout est bon dans le cochon de citoyen, des vidéos de surveillance aux adresses, sans doute transmises aux Pères Noël-ordures de la consommation. La proximite du festival de théâtre de rue oblige à explorer une autre explication possible ; il aurait été placé là, par une compagnie comme Generik Vapeur pour annoncer un de leurs habituels spectacles déjanté

(1) et non pas cantzloue !

(2) Appellation d'Origine Homologuée

(3) c'est le terme officiel. Une illustration de l'humour dans l'administration ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.