Rendez-vous à la prochaine gastro (dans le Transilien)

ou ... "la philanthropie de l'ouvrier charpentier", un billet d'(à peine) anticipation écrit avec l'aimable participation d'Idf mobilités, le syndicat des transports en commun de la région Île de France.

On voudra bien excuser cette sorte d'outrage à ce qui fut autrefois un service public mais les responsables de la SNCF font chier. Je m'explique. Depuis la livraison des rames du constructeur canadien Bombardier, les nuits des contrôleurs des trains de la région Île de France sont hantées par la crainte d'une épidémie de gastro (1). Ce n'est pas que ces salariés craignent d'en être victimes mais ils redoutent les conséquences, désagréables, qu'aurait une épidémie de cette nature parmi la population des voyageurs banlieusards. Il n'est qu'à imaginer le ballet de ces stewards à casquette arpentant les couloirs, rouleaux de papier toilette en main, prêts à secourir les passagers aux visages marqués par la crispation d'un serrage de fesses intense. Armés de seaux et de serpillières, on les verrait nettoyer les souillures laissées par leurs frère.e.s (2) de misère dont les boyaux se vident sans discontinuer. L'autorité des transports de la région et sans augmentation du prix du billet offrant aux passagers fatigués une superproduction en technicolor et en odorama : "la philanthropie de l'ouvrier charpentier". A cette étape, il peut être utile de préciser à nos amis provinciaux qui tiennent les franciliens pour de bien étranges personnes aux moeurs déraisonnables que dans son infinie sollicitude à l'égard des usagers de ses clients, le maître d'oeuvre ferroviaire (j'ai réussi à le placer) autrement dit, les crânes d'oeuf élevés au mauvais lait du marketing et dont le regard n'est plus fixé que sur la ligne tordue de la productivité et de la réduction des coûts.ont jugé superflu de commander des cabinets de toilettes dans ces rames pourtant flambant neuves (3). De zélés zélateurs de l'école libérale "modernité et ouverture à la concurrence". Lheure et demie que dure un Paris - Montargis (4) autorise toutes les catastrophes. Pour ma part, le 5 décembre, je manifesterai avec les agents transiliens pour le maintien de l'âge de leur départ en retraite. Parce que si ces conditions de travail ne sont pas reconnues comme pénibles, c'est à désespérer.  

1 ce dont une contrôleuse m'en avait fait part cet été

2) décidément, je n'ai rien compris à l'écriture inclusive 

3) équipées en revanche de prises de courant (et peut-être de wifi) permettant à chacun de nourrir son addiction à ces objets connectés qui nous ... emmerdent (désolé, j'ai cédé à la tentation) 

4) retards fréquents non compris. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.