Barcelone accueille 1 migrant

Les médias catalans ont été récemment envahis par une campagne reprenant la vieille antienne nationaliste " on ne peut pas accueillir toute la misère politique française du monde" qui visait Manuel Valls. Celui-ci a tenu à faire une déclaration dès son arrivée dans le paysage politique espagnol.

Compte-rendu de la déclaration de Manuel Valls à son arrivée sur le sol catalan. "J'ai tout donné à la gauche et à mon parti, le P.S. Missionné par la rue de Solferino, j'ai livré un dernier combat, faire de l'entrisme au sein de la REM. J'y ai échoué. Désormais, malgré les moyens à ma disposition pendant de longues années, force est de reconnaitre que je n'ai plus aucune légitimité à intervenir dans le débat public. J'ai  décidé d'en tirer toutes les conséquences et de me retirer de la vie politique française. C'est pourquoi j'adresse officiellement une demande d'exil électoral à la mairie de Barcelone. Que les barcelonnaises et les barcelonnais ne nourrissent aucune inquiétude à la perspective de voir affluer des pans entiers de la caste politique française cherchant à se recycler. En effet, n'ayant aucune envie de faire composer avec une concurrence délocalisée, je serai un rempart leur interdisant l'accès aux urnes. Aujourd'hui, j'arrive au bout d'un long parcours de reniements et d'opportunisme, depuis mon entrée au mouvement des jeunes socialistes jusqu'à ma pseudo-fidélité proclamée à la ville d'Evry. Les barcelonnais peuvent être certains que je n'ai d'autre ambition que personnelle et que je suis prêt a toutes les infidélités et à toutes les traitrises pour y parvenir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.