Soutien et accompagnement de Salif, dit Abdoulaye (par Bernard Bretonnière)

Notre ami Abdoulaye (surnom d'usage) est un Guinéen (Conakry) de 19 ans qui a dû quitter son pays où il avait été emprisonné, torturé et menacé de mort pour une affaire d'héritage et de corruption dont il n'était pas coupable, mais victime.

Bonjour à toutes et à tous,

Permettez-moi, chères amies, chers amis et connaissances, de vous solliciter pour un soutien.

Notre ami Abdoulaye (surnom d'usage) est un Guinéen (Conakry) de 19 ans qui a dû quitter son pays où il avait été emprisonné, torturé et menacé de mort pour une affaire d'héritage et de corruption dont il n'était pas coupable, mais victime.

Grâce à différentes aides, notamment au sein de JRS Welcome réseau de Nantes qui l'a hébergé pendant six mois (il avait précédemment dormi pendant deux mois dans les rues de Nantes), il a été admis, en classe de CAP Service restauration, au lycée Daniel-Brottier des Apprentis d'Auteuil, à Bouguenais (Loire-Atlantique).

Les frais de scolarité et de demi-pension de cet établissement, pour l'année, sont de près de 2.000 euros. Or, Abdoulaye ne dispose que d’environ 300 euros mensuels d’Allocation pour demandeur d’asile (laquelle peut d’ailleurs lui être retirée brutalement sous différents prétextes) et l’autorisation de travail en France lui a été refusée.

Nous avons donc lancé, pour réunir les fonds nécessaires au paiement de ces frais, une opération de vente de badges et d’autocollants « J’accueille l’étranger ».

RAPPEL DE L’OPÉRATION « J’ACCUEILLE L’ÉTRANGER » ET COMMANDE DE BADGES ET AUTOCOLLANTS

Le 3 juillet dernier, Marie Cosnay, écrivaine vivant à Bayonne et infatigablement engagée depuis de très nombreuses années dans l’aide et l’accompagnement d’exilés, a lancé, avec d’autres écrivains et personnalités dont Céline Curiol, Geneviève Brisac, Leslie Kaplan, Marielle Macé, Barbara Cassin, Arno Bertina, Patrick Chamoiseau, Erri De Luca, Benjamin Stora, Cédric Herrou, Claude Ponti, Edmond Baudouin, Edwy Plenel ou Olivier Favier, l’appel « J’accueille l’étranger ». Lequel incite tous ceux qui le désirent à afficher un signe distinctif (badge ou autocollant) mentionnant « J’accueille l’étranger » (la première personne du singulier pour indiquer un investissement personnel ; le nom « étranger » pour éviter ceux de « migrant », « réfugié » ou « demandeur d’asile » qui signalent des situations particulières ou peuvent même être perçus comme stigmatisants). Aucun sigle, logotype ou pictogramme d’association ne figure sur ces badges et autocollants… trans-associatifs ou, dirons-nous, universels.

Nous avons donc fait fabriquer des badges  (38 millimètres de diamètre) et autocollants (10 centimètres de diamètre) en grande quantité, que nous vendons (5 € pièce) au profit exclusif de la scolarisation d'Abdoulaye. 

Toute commande peut m’être adressée (coordonnées ci-dessous) avec possibilité d’envoi par La Poste (1 timbre vert suffit pour l'envoi de 3 badges et les autocollants sont évidemment encore plus légers). Je préfère préciser que les autocollants sont (malheureusement) très fins et donc difficiles à appliquer sans bulles ni plis, surtout sur une surface non parfaitement plane.

Est-il utile d'ajouter qu'Abdoulaye est un garçon formidablement courageux, travailleur, respectueux, serviable, poli, prévenant et sympathique farouchement déterminé à s'intégrer dans notre pays ? 

Nous vous remercions de… ne pas hésiter à transférer cet appel dans le cercle de vos relations.

Aboulaye et moi-même vous remercions par avance de l'accueil que vous ferez à cette sollicitation et vous souhaitons chaleureusement à toutes et à tous une belle rentrée.

CONTACT POUR BADGES, AUTOCOLLANTS ET DONS :

bernard.bretonniere@yahoo.fr

Bernard Bretonnière

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.