De l'inconséquence humaine (par André Bernold)

Les Macron boys and girls sont inébranlablement convaincus d’avoir pour eux la Réalité même, la Réalité en soi.

arton18713
Nous avons jeté par terre nos robes noires, dit une brillante avocate, devant la ministre, garde des Sceaux, en visite chez nous, et elle n’a pas changé d’un iota son discours officiel : ce gouvernement est sourd. C’est l’évidence pour tout un peuple. Mais c’est que les Macron boys and girls sont inébranlablement convaincus d’avoir pour eux la Réalité même, la Réalité en soi. Et ça pour eux c’est des chiffres. Croyance irrationnelle, criminelle superstition qui, de fil en aiguille, fait cramer un milliard d’animaux en Australie. Ça aussi, c’est un chiffre. Mais d’où leur vient, aux Macron b&g, cette démence? Eh bien, la plupart sort de l’ENA ou d’une quelconque boutique semblable, car maintenant toutes se ressemblent. Là, ces imbéciles ont été exposés aux élucubrations d’autres imbéciles beaucoup moins voyants, sociogyres, psycholâtres, politicons et autres docteurs en niaiserie pure, bardés d’agrégations, de thèses, d’institutions grotesques que personne ne songe à renvoyer au néant de l’Enfer duquel relèvent tous ces miasmes. Et le résultat, vous l’avez sous les yeux. Voyez Macron: il a la gueule d’un demeuré sous emprise, d’un crétin à qui de surcroît on a jeté un mauvais sort. Et telle est l’inconséquence humaine que les
c244ef4e67955ffee95944d09d057576
jeteurs de sorts sont parfaitement à l’abri de toute opération de représailles. Personne jamais ne s’attaque à ces savants de carton pâte, dictateurs ou professeurs Tournesol devant qui au passage tout un chacun soulève son chapeau claque. Et voilà le travail et voilà le boxon. Car que je sache ce n’est pas encore une rampouille comme cette bûche de Georgelin qui préside aux destinées de l’ENA. Ça viendra encore peut-être. Profitons vite de la mollesse de l’abdomen des lugubres céphalopodes qui ont chiffré la mort du monde. Au moins cessons de les saluer. Crachons-leur à ce qui leur tient lieu de visage.

André Bernold

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.