« (Parfois on voudrait tout simplement..): Soreda & Bodinat.

Pour les besoins de publication du message POUR GRANEL, le sieur & ami André Bernold a plus ou moins malencontreusement ouvert son propre blog dans une Contre-allée du même Organe Participatif. Toutefois, il me suggère de relayer les billets à venir, afin peut-être qu'ils en paraissent plus doux de se voir doublés. Voici.

Je me propose, dans les billets qui suivront, de vous entretenir de cette très remarquable et très singulière publication. Mais, pour l’heure, le sujet, malgré une grande familiarité des miennes avec icelui, requérant méditation amplissime en vue de la chance improbable d’en insérer l’occurrence parmi les préoccupations de mes deux lecteurs ou lectrices(on ne sait jamais), sollicités, comme des millions d’autres personnes, par les calamités inchoatives de ces temps déplorables, je me bornerai ici, en épigraphe, à la citation de quelques-unes des toutes premières lignes du début des VIES DES HOMMES ILLUSTRES, de Plutarque, de la traduction de Jacques Amyot, disponibles, en deux volumes, dans la Bibliothèque de la Pléiade. Il vient: « Ainsi comme les historiens qui décrivent la terre en figure, ami Sossius Sénécion, ont accoutumé de supprimer aux extrémités de leurs cartes les régions dont ils n’ont point de connaissance, et en conter quelques telles raisons par endroits de la marge: outre ces pays-ci n’y a plus que profondes sablonnières sans eau, pleines de bêtes venimeuses, ou de la vase que l’on ne peut naviguer, ou la Scythie déserte pour le froid, ou bien la mer glacée »* (VIE DE THÉSÉE, I.)  TBC, to be continued; à suivre.  *Nota: c’est aussi beau que du Bodinat; au demeurant, cela y ressemble.

André Bernold

RR. Révélation de la Revue. La revue dont il sera question dans la suite, comme claironné dans le billet qui précède immédiatement, revue publiée par Marlène Soreda et Baudouin de Bodinat, s’intitule DERNIER CARRÉ. Elle compte à ce jour six numéros. Lectrices et lecteurs avertis auront complété automatiquement. 

dc-couv-n-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.