LES "ACTEURS" DOIVENT S'ATTABLER, SELON LAURENT BERGER...

Berger est à la mode. Il était reçu hier sur les plateaux de RTL et aujourd'hui par le cire-pompe institutionnel de France-Inter De Morand ! Un mot est constamment revenu dans la bouche du "patron" de la CFDT : "acteur".... Réactions....

Laurent Berger présente bien. Look impec, costard, cheveux ultra-courts... Son discours est fluide quoique "légèrement" stéréotypé... En fait son discours est comme ses directives: de l'eau tiède pour tenter d'éteindre l'incendie à venir et dont les braises continuent de rougeoyer... Bref du baratin!

Il s'exprime ce matin d'autant plus facilement qu'il est interrogé par l"Orson Welles" des comptoirs franchouillards, je veux dire le "ravi" de la crèche "France-Inter" : De Morand... Le look de l'acteur/réalisateur génial sans le piment de sa pensée!

Un mot, au début de l'interview, revient constamment dans la bouche de Berger: "ACTEUR"....

"Il faut réunir les acteurs sociaux" (...) "Tous les acteurs de la vie économique, entrepreneurs, salariés, syndicalistes et politiques doivent dialoguer..." (Je restitue de mémoire).

Laurent Berger : "On ne va pas se remettre à se foutre sur la gueule sur la question des retraites" © France Inter

"Acteur" voici encore un mot très significatif de la nov-langue qui nous assaille depuis "l'érection" de la "pensée à papillotes" macroniste.

C'est sur les mots que se noue l'enjeu démocratique!

Qu'est donc qu'un "acteur"?

"Un faiseur d'actes!"

Soit! Mais encore?

"Un artiste (ou pas) endossant le caractère d'une autre pour jouer un rôle..."

Allons, allons! Encore un effort...

"Une personne qui participe activement à une entreprise, qui joue un rôle effectif dans une affaire, dans un événement ; protagoniste. Exemple: Les acteurs du 18-Brumaire."

Là, j'emprunte la définition - très significative - du Larousse en ligne sur le net. Choisir comme exemple le 18 brumaire pour le mot "acteur" prend soudainement.... une couleur toute macronienne!

De fait c'est dans ce dernier sens que L. Berger réitère à moult reprises l'emploi du terme.... Mais on peut aussi se demander si la seconde ne pourrait être utilisée pour définir l'action du patron/secrétaire de la CFDT.

Car pour Berger, à quelques nuances près, tout ce que fait Macron est, selon son expression favorite "presque parfait" Il trouve que notre dictateur aussi juvénile que prétentieux "a finalement bien géré, durant la période Covid, LES crises sanitaires... et sociales!"... Il est tout heureux l'apôtre des boutiquiers que Macron en ait terminé avec les grèves à répétition (auxquelles il lui arrive même parfois d'être obligé de participer pour sauver la face), avec les manifs (où il va à reculons), avec les gilets jaunes (c'est quoi les "gilets jaunes"?)

Il joue son rôle de traitre à la cause des plus fragiles... Quel acteur!

Qu'a donc fait le patron de la CFDT face à Macron? Sinon, pour utiliser une expression imagée, "baisser son pantalon"!

Donc Berger emploi le terme "acteur" dans l'acception macronnienne toute teintée des idées spenceriennes/néo-darwinistes du MEDEF:

UN ACTEUR C'EST CELUI QUI PÈSE DANS LA SOCIÉTÉ!

Exit, en tant qu "acteurs", les chômeurs, les salariés pauvres esclavagisés auxquels on a fait prendre des risques sanitaires durant la période Covid, les retraités dont les émoluments, ayant fondus comme neige au soleil sous le règne de Macron premier, ne parviennent qu'à peine à couvrir les frais bancaires qui, eux, n'ont cessés d'augmenter...

Les acteurs dans le sens Berger/Macron ce sont ceux qui, assis derrière leur bureau, attendent que les actions augmentent.

Berger comme Macron aime les ultra-riches: a-t'il eu un seul mot pour exiger le rétablissement prioritaire de l'impôt sur la fortune?

Donc le mot "acteur" dans la bouche de L. Berger fait résonance avec le mot "travailleur" dans celle de Macron...

Un "travailleur" pour Macron c'est celui qui, ayant traversé la rue, a de quoi se payer un costard à 2000 euros... Sans Rolex au poignet, pas de salut!

C'est d'ailleurs une idée qui gagne la sphère de tous les lèches-cul de l'autocratie macronienne! Les merdiacrâtes en tête, les déguisés à jabot, les robotcops qui souhaitent pouvoir continuer d'étrangler en toute tranquillité les gueux de toutes les couleurs qui leur font face... Et mêmes les prolos, les "sans-dents" qui rêvent de se "startupiser"! Et tout cela vote... Et tout cela constitue une majorité!

Désespoir! Rage! Colère!

Ceux qui ne sont pas des "travailleurs" au sens macrono-dictatorial en vogue sont à ranger, selon l'avis de notre "très très cher" président/dictateur dans la catégorie des ignares (qui savent néanmoins que la Guyane n'est pas une île), des illettrés (qui savent que jamais Robinson Crusoé n'a couru après da tranche de jambon et sa bière!), des stupides (qui néanmoins dès février savait que pour ne pas être malade du Covid 19 il fallait porter des masques et avoir un dépistage systématique de la maladie au sein de la population dans son ensemble)... Donc ignares, illettrés et stupides tels (selon la déclaration de Macron himself) les pauvres travailleuses corvéables à merci, puis mise à pied par des crapules, chez Doux! Celles-là ne sont pas des "actrices sociales" qu'il faut écouter...

Acteur... Le mot fleure bon son réactionnaire compromis à toutes les échelles avec le MEDEF!

ilnp5usxvoshlucxvmpd0-7vzhs

PAS DE BOL! ON A BERGER ET ON A LALLEMENT

Pour Berger un bon "acteur" c'est celui qui entretient le système, y participe sans trop se poser de question... Et s'il affirme (il faut flatter son électorat!) la bouche en cul de poule que les "écarts de salaires devraient être réduits", "qu'il faut augmenter le financement des personnels et des équipements hospitaliers (en sachant bien évidemment qui le fric dégagé par Macron ira d'abord vers le privé - il faut détruire l'hôpital public!), s'il affirme qu'il "risque" d'y avoir des licenciements après les vacances (qui prend des vacances?)...

Berger c'est comme la "guérison" pour Freud: Est guérit celui qui "s'intègre" à nouveau dans la société...

Sous-entendu, la société telle qu'elle est...

Une société d"ACTEURS" boutiquiers... qui  vote pour la droite française (des LREM au faire-valoir le RN!)... Qui sert le MEDEF, les actionnaires et les ultra-riches...

Cette population infâme qui se tait devant les inégalités, qui trouve que les fraudeurs sont les pauvres qui pointent à Pôle Emploi! Pas les ultra-riches qui détournent des milliards vers les paradis fiscaux!

Les ceusses qu'on entend gueuler devant le zinc plus fort que les prolos qui, depuis des décennies, sont de tous les combats nécessaires et urgents, que ceux qui sont le sel de la société!

Ces baratineurs qui jamais ne s'engagent parce qu'ils sont égoïstes ou trop cons! Et qui s'en prennent à ceux qui revendiquent une égalité généralisée et étendue à tout le vivant!

Ces baratineurs nazi-llards  gueulards qui sont les premiers à dénoncer aux flics ceux qui se battent... Qui se réjouissent quand les robotcops tuent... Quand les juges à la solde condamnent...

Cette population pétainiste qui trouve toujours des boucs-émissaires parmi les crève-la-dalle... Qui affirme qu'il suffit de traverser la rue pour trouver du travail. Qui croient aux lubies xénophobes de l'extrême-droite. Qui croient que si la gauche arrivait au pouvoir le départ des crapules inutiles friquées serait un drame...

Ceux qui se sont toujours tus face aux gens de pouvoir et qui sont de dévoués complices de toutes leurs crapuleries!

Ces "acteurs",  mauvais comédiens qui ne croient qu'aux dogmes imbéciles du patronat: l'auto-entreprise (mon cul), le jeu financier (mon cul!), la main invisible du marché...

Et qui espèrent un jour rouler dans les mêmes berlines que leurs idoles crapuleuses, avoir la même propriété, la même piscine, participer aux mêmes "chasses"! Les cons qui constituent la majorité!

Rage, colère, dégoût!

Ces "acteurs" maudits qui font tant de mal à la société et par conséquent au monde du vivant...

Ces acteurs que je conchie!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.