ARBRES FOSSILES DE 6 KM DE HAUT : PIPEAU!

Ce week-end nous refaisions le monde avec quelques ami.e.s ...

La conversation roula sur les "lignes de force magnétiques" (si je ne souviens bien)... Et pour me convaincre que les scientifiques (dont je fus un moment condisciple) ont tout faux on me fis voir la vidéo suivante...

Les Arbres Géants Fossilisés : Théorie et Compilations d'informations © HelloHelloInfo

Des arbres géants fossilisés qui "devaient avoir" 6000 m de haut!

C'est tellement énOOOrme que j'en reste...  baba!

"Preuve" de ces restes d’arbres géants: la fameuse « Tour du Diable » (Devil tower située aux USA dans le Wyoming) !

p7270218

THE DEVIL TOWER (WYOMING, USA)

Bon, au moment ou je regardais cette magnifique vidéo, j’avais un vague souvenir de ce site exceptionnel sans toutefois pouvoir en préciser le nom et sa localisation… Je pensais aux dômes phonolitiques du Hoggar… Je sentais bien que mon propos ne les convainquait guère…

 

le-hoggar-1267174230-1173734

DÔME PHONOLITIQUE DANS LE HOGGAR

J’étais nouveau et je contestais déjà certaines idées qui semblaient être partagées par toutes et tous…

Maladroitement j’essayais d'expliquer qu’il s'agit du fake caractérisé, qu’il s'agit tout simplement d’une désinformation à visée anti-scientifique (mais qui se sert tout de même de concepts scientifiques… détournés). C'est dans l'air du temps avec le retour des platistes, des créationnistes, conspirationnistes qui ont tous pour socle commun de critiquer la démarche scientifique...

f0f6cc51dacebe556699ccb45e2d43a8-1561988815

LA TERRE .... PLATE... ET LA LUNE SPHÉRIQUE!

Revenu chez moi, je me souvins de « Rencontre du troisième type » de S. Spielberg… J'adore ce type de conte philosophique très semblable au Micomégas du siècle des lumières! Et, enfin, après moult torsion des trois neurones qui me restent, je resituais enfin l’objet en Amérique….

5-1-1050x595

RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE!

En cherchant sur l’internet je finis par trouver un article documenté, argumenté de 2015 signé Sean Bailly (directeur scientifique de "Pour la science) et intitulé « Comment se forment les orgues basaltiques »

J’en donne un court extrait : « La Tour du Diable ( Devils Tower ), dans le Wyoming (USA), est un relief volcanique au cœur du Devils Tower National Monument . Ce relief domine le plateau environnant d'environ 250 à 300 m. La moitié supérieure de ces 250 à 300 m est constituée de très beaux prismes phonolitiques, réguliers, d'environ 4 m de largeur pour 150 m de hauteur. Ces prismes réguliers et bien formés sont quasi-verticaux au sommet (pendage de 90°). Ils sont incurvés vers leur base et n'ont plus qu'un pendage d'environ 45° pouvant même être plus faible que 30°. Sous cet horizon de prismes bien formés pendant de 45° à 30°, on trouve un horizon de 100 à 150 m d'épaisseur de prismes plus grossiers, beaucoup moins réguliers et non verticaux. Les prismes bien formés ont sans doute dû se former par un lent refroidissement-rétraction, vraisemblablement assez loin du bord du corps magmatique. Les prismes irréguliers et mal formés se sont sans doute créés lors d'un refroidissement-rétraction plus rapide, vraisemblablement assez près du bord du corps magmatique. (…) Cette phonolite est intrusive dans une série sédimentaire allant du Trias au Crétacé. Les terrains sédimentaires affleurant à la base de la Tour du Diable sont constitués de grès triasiques rouges surmontés de terrains jurassiques argilo-gréso-gypseux jaunes. »

Je devine que les sceptico-scientistes ne sont pas convaincus par une telle description… Elle est pourtant conformes aux données connues, étudiées par des centaines de scientifiques curieux de la nouveauté, espérant toujours trouver le grain de sable qui grippe un fait présenté comme une vérité absolue... Des pas sectaires par nature!

Alors je soumets à leur réflexion la simple constatation que voici : Tous les exemples donnés dans la vidéo qu’ils m’ont fait voir sont constitués par une même roche, la PHONOLITHE…. C’est une lave à teneur moyenne en silice (jamais exprimée : pas de quartz à l’intérieur de celle-ci par exemple)…

Cette roche ignée (comme on qualifiait les roches « volcaniques » et « granitiques » dans ma lointaine jeunesse) est connue et étudiée, en de multiples endroits sur Terre…. Elle ne renferme JAMAIS de fossiles comme d'ailleurs n'importe quelle lave (je ne parle évidemment pas des éléments relevant du volcano-sédimentaire) ! Jamais une lave ne participe à la fossilisation d'uns quelconque structure organique! 

La lave provient du magma. Cette lave est très chaude et se refroidit très vite (quelques minutes à quelques mois) pour devenir une roche que l’on appelle le basalte. Elle peut être expulsée par un volcan... Et elle peut être "piégée" en profondeur par des sédiments... C'est le cas de la Tour du Diable... Piégée à la façon d'une intrusion granitique (autrefois qualifiée de "diapirisme" granitique) comme les granites de Flamanville en sont l'exemple bien connu en France.
La lave est si chaude qu'elle brûle tout ce qu’elle touche. Les végétaux et animaux deviennent cendres et disparaissent. Par conséquent, il ne reste plus aucune trace de végétaux ou animaux après son passage. Il n y a plus de preuve, plus de témoignage... la fossilisation ne peux donc se faire dans ces conditions extrêmes...

 

301269

DANS LA FOURNAISE D'UNE COULÉE DE LAVE....

Et puis surgit une autre question que je soumets à la réflexion de ceux qui affirment que la Tour du Diable (figurée plus haut) serait la souche d’un arbre de 6 km de haut (1200 m de plus que le sommet du Mont Blanc, rien que ça !)

Quelle taille atteignaient les autres entablements de phonolithe connus dans le monde (en Afrique, Asie, etc… je ne les énumérerai pas, ils sont trop nombreux) avec ou sans stuctures hexagonales, d’ailleurs, puisque dans ce cas, selon cette même vidéo, ces derniers représenteraient les systèmes racinaires ?!

Point besoin d’être expert en la matière pour comprendre que des « souches » de 15 à 100 fois plus grandes que la référentielle « tour du Diable » avaient, ad minima, 60 à 600 km de haut ! UN DÉLIRE COMPLET comme les aiment les charlatans anti-scientistes (voyants, adeptes du para-normal, et autres dogmatismes...)

dtuyg6vw0aebcgi

....

 

L’explication des « orgues » et « chaussées de géants » phonolitiques est basée sur des données physico-chimiques (que je ne développerai pas ici…). Et elle est relativement simple…

giants-causeway

LA CHAUSSÉE DES GÉANTS (IRLANDE)

La plupart des constituants de la roche (ici la phonolithe) cristallisent dans le système hexagonal… Qui constitue effectivement le dallage naturel le plus efficace et économique… C’est pour cela qu’on retrouve ce motif depuis l’ultra-petit (micron) jusqu’au grand (valeurs métriques) sur une planète possédant une athmosphère…  Si donc un matériau chauffé à son niveau de fusion cristallise pour la majorité de ses constituants dans le système hexagonal (symétrie d’ordre six) il n’est pas surprenant que ceux-ci se combinent et se rétractent sous l’effet d’un très lent refroidissement en reproduisant à grande échelle ce motif !

 

image1

LE BATHOLITHE DE PHONOLITHE S'EST INSTALLE SOUS UNE IMPORTANTE COUCHE DE SÉDIMENTS (GYSPE, ENTRE AUTRES, TRÈS SOLUBLE) SON REFROIDISSEMENT TRÈS LENT EST A L'ORIGINE DES COLONNES HEXAGONALES QUI AUSSI PERPENDICULAIRES A LA SURFACE DU BATHOLITHE

Les orgues phonolithiques témoignent donc de coulées volcaniques s’étant refroidies très lentement en raison de l’épaisseur même de la coulée de lave ou sous terre en marmite (comme ci-dessus à la Tour du Diable) le batholithe de lave étant pris dans un encaissant épais…

Je prendrai comme autre exemple de répétition macroscopique d’un motif quasi atomique, les rides gréseuses stampiennes de la forêt de Fontainebleau.

image2

POLYGONATION DES GRÈS STAMPIENS DE FONTAINEBLEAU

Ces masses gréseuses se sont déposés sous forme de ride dunaires temporairement ou partiellement exondées dans une vaste flaque saumâtre précédant le retrait de la mer stampienne (- 30 millions d'années)… Le sable qui les constitue est à plus de 99% de la silice pure (du quartz)… Après mobilisation recristallisation (sous l’effet de nappes phréatiques) apparaissent de magnifiques structures polygonales en « nid d’abeille » que tous les promeneurs attentifs dans ce site remarquable peuvent observer… A noter tout de même qu’au moment où je les observais pour la première fois en 1981, en compagnie de Philippe Ott d’Estevou, aucune publication scientifique ne leur était consacré ! La science est parfois, oui, atteinte d’une cécité chronique…. Bien entendu, à cette époque, on me détourna d’une telle étude! Je n’étais qu’étudiant boursier, n'est-ce pas!

Et l'on retrouve encore de telle structures dans le cénomanien (- 98 millions d'années) du Var, à Sainte Anne.

gres-cenomaniens-de-sainte-anne-dans-le-var

POLYGONATION DES GRÈS CÉNOMANIENS DE SAINTE-ANNE (VAR)

Bien sûr j’ai conscience que tout ce qu’établit la science à un moment donné peut être remis en question avec l’avancement de cette même  science… Mais cette progression se fait au travers de protocoles précis et souvent originaux qui sont construits au travers d'une multiplication des « data »... Cette approche soumise au raisonnement humain matiné d'imagination de la science la différencie complètement du dogme. Le dogme c'est une opinion figée qui ne veut pas être soumis au questionnement. Giordano Bruno a été brûlé par les dogmatiques! En science tout peut et même, DOIT être remis en question ! La poésie, si présente dans la pensée scientifique, est toujours contrôlée par le raisonnement (je n'ai pas dit raison!)

Le doute, comme l’erreur d’ailleurs, sont les réels moteurs de la progression scientifique… Que l’on pense à l’exploration de Mars si riche en enseignements sur notre univers (sur la fréquence d’eau liquide, sur la germination de la vie ailleurs sur une autre planète). Combien d’essais ratés, d’espoirs déçus pour finalement obtenir ces résultats ??? Quelle somme de réflexion, d’échange, de savoir a-t-on dû mettre en œuvre pour aboutir aux résultats spectaculaires que l’on connaît et dont l’interprétation, acceptée aujourd’hui, sera probablement révisée dans le futur !

capture-2017-01-21-a-10-45-19

FENTES DE DESSICATION SUR MARS (ROVER CURIOSITY) - A NOTER QUE CELLE-CI SE FAIT SUR UN BASE 4 ET NON 6 (INFLUENCE DES HALITES?)

Le doute oui ! Le doute toujours!

Mais celui-ci doit, pour s’en défaire ou pour le confirmer, d’une connaissance aussi complète que possible des travaux consacrés au sujet…

Et je ne doute pas que c’est ce qu’on fait tous les géologues sérieux ayant travaillé sur les orgues et chaussées de géant phonolitique : leur poste et leur crédibilité scientifique était en jeu !

PS: Merci à mes amis Gilets Jaunes de m'avoir obligé à une telle réponse!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.