G7: le joujou de Giscard (au même titre que ses cailloux...)!

Pour comprendre l'intérêt au G7 que porte, entre autres, notre juvénile président... ...et deviner le mépris proportionnel de Trump vis à vis de ce même G7, il faut en esquisser rapidement l'origine...

1971 début du "choc pétrolier... Les pays "riches" tremblent... Le baril grimpe...  Alors Richard Nixon désindexe, en août 1971, le cours du dollar sur celui de l'or... Il transforme le dollar en monnaie flottante indépendante du cours de l'or auquel il était jusqu'ici lié...

Et cela fait perdre à la monnaie américaine 20 % de sa valeur.

1972-anti-richard-nixon-caricature-dollar-bill-design

Mais le commerce se fait essentiellement en dollars et donc le coût des produits américains baisse face au marché international...

Donc, en comparaison, le coût des produits industriels produits en France, en Allemagne, au Japon, en Italie augmente d'autant...

Moins d'argent... Et l'or n'est plus la référence, l'étalon! A cela s'ajoute l'augmentation du prix du pétrole....

Bien entendu les pays riches autres que les USA ont compris l'objectif de Nixon et de son successeur l'inénarrable Gerald Ford. Le remplacement de l'or par le dollar comme étalon objectif du commerce international n'a d'autre but que d'assurer l’hégémonie commerciale des USA en le protégeant du choc pétrolier! Alors la planche à billets tourne, tourne, tourne tandis que les autres économies des pays fortement industrialisés s'écroulent!

planche-a-billets

L'Allemagne dont la Bundesbank traficote de longue date avec Londres, cette dernière étant le coin implanté dans la finance européenne afin de la soumettre au dictat américain... L'Allemagne donc protège ainsi son industrie lourde... Et c'est évidemment elle qui est l'exemple imposé par les USA... Les travailleurs allemands ne sont pas comme ces feignants de français ou d'italiens! Ils bossent eux au moins... L'argument massue qui fait taire la contestation résiduelle de 68!

Mais la crise pétrolière est là. "Bon!" se disent les chefs d'états "faisons comme les commerçants crapuleux : entendons nous sur les prix pour que ceux-ci soient les plus élevés possibles... Comme cela nous pourront engraisser nos actionnaires!"

Un G5 informel se réuni en 1974 à Washington (en plusieurs étapes). Il regroupe les États-Unis, le Japon, la France, l'Allemagne de l'Ouest et le Royaume-Uni… C’est « Library Group », en référence paradoxale à la bibliothèque de la Maison Blanche où se tiennent ces réunions qui regroupent surtout des cols blancs… plutôt incultes (ministres de l’économie…) ! Le but c'est celui des grigous: faire du fric en tapant, comme toujours, sur les plus pauvres!

0004-le-gros-banquier-w

Et c'est là qu'intervient notre collectionneur de cailloux (des diamants évidemment!), possesseur enfatué d'une particule achetée, extenseur de la TVA au commerce de détail en 1964 (il est alors ministre des phynances), amateur d'avions renifleurs, grand chasseur à la c.n, bradeur/casseur de notre industrie et dilapidateur de nos réserves d'or, joueur massacrant d'accordéon et qui s'invite avec flafla chez de petites gens pour manger des oeufs brouillés... Vous l'avez reconnu il s'agit de l'incomparable tête d’œuf zozotante, je veux dire l'immense, l'incontournable, le fabuleux Giscard d'Estaing... Notre cher, très très cher, encore plus cher, toujours trop cher doyen des présidents de la république avec ses châtiaux et son équipage particulaire!

844865ae8606f21d45d1d6f4fcc95

V'la t'y pas que le Giscard sus décrit se dit : "Qu'à cela ne tienne si nous devons filouter, si nous aimons filouter, au moins, filoutons en grandes pompes !" Et Giscard le particulaire lance l'idée d'une réunion des présidents des pays riches: USA, Allemagne, Angleterre, France, Japon, auxquels s'ajoutera, en dernière minute le premier ministre Italien, Aldo Moro... car également président (provisoire) de la communauté européenne ... Ben voyons!

Giscard, à cette époque ressemble tout à fait au Macron tel qu'en lui-même aujourd’hui : arrogant, méprisant, populiste (si! si!), argentier aux services des banques privées (en digne successeur de Pompidou) chasseur, utilisateur d'une police musclée (moto-CRS avec matraque et lacrymos, commandos de casseurs pour déconsidérer les manifestations: c'est lui!)...

Il veut une réunion clinquante qui fasse baver les possesseurs de Rolleix... Le choix du château de Rambouillet, situé dans les Yvelines, qui allie ors, ripailles et chasses présidentielles lui plait.  "Diantre! Voilà l'endroit parfait pour se divertir pendant que nos conseillers attachés aux lobbyes s'occuperont des choses sérieuses!" Anémone est même de la partie!

Les 15, 16, 17 novembre 1975 se tient donc un premier G6

« Style Louis XVI avec tenture bleue pour le Japonais Takeo Miki, style Empire pour l'Italien Aldo Moro, meubles en acajou pour l'Anglais Harold Wilson, style Directoire pour l'Allemand Helmut Schmidt. Gerald Ford, lui, a demandé une télé couleur et une liaison directe avec Washington « pour suivre les résultats des matchs de foot américain », un désir satisfait séance tenante. » (le Parisien)

Les ententes bancaires (non révélées), commerciales (non révélées) et l'accord apparent pour tenter de reprendre la main pour le contrôle du prix du baril vont bon train et occupent surtout l'aréopage de "spécialistes" qu'ont emportés les chefs des tas avec leurs bagages... En fait ils se foutent bien du coût du baril... La crise pétrolière c'est surtout l'occasion pour le lobbying pétrolier la justification d'augmenter le pris de l'essence à la pompe... Et il flambe le le prix du pétrole... Il ne baissera plus jamais en proportion du coût du baril... La crise pétrolière c'était juste un prétexte pour que les très riches se fassent encore plus de pognon...

Giscard est content de lui... Il a chassé, bouffé et organisé avec ses potes le pompage du fric des plus pauvres!

17241778lpw-17253068-libre-jpg-5630513

1976 le G6 deviens G7 quand le Canada (autre "fer" pour contrôler l'économie européenne) y pose ses guêtres... Cette année là c'est même lui, le Canada qui régale...

Car le coût de de ces petites "sauteries" est loin d'être raisonnable...

Aujourd'hui, pour l'invitation de toutes ces "huiles" aussi puissantes que néfastes il nous en coûtera le prix de la rénovation des hôpitaux, celui des établissements scolaires ou la revalorisation des retraites les plus basses...

Macron s'en tape le coquillard... Mais alors....  avec un silence fracassant!

Macron joue t'il de l'accordéon?

Quand à Trump ??? Que lui importe le G7??? Il a la planche à billets chez lui et il ferme ses frontières... Les intérêts des riches étrangers, ses potes il s'en fout... Comme il se fout du climat... C'est juste un imbécile abyssal !

Il  va juste à Biarritz pour bizouter dame Macron....

53063636-10157046554403808-827124758914007040-o

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.