La JLD renvoie Karlen au CRA, le Préfet le fait sortir

DSC03138-1024x768.jpg

Au Tribunal administratif, la veille du TGI: Karlen et ses soutiens.

[gview file="http://la-feuille-de-chou.fr/wp-content/photos/CR-TGI-Karlen-Tadevosyan-24-septembre1.pdf"]

Juste un détail par rapport au compte-rendu par ailleurs fidèle ci-dessus: la Juge des libertés (sic) et de la détention n'a pas parlé au nom de la "république française" encore moins du peuple français, mais a usé plusieurs fois de l'expression "l’État français".

Consultée, l'avocate nous a expliqué que c'était la formule consacrée. Cependant, tous les participant venus soutenir le jeune Arménien, tétanisé derrière la vitre qui le séparait de nous, comme dans un procès de mafieux italiens ou de terroriste, ont eu la même impression, dès que la Juge a commencé à parler sur un ton coupant comme la lame de la guillotine.

Certains d'entre nous, descendant de Républicains espagnols ou de confession juive, étaient au bord des larmes, se demandant si cet "État français" était bien la France de 2015.

Brève vidéo de la reconduite de Karlen au CRA

Reconduite au CRA d'un étudiant arménien © Jean-Claude Meyer

 

 

 

Sortie de Karlen du tribunal © Jean-Claude Meyer

 

 

 

A peine la décision de la JLD prise, le renvoyant pour 20 jours maximum au Centre de rétention administrative de Geispolsheim, la dizaine de personnes venues le soutenir moralement, face à une juge glaçante, s'est précipitée au dehors devant le portail coulissant d'où le véhicule de police allait sortir pour saluer Karlen.

Les policiers, au nombre de 6, avaient d'abord entrouvert ce portail pour jauger la situation. Le photographe de la Feuille de chou a dégainé son appareil et un portable pour capter la sortie. C'est alors qu'une policière, probablement la cheffe, s'est avancée vers lui pour l'intimider sur le thème, ne photographiez pas, rangez vos appareils. Il lui fut demandé de citer la loi interdisant de filmer des policiers en action dans l'espace public. Elle ne répondit pas à la question, et pour cause. Il n'est pas interdit de photographier ou filmer les forces de l'ordre en activité.Elle bafouilla même qu'elle ne connaissait pas le code par cœur! La scène fut donc filmée, depuis le trottoir opposé, ce qui explique la brièveté et le flou - le filmeur a appuyé dès que la voiture est sortie, avant que l'appareil ait pu mesurer la lumière.

 

Dernières Nouvelles d'Alsace

Strasbourg 24/09/2015 à 05:00

Un étudiant en médecine arménien menacé d’expulsion

 « L’arrestation samedi et le placement en centre de rétention de Geispolsheim de Karlen Tadevosyan, un étudiant arménien régulièrement inscrit en première année (PACES) de la faculté de médecine de Strasbourg, suscite une vive émotion », rapporte Pascal Maillard. Ce membre du conseil d’administration de l’Université de Strasbourg était hier au tribunal administratif (TA) avec une vingtaine de représentants de l’Unistra pour témoigner du soutien de l’équipe présidentielle au jeune Arménien de 21 ans. En vain. Karlen, qui fait appel de la décision du TA devant la Cour de Nancy, a été renvoyé au centre de rétention avec son Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Domicilié à Belfort avec sa famille, cet étudiant est en situation irrégulière en France depuis plus de quatre ans. Cela ne l’a pas empêché « de bien s’intégrer et d’obtenir un bac scientifique en juin dernier », précise Pascal Maillard, avant d’indiquer qu’Alain Beretz, président de l’Unistra, a entrepris des démarches auprès de la préfecture. La mobilisation monte en puissance de Belfort à Strasbourg."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.