yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

1516 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 avr. 2014

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ukraine :Les autorités fascistes ont lancé une guerre contre le peuple (KPU)

yapadaxan
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mardi 15 Avril 2014

Déclaration de Petro Simonenko, Premier secrétaire du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) suite aux annonces guerrières du Président autoproclamé putschiste Olexandre Tourtchinov - traduction Nico Maury


"La soi-disant opération anti-terroriste contre les manifestants dans le Sud-Est n'est en fait rien de plus que'une guerre contre son propre peuple" déclare le chef du Parti communiste d'Ukraine, et leader des députés communistes à la Verkhovna Rada d'Ukraine, Petro Simonenko. 
Il note que pour la première fois dans l'histoire de l'Ukraine indépendante, un gouvernement utilise des unités de l'armée contre des citoyens ukrainiens qui vivent dans l'Est et dans le Sud-Est, alors que depuis le début ils exigent que le russe soit reconnu comme une langue nationale. 
"Les putschistes ont jeté contre leurs propres citoyens des chars et des véhicules blindés. Les manifestants réclament la tenue d'un référendum sur la fédéralisation et pour le renforcement de l'autonome des collectivités territoriales. Le Parti communiste condamne fermement cette violence" déclare le chef du Parti communiste. Il note que l'utilisation d'armes contre les citoyens d'Ukraine, rend toute résistance pour leurs droits légitime, cette situation est rendue possible par la prise du pouvoir en Ukraine par les fascistes. 
"Depuis les premiers jours de son règne, le régime nationaliste-oligarchique n'a rien fait pour apporter la paix, la stabilité et l'ordre dans le pays. De plus, toutes ses actions sont dirigées uniquement pour inciter à la haine, provoquer l'intimidation des opposants, la terreur, et des actions criminelles." 
"Suite à la politique de trahison, au rétablissement de l'idéologie néo-nazi, l'Ukraine a perdu la Crimée, la situation s'est détériorée dans l'Est et le Sud-Est du pays" a déclaré le chef du Parti communiste. 
Dans le même temps Petro Simonenko a appelé toutes les forces politiques saines et le peuple à soutenir l'initiative du Parti communiste pour obtenir immédiatement un référendum sur l'avenir de la structure territoriale de l'Ukraine et pour donner plus de droits aux communautés locales. "C'est la seule façon pour maintenir l'intégrité et l'unité du pays" conclut Petro Simonenko.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige