Attentat de CONFLANS : ils sont devenus fous !

Le but de cet article vise à dénoncer le déchaînement de haine qui suit l'assassinat de l'enseignant Samuel PATY sous forme d'appel à la guerre

Attentat de CONFLANS : ils sont devenus fous !

 

Depuis l'assassinat odieux de l'enseignant Samuel PATY, notre pays est entrain de sombrer chaque jour un peu plus dans l'hystérie collective. S'il est légitime de s'indigner contre cet ignoble acte de barbarie, la situation n'exige pas pour autant que chacun perde la raison et c'est bien ce qui semble arriver. Cela explose de partout au niveau de la fachosphère, de l'exécutif, et de la sphère médiatique. Traditionnellement, lorsqu'un drame se produit, la décence veut que l'on observe de 24 a 48 heures de silence par respect pour les victimes. Rien de tel en l'occurrence. Les salves se sont déclenchées immédiatement à la manière d'un feu d'artifice.

 

Le terreau de la haine et de l'exclusion :

 

La fachosphère politique qui va de Nadine MORANO à Marine LE PEN se déchaîne allègrement.

L'extrême droite adore ce climat de haine qui lui permet de faire monter la mayonnaise, de façon à ce que le peuple réclame lui même les mesures les plus radicales. Il leur suffit alors d'affirmer   « Vous voyez bien ! »

 

«  Qu'est- ce qu'on attend pour foutre dehors les étrangers qui ne respectent pas nos lois ! » vocifère Nadine MORANO dans l'heure des pros. Et de reprendre, de concert avec Pascal PRAUD le slogan

qui tue : «  DEHORS ! DE HORS ! »

 

De son côté, la « respectable blonde » de Saint CLOUD » n'hésite pas à réclamer «  une législation de guerre. » C'est bien le pire qui nous attend avec ceux là.

 

L'exécutif qui dévisse :

 

L'exécutif est en pleine panique et tente de se rassurer par des déclarations chocs venant du chef de l'Etat ou de ses ministres. «  La peur doit changer de camp .» «  Ils ne passerons pas .» «  Nous n'avons pas peur. » Tout cela est censé rassurer les « braves gens.» Et l'on sait, depuis BRASSENS que « Les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux ! »

 

Quelles sont les mesures annoncées ?

 

Fermer des mosquées, traquer les ennemis de la République, renvoyer certains fichés S, mais aussi dissoudre le CCIF, collectif contre l'islamophobie en France. Il est vrai que l'on ne doit plus prononcer le mot « islamophobie. » Cela n'existerait pas sauf, sans la tête des islamo - gauchistes. Qui sont les islamo gauchistes? Tous ceux qui tendent à être complaisants avec l'islamisme, ou qui refusent la guerre.

 

Il est même question de revoir le rôle de l'observatoire de la laïcité, créé par Jacques CHIRAC, qui a pourtant fait ses preuves. Mais cette organisation est aujourd'hui jugée trop tolérante au regard du climat de guerre qui sévit désormais. Le pouvoir entend tout bonnement lui dicter ce qu'il faut dire . Et que faut il dire ? Il faut dire «  Nous sommes en guerre contre l'islamisme ! » Le premier à avoir prononcé cette phrase est Manuel VALLS, celui qui a si minutieusement œuvré à la dislocation du parti socialiste avec l'aide de MACRON.

 

 

En 2016 lors de sa campagne, le futur chef de l'Etat plaidait pour une « laïcité ouverte. »Il s'agissait par cette formule séduisante, forte du «  en même temps », d'attraper le maximum de « gogols » pour se faire élire. Aujourd'hui le gentil Épagneul a muté pour se rapprocher du pitbull. Non pas qu'il y prenne plaisir mais s'il veut avoir une chance contre la candidate d'extrême droite en 2022, il faut bien qu'il donne à boire aux vampires assoiffés de sang !

Le permis de tuer contre les ennemis de La France ! Voilà ce que certains revendiquent.

 

La honte et le mépris :

 

Que dire d'une partie de la sphère médiatique qui en fait toujours plus et accuse le service public de propagande parce que France INTER prend le contre pied de leurs thèses débiles !

«  Avec le service public, on paye pour être insultés, ils ne m'invitent jamais déplore Nadine MORANO ! J'ai envie de lui dire que dans la vie, chacun a ce qu'il mérite.

La palme revient à la chaîne CNEWS qui chaque jour, martèle ses insanités par la voix de Pascal PRAUD et de la quasi totalité de ses invités dont la sus nommée. Le journaliste du figaro YVAN RIOUFFOL ne se mouche pas du pied : «  Il faut combattre les ennemis du pays et tous les collabos, islamo gauchistes ! »

 

Pour l'animateur Pascal PRAUD qui se réclame volontiers de la tolérance et de la nuance, excusez du peu, tous ceux qui tendent à relativiser le danger islamiste sont des lâches ou des naïfs ! Il éructe de colère et son visage se déforme, dès qu'il entend une voix différente de la sienne. «  Je me fous de la République ! C'est la France qu'il faut défendre ! » tonne t il . Dont acte ! Voici une phrase qu'il faut bien noter et qui pèsera lourd dans le dossier du chantre de la liberté d'expression, qui méprise toute la classe politique surtout celle de gauche, «  Ces gens là se sont couchés, qu'ils se taisent jusqu'à la fin de leur vie ! » a t il encore hurlé récemment. Bonjour Monsieur le censeur !

Je note également que ceux là même qui se répandent en courbette devant Samuel PATY, n'hésitaient pas hier, à cracher sur tous les enseignants qui, tous de gauche, ces cons là, ne pensaient qu'à introduire la politique à l'école. Comme par enchantement, ils sont devenus des victimes qui s'auto censuraient et à présent on n'hésite plus à diffuser leur témoignages ! Les temps changent !

 

Le dérapage et l'hystérie sont tels que même la ligue des droits de l'homme est mise au pilori.

La justice est bien sûr montrée du doigt, parce que trop tolérante et constitue désormais un frein à « LEUR GUERRE ! » La constitution, mais il faut la changer bon Dieu ! Les sages ne sont que des naïfs qui, par leurs « retocades », empêchent les bons projets de lois d'avancer ! Voilà ce que n'hésitent pas à affirmer ceux qui accusaient hier, les gilets jaunes de violer les lois de la république !

Le grand gourou de la chaîne, Eric ZEMMOUR, bien que plusieurs fois condamné par la justice pour incitation à la haine raciale, est à l'honneur chaque soir pour déverser ses tombereaux de vomissures sur tous les violeurs et assassins étrangers.

 

 

La France de la honte ou la honte de la France ?

 

Comment ne pas s'indigner devant le fait que certains média courent derrière FILLON pour lui demander son avis. Il propose l'interdiction du port du voile dans l'espace public. Quand on sait ce qu'il s'est lui même autorisé, c'est juste révoltant. Cela n'a rien à voir diront certains ? Mais bien sûr que si ! Cela a à voir avec la décence, l'éthique, la dignité humaine. Dans un pays où la crapule en col blanc, condamnée par la justice en première instance, continue d'avoir un statut de consultant sur ce qui doit être interdit ou autorisé, on se dit que le pouvoir que la classe dominante s'attribue est décidément sans limite et il est temps d'y mettre un terme !

 

«  J'ai honte pour ce peuple là » chantait jadis Maxime LE FORESTIER, avant de devenir un chanteur commercial. Il est vrai que pour gagner sa vie ça aide...

Il est une autre de ses chansons que le lecteur ne risque pas d'entendre sur les ondes mais que je l'invite cependant à écouter. «  Je m'en fous de La France on m'a menti, on a profité de mon enfance, pour me faire croire à des conneries... »

A écouter sur YOUTUBE.

 

A l'instar de Maxime, Cet emballement politico – médiatique que j'ai décrit plus haut ne m'inspire que l’écœurement et la honte.

 

Je n'ai jamais aimé les drapeaux. Lorsque j'étais au service militaire, il fallait se mettre au garde a vous en écoutant «  La Marseillaise. » Je faisais semblant mais je me dissociais complètement. On peut parfois dompter des gestes mais pas les consciences !

J'ai bourlingué partout dans ce veux monde, dans le reste du continent européen, mais aussi en Asie en Afrique et en Amérique. Je me présenterais volontiers à la manière de HK et les Saltimbanks : « Citoyen du monde, partisan d'un monde sans frontière. »

 

Pour autant, je suis aussi français qu'un autre même si je n'en tire aucune gloire. Je revendique le droit de refuser de m'associer à ce climat délétère qui libère la parole des racistes et des xénophobes pour une soit disant défense du pays contre le supposé envahisseur. Je revendique le droit de crier ma colère contre ces pseudos patriotes qui n'ont que le mot « guerre » à la bouche et osent traiter de naïfs et de lâches les rebelles qui refusent de défiler avec eux. Ils pourront m'insulter autant qu'ils veulent, et ils le feront ! Jamais je ne dirai ce qu'ils exigent que je dise !

A tous les « braves gens qui n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux » j'affirme haut et fort qu'ils ne me rencontrerons jamais sur leur route qui conduit tout droit à la guerre !

 

Non ! Je ne hurlerai pas avec les loups ce qui me permettra j'espère, de me regarder chaque matin dans le miroir sans être trop déprimé. J'espère ne pas être le seul.

 

JC TARBY

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.