Jean-Francois Laslier
Directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 avr. 2017

Peut-on échapper au vote utile ?

Un billet écrit par Vincent Merlin, Isabelle Lebon, et plusieurs chercheurs en théorie du choix social sur les modes de scrutins alternatifs.

Jean-Francois Laslier
Directeur de recherche au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la veille du premier tour de l’élection présidentielle, nombre d’électeurs s’interrogent encore pour savoir s’ils vont voter selon  leur conviction ou bien voter « utile ». Cette question  est encore plus prégnante cette année, avec quatre candidats susceptibles de se qualifier  et  6 duels possibles pour le second tour !  Cette situation est-elle inévitable ?

Si cette question porte sur l'existence de règles de vote permettant d'échapper complètement à ce dilemme, la réponse est malheureusement négative. Au début des années 1970, un économiste, Mark Satterthwaite, et un philosophe, Alan Gibbard, ont montré que tous les modes de scrutin démocratiques étaient sensibles à ce problème. Quelle que soit la règle, il y aura toujours des situations dans lesquelles des citoyens auront intérêt à abandonner leur choix sincère pour un vote stratégique.

On peut cependant comparer les règles entre elles. Parmi tous les systèmes de vote, notre scrutin officiel, uninominal à deux tours, reste un filtre particulièrement sévère, puisque la complexité des préférences de chaque électeur se résume finalement à un unique nom déposé dans une urne. Il existe pourtant de nombreuses méthodes qui, permettant une expression plus complète des  souhaits de chacun, atténuent grandement la problématique du vote utile.

En Australie ou en Irlande, le bulletin de vote se présente sous une forme très différente, puisqu’il demande un classement des candidats. Le vote unique transférable  va alors éliminer un à un les candidats jusqu’à désigner un vainqueur. A chaque étape, le candidat qui a le moins de voix est éliminé, et le vote de ses partisans est transféré au candidat  suivant sur le bulletin. Plus besoin alors pour l’électeur de voter d’emblée utile, puisque l’éviction de son candidat favori ne se traduit pas par la perte de son vote mais par sa réattribution au suivant de ses choix encore valides. Ce vote transférable tend à se répandre: en novembre dernier, les électeurs de l’état du Maine (Etats-Unis) ont décidé par referendum de l’utiliser pour toutes  leurs élections (Gouverneur, Sénateur, etc.…).

On peut aussi imaginer d'autres méthodes, au fonctionnement intuitif et aisément utilisables par les électeurs. Le vote par approbation donne la possibilité de voter pour plusieurs candidats,  le vainqueur étant celui qui recueille le plus de voix. Il permet  de mieux apprécier  le poids de certains courants, marginalisés par le vote uninominal. Dans la même logique, le vote par évaluation demande aux électeurs de noter chaque candidat sur une échelle commune (0, 1, 2, 3, …etc.), il leur permet d’exprimer et de nuancer leur opinion sur chacun d’entre eux. Le vainqueur est alors le candidat qui obtient la meilleure moyenne ou, dans une variante plus complexe, la meilleure médiane.

La recherche s’intéresse depuis longtemps aux modes de scrutin alternatifs, et un collectif de chercheurs va tester ceux-ci à grande échelle lors de l’élection présidentielle dans le cadre de 15 bureaux de vote situés dans le Bas-Rhin (Strasbourg), le Calvados (Hérouville-Saint-Clair) et l’Isère (Grenoble, Crolles, Allévard-les-bains). Et tout un chacun en France peut participer à une expérimentation en ligne, sur le site https://vote.imag.fr.   

Pour ne pas perturber le déroulement du processus électoral, les résultats ne seront divulgués qu’après la fin des élections législatives.  Ces recherches visent à améliorer l’expression de la démocratie, et dans le futur, elles permettront peut être d’éviter que la question du vote utile ne domine les débats. 

Ce billet est signé par plusieurs chercheurs travaillant actuellement sur le sujet:

Vincent Merlin, CNRS, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Isabelle Lebon, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Antoinette Baujard, GATE Lyon Saint-Étienne, Université Jean Monnet Saint-Étienne

Renaud Blanch, LIG, Université Grenoble-Alpes

Sylvain Bouveret, LIG, Université Grenoble-Alpes

François Durand, CREM, Universités Caen-Normandie et Rennes 1

Herrade Igersheim, CNRS, BETA, Université de Strasbourg

Jérôme Lang, LAMSADE CNRS, Université Paris-Dauphine

Annick Laruelle, UPV-EHU, Universidad del País Vasco

Jean-François Laslier, CNRS, Ecole d'Economie de Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public