Jean Galaad Poupon
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2021

Jean Galaad Poupon
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Le complotisme : vers l'anesthésie politique

Je publie un article initialement écrit le 17 Novembre 2020 à propos du documentaire "Hold-up". Ne me lisez pas, vous êtes sur internet, il n'y a pas de philosophie ici. Regardez des chatons, netflix mais surtout pas « Hold up », vous deviendriez un complotiste antisémite.

Jean Galaad Poupon
Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après plusieurs années de travail sur le complotisme je me suis dis, à l'aune du documentaire « Hold up » et ce qu'il soulève, qu'il serait opportun d'en éclairer le sens, et l'usage politique qui en est fait. Ce documentaire fait plusieurs millions de vues sur les réseaux sociaux, en réaction l'ensemble des médias (libé, le monde, RTL, France inter, pour ne citer qu'eux) s'empresse de lui donner l'anathème qui vise à mettre en garde les curieux : attention il est COMPLOTISTE. Quand j'écris ces lignes, ce documentaire est également considéré comme antisémite (par Marie Peltier entre autre).

  • C'est quoi ?

Le complotisme consiste à proposer une version alternative d'un événement à sa version officielle, a fortiori la généralisation du procédé consiste à postuler l'existence d'un groupe dominant qui organise secrètement divers troubles et événements négatifs dans notre société.

  • C'est-à-dire ?

Les ressorts épistémologiques du complotisme, c'est-à-dire la manière dont une pensée complotiste se forme se structure de la manière suivante : défiance envers les médias et les gouvernements, doute vis-à-vis de ce qui est tenu pour vrai par ces médias, hypothèse alternative appuyé par des faits allant dans le sens de l'hypothèse sans jamais l'a prouver de manière définitive.

  • C'est qui ces gens ?

Je distinguerai ici plusieurs complotismes. Les vrais, ceux qui croient par exemple que les extra-terrestres sont parmi nous (les pyramides ma gueule!). Ceux-là sont plutôt sympathiques, même si on voudrait qu'ils échappent à leurs obsessions. On trouve aussi la théorie du complot reptilien : ils contrôlent secrètement le monde (ceux qui comme moi se réjouissent de l'absence d'antisémitisme dans cette théorie du complot reptilien, fait rare dans le complotisme, seront vite déçus, les juifs sont au courant, ils le taisent et sont complices -_- ). Le complotisme antisémite : ici les juifs contrôlent le monde politique, surtout les juifs sionistes qui veulent en même temps (si je puis dire) mondialiser la politique et s'enraciner de manière nationaliste et coloniale à Israël. Le problème de ces complotistes est moins la domination en soi que ceux qui occupent le trône selon eux.

  • C'est tout ?

Non ce n'est pas tout. Une forme de complotisme est apparue récemment : ceux qui spéculent sur les actions, les projets, les intérêts, et les manipulations des dominants que sont les riches, les gouvernements, les médias, autrement dit le Capitalisme une fois organisé. C'est récent car auparavant ceux-là étaient simplement anti-capitalistes. Ma thèse est que ce complotisme là est légitime (enfermez-le!), même si les ressorts épistémologiques sont les mêmes. Et c'est là que je voudrais proposer des éléments pertinents. Le nouvel usage de ce terme a deux sources pour moi : les dominants défendent leurs intérêts et la petite bourgeoisie expriment son mépris intellectuel.

  • Mais toi, tu es complotiste ?

Oui, et j'ai longtemps lu le plus grand des complotistes : Descartes. Dans sa première méditation il fait l'hypothèse qu'un dieu trompeur et un malin génie s'efforcent de nous tromper et de nous empêcher d'atteindre la vérité. (Heureusement qu'il ne faisait pas de politique...). En philosophie, ce qu'on appelle couramment le complotisme dans les médias et en politique s'appelle le scepticisme. Le scepticisme est un outil méthodologique de pensée qui sert à démontrer la vérité en proposant par imagination, les hypothèses les plus folles visant en renforcer une idée et à tester sa solidité. Les hypothèses imaginaires sont mêmes ordinaires en Sciences-Physique puisque Ray Bradbury et Stephen King ont été sollicité par la NASA pour faire avancer la recherche. L'hypothèse imaginaire est donc étudiée sérieusement, afin de voir si elle peut correspondre à la réalité. En Philosophie et en sciences le scepticisme et les hypothèses imaginaires sont des outils ordinaires et souvent nécessaires. Par exemple, dans Philosophie de la connaissance. Croyance, connaissance justification. (Vrin, 2005) David K. Lewis écrit « Laissez éclater vos fantasmes paranoïaques – complots de la CIA, hallucinogènes dans l'eau du robinet, conspirations de menteurs, Satan lui-même – vous vous rendrez vite compte qu'on trouve partout des possibilités d'erreurs non éliminées. Bien sûr ces possibilités-là sont farfelues, mais elles restent bel et bien des possibilités. Elles débordent même sur notre savoir le plus quotidien. Nous ne disposons jamais d'une connaissance infaillible. » Lorsqu'on fait des études à l'Université c'est normal de faire des hypothèses farfelues et de douter de tout. C'est le moyen d'atteindre une forme de vérité, probable dira t-on.

  • On atteint jamais la vérité ? Que dit Popper ?

Jamais de manière absolue. Les faits sont établis de manière polémique, les interprétations de faits sont multiples. Popper est un philosophe qui, faute de proposer un critère de vérité, propose un critère de fausseté : l'infalsifiabilité. Les théories du complot étant infalsifiables, elles sont donc fausses ? Cette idée vient de gens qui n'ont pas lu Popper et qui ne connaissent pas les failles de son épistémologie. Si cette épistémologie est vraie alors le féminisme est faux, exemple : le patriarcat est la domination des hommes sur les femmes, or les hommes se suicident plus, meurent plus au travail et de mort violente, ils souffrent plus de solitude. Théorie – fait empirique falsifiant. Ici, la théorie féministe est réfutée par une donnée empirique. Problème, Popper s'est trompé, une théorie falsifiée peut s'avérer vrai. C'est pourquoi Popper présente l'échec de sa théorie en voulant la sauver : l'hypothèse ad hoc. C'est quoi cette merde ? (un élève génial m'a dit une fois « c'est le truc des rageux monsieur ! ») Une hypothèse réfutée par un fait empirique est sauvé par une hypothèse interprétative qui sauve la théorie malgré les faits : on peut expliquer (donc avec une théorie) d'un point de vue féministe et non contradictoirement qu'il y a du patriarcat et que les hommes subissent aussi des dominations de genre dans la construction viriliste. Autrement dit, l'infalsifiabilité par les faits n'est pas suffisante pour invalider une théorie. Les théories du complot ne sont donc pas épistémologiquement invalides.

  • Attends attends... On ne peut pas réfuter la platitude de la Terre, ni les extra-terrestres, ni les reptiliens ni toute cette merde ?

Non. Enfin si, mais pas absolument. Thomas S. Kuhn a fait apparaître en ce sens que la vérité s'établit par un système d'adhésion sur le mode de la croyance et non de la science. On est devenu héliocentrisme sans l'avoir démontré. Un paradigme est ce moment où une majorité de scientifiques se mettent d'accord sur une théorie générale que tous soutiennent. Ceux qui sortent de ce cadre sont ridiculisés et disqualifiés. Par exemple, on peut les traiter de complotiste. Ce paradigme n'est pas objectivement vrai, il exprime les croyances majoritaires des scientifiques dans les instances institutionnelles de légitimation politique.

Heu.. ? Les médias, les revues, les universités. On peut dire que dans notre paradigme c'est des grosses conneries, mais objectivement on sait pas, même si c'est très peu probable.

  • Ouais... Mais du coup c'est quoi le problème avec le complotisme ?

En général on s'en fout. Sauf pour le complot juif, il est immoral et historiquement dangereux, il faut le démonter car si beaucoup de gens y adhérent les juifs peuvent être en danger. Les autres sont plutôt rigolos. Et en réalité nous sommes tous plus ou moins complotistes. C'est normal. Parfois c'est bien et nécessaire, parfois c'est dangereux et immoral. Le problème arrive lorsqu'on applique cela au politique.

  • Les anti-complotistes sont stupides, dixit Spinoza.

Comme l'a fait apparaître Frédéric Lordon le complotisme est un symptôme de la dépossession politique comme l'écrit Spinoza « pouvoir tout traiter en cachette des citoyens, et vouloir qu’à partir de là ils ne portent pas de jugement, c’est le comble de la stupidité. » (Traité politique, VII, 27). Le peuple se pose des questions sur la manière dont il est gouverné, car il est gouverné, il ne gouverne pas. Le peuple est tenu éloigné des décisions politiques. À partir de ce qu'il a, il essaye de comprendre les intérêts des dominants pour se défaire de ses chaînes. Lorsqu'il a conscience d'être dominé bien sûr, je crois d'ailleurs que chez les anti-complotistes macroniens, la domination n'existe pas. À l'inverse, les gouvernants dissimulent leurs réelles intentions pour parvenir à dominer et à cacher la domination. Exemple : « Mon ennemi c'est la finance ». Donc, les dominants mentent ou utilisent une novlangue pour euphémiser ou dissimuler l'injustice de leurs décisions, en face les dominés conscients de la domination et qui ont pour projet de résister à cette domination essaient de comprendre à partir de ce qu'ils ont. Et lorsqu'on a pas toutes les informations, on se trompe, on s'égare, on exagère. Et parfois, on trouve la vérité. La prise de conscience politique ressemble finalement à une démarche scientifique de tâtonnement à l'aveugle. Personnellement, je préfère un citoyen conscient de la domination qui exagère sur les intentions et les actions des dominants, qu'un citoyen endormi paisiblement dans l'ordre néo-libéral (généralement ce dernier ne subit vraiment la domination).

  • Que se passe t-il du coup ?

C'est très simple, de nombreux citoyens se posent des questions, parfois dans le bon sens, parfois à l'envers. Ils accusent les dominants de dominer, les dominants s'en défendent, ou justifient leurs actes. Les dominants s'organisent pour établir leur vision politique du monde. C'est pourquoi il y a un paradigme actuel qui domine la pensée celui de la mondialisation néo-libérale pour faire court. Ce paradigme colonise petit à petit toutes les instances scientifiques, et non seulement la philosophie politique. Un médecin ne souscrivant pas à l'idéologie de l'industrie pharmaceutique (médicaments = bien + santé) se verra disqualifié, quand bien même il met au point un traitement efficace contre le cancer et les maladies dégénératives, traitement testé, vérifié et validé. C'est qui ? André Gernez bien sûr.

Tous ceux qui sortent ou critiquent ce cadre de pensée sont susceptibles d'être attaqués ou disqualifiés. On trouvera donc dans la liste des complotistes désignés comme tels par des médias défendant l'ordre en place de nombreux anticapitalistes ou critiques du pouvoir : Lordon, les Pinçon-Charlot, le Monde Diplomatique, Michel Onfray, Etienne Chouard, Pierre Rabhi, Serge Halimi. Il est assez aberrant d’amalgamer ces gens avec des antisémites, or c'est ce que permet la notion de complotisme : confondre des idéologies contraires. La théorie de la théorie du complot est un confusionnisme. Ils seront même antisémites parce qu'ils sont complotistes. Ce n'est pas aberrant, c'est le pouvoir qui se défend tout naturellement.

  • Oui mais attends... tu dis que c'est un disqualificatif... ok, mais entre ces penseurs et des excités de la conspiration il y a un gouffre !

Lorsque Emmanuel Macron et Marlène Schiappa disent que les gilets jaunes sont financés par les italiens et les russes. Pardon ?? Non mais pour quoi faire au juste ?? Est-ce que ça, ça n'est pas du complotisme ? ... Or, personne ne les a accusé de complotisme. Cet anathème est un outil de domination politique pour disqualifier toute critique en... la psychiatrisant. L'hypothèse politique est alors considérée comme celle d'un paranoïaque. Cela permet d'éviter toute contre-argumentation en invitant son contradicteur à prendre RDV avec son psychanalyste. Cet usage disqualificatif est assez récent, au XXe siècle, en pleine guerre froide, tout le monde savait que le bloc capitaliste et le bloc communiste fomentait des complots secrets. On se disqualifiait on se traitant de bolcheviks ou d'amerlocs. Aujourd'hui le bloc communiste est tombé, les capitalistes doivent donc disqualifier leurs critiques internes, une fois que les universités sont orientées, les médias financés par le Capital, et les politiques plus ou moins au service de la même politique on peut traiter tous ses adversaires de complotismes personne n'aura ni la rigueur ni la possibilité de dire le contraire. C'est même plus grave que ça, aujourd'hui de nombreux lanceurs d'alerte dévoilent des scandales cachés (n’appelons surtout pas ça des complots ! Nous serions aussitôt touchés par la maladie mentale). On les neutralise en les confondant avec des complotistes et sans mobilisation massive pour relayer leur travail ils sont voués au silence.

  • Ok, les libéraux n'aiment pas le complotisme parce que ça dévoile la domination... Mais il y a des anarchistes qui critiquent le complotisme, rien à voir.

Oui c'est vrai, pour des raisons différentes. Et je crois qu'ils se trompent. Le dévoilement des mécanismes du pouvoir est une chose positive pour les anarchistes, mais ils rejettent les théories les plus farfelues car elles désamorceraient l'action politique. Si je crois connaître un complot alors je me dispense d'agir, la seule connaissance du complot fait de moi un résistant. Pas besoin de lutter car je suis éveillé par la seule connaissance du complot, à la limite j'essaye de convaincre les gens en les faisant chier avec 12 000 preuves et vidéos à la con. Les anarchistes veulent une Révolution, le complotisme est perçu comme un outil de démobilisation.

  • Et c'est vrai ?

Non. Dans les milieux militants, sur les Zads par exemple, il y a beaucoup de complotistes. On les appelle les « conspis ». Ce n'est pas toujours agréable, mais ça ne les empêche pas de lutter, mais lutter pour de vrai. Je pense que les anarchistes anti-complotistes ne vont pas souvent sur des lieux luttes, sinon ils relativiseraient grandement le problème.

  • Mais ce documentaire qui balance tout et son contraire c'est n'importe quoi, non ?

La théorie de la théorie du complot accuse les complotistes d'utiliser le sophisme du mille feuille.

  • C'est quoi encore ce truc ?

Cela consiste à donner une quantité d'arguments et de preuves allant dans le même sens au détriment de la qualité de ces arguments. Le temps de démonter tous ces arguments étant quasi-impossible à obtenir, au final on a raison par usure.

  • Et voilà ! C'est ça la merde du complotisme ! Le mille feuille !

Et bien, non. Les gouvernements font la même chose pour justifier « l'allègement des charges sociales », vous trouverez 1000 études et preuves que cet allègement permet de baisser le chômage et la Croissance. Ce n'est donc pas une singularité du complotisme. Par ailleurs je mets au défi quiconque de me démontrer que La Recherche de la vérité de Malebranche n'est pas un mille feuilles argumentatif, et a fortiori, peut-être même une bonne partie de l'histoire de la philosophie.

  • Comment on fait alors ? On dit rien aux complotistes ?

On cherche une preuve ou une expérience de pensée qui invalide le tout. Exemple, le constat : si l'allègement des charges permet la relancer de la Croissance et la baisse du chômage, alors pourquoi est-ce que cette politique de baisse des charges s'articule avec … croissance nulle et une augmentation du chômage ? Pour le complot juif, et pour s'en convaincre soi-même (au cas où le besoin de quelqu'un ici s'en ferait sentir) il faut faire une expérience de pensée : si Israël n'existait pas, et si les juifs étaient totalement absents des cercles de pouvoir serait-on épargné de la mondialisation capitaliste, du transhumanisme, du néo-libéralisme et du dérèglement climatique ? On peut ajouter les chinois sont-ils anticapitalistes ? Non... mais alors sont-il juifs ? Cette expérience de pensée et cette analyse invalident à elles seules la pertinence du complot juif. Si vous en avez l'énergie et le courage il faudra convaincre que c'est des conneries. C'est Marx lui-même qui met en lumière la dynamique aveugle du Capital dont la mécanique accumulative ne dépend ni des acteurs qui l'incarnent ni de leur idéologie, car c'est le mode de production qui détermine leur idéologie et non l'inverse : "Ce n'est pas la conscience des hommes qui déterminent leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience."

"La production des idées, des représentations et de la conscience, est d'abord directement et intimement mêlée à l'activité matérielle et au commerce matériel des hommes : elle est le langage de la vie réelle." Pépé Marx amour sur toi.

  • Ok pour les antisémites, mais les complotistes non-antisémites ?

La théorie de la théorie du complot considère que tout complotisme est antisémite comme l'écrit bien Marie Peltier. Ce qui lui permet d'accuser d'antisémitisme un documentaire qui ne dit jamais le mot « juif » (l'accusé principal, Bill Gates, n'est même pas juif ! ). Monique Pinçon-Charlot dont les travaux ont nourrit la gauche critique et la pensée anarchiste depuis des décennies est aujourd'hui accusée de complotisme et d'antisémitisme pour son intervention dans ce film. Or, elle est marxiste, et comme je viens de le démontrer je crois, Marx est l'antidote au complotisme antisémite. Elle est intellectuellement incompatible avec l'antisémitisme, c'est pour elle absurde et impensable. Il faut rejeter cette accusation d'antisémitisme et la combattre en faisant apparaître l'absurde et le danger de ce procédé (si Mélenchon, José Bové, Olivier Besancenot, Etienne Chouard, Bourdieu, Daniel Mermet, et j'en passe, sont antisémites mais alors tout le monde est antisémite, ou bien personne. Et c'est là le danger, tel Pierre qui criait au loup on en vient à dédramatiser l'antisémitisme, personne ne le croit, et quand l'ennemi vient, personne ne le voit). Et pour le complotisme en question, mon avis est que au-delà d'y reconnaître un procédé sophistique du pouvoir qui se défend (et donc de ne pas se laisser impressionner ou intimider par ça), il ne faut pas s'indigner des propos farfelus, ni les condamner. Mais discuter, et croire au bon sens des gens pour reconnaître la vérité. En tant que prof je sais que cette croyance se vérifie tous les jours (oui, je trouve que mes sont intelligents).

  • Mais alors, il faut pas lutter contre le complotisme ?

La théorie de la théorie du complot est complotiste. Ceux qui démontent les théories du complot ont recours aux mêmes schèmes intellectuels que les complotistes : procès d'intention, généalogie des financements occultes explicatifs (Caroline Fourest explique la complaisance de Corbyn vis-à-vis de ce qu'elle appelle « l'Islam radicale » en raison des financements de son parti politique et... d'une photo de lui à côté d'un « musulman fondamentaliste »), idéologie cachée ou supposée (des « islamogauchistes » alliés aux terroristes dixit Caroline Fourest, Val, Bruckner), au service de forces étrangères (lorsque l'ONU dénonce les violences policières en France Michelle Bachelet, Haut-commissaire aux droits de l'Homme est accusée par les macronistes d'être au service ... du Venezuela ! ). Les théoriciens de la théorie du complot voient des complotistes partout qui conspirent secrètement dans l'ombre. Encore une fois, tout le monde est plus ou moins complotiste, surtout ceux qui s'acharnent à lutter contre. Je ne vois pas l'utilité de mettre en garde des ''esprits faibles et vulnérables'' contre une supposée contamination intellectuelle. En quoi est-ce grave que des gens croient comme le dit ce documentaire que l'argent va être dématérialisé et que la 5G va contrôler nos décisions via des nanorobots injectés par le vaccin covid ? Ces gens là ne sont pas dangereux : ils se méfient de ce qu'on leur dit, ils se renseignent, ils se conscientisent parfois maladroitement (et alors ? On veut des esprits purs et droits ? Les pensées gauches seraient-elles devenues indésirables en soi ? ). J'y vois plutôt quelque chose de sain : le citoyen en a soupé des fake news des médias mainstream (« les violences policières n'existent pas dans un État de droit » pardon??) il regarde ailleurs. Dans cet ailleurs il y a le pire et le meilleur. C'est normal, lorsque votre médecin ne vous soigne plus, les charlatans sont rois, les causes imaginaires comme les reptiliens ou les juifs deviennent plausibles. Mais pourquoi s'inquiéter lorsque les gens vont dans le sens de la critique du capitalisme, des technologies, de la mondialisation, du principe de représentation en politique ? À moins bien sûr qu'on ne défende soi-même ce monde-là. Les gens n'ont pas besoin des intellos de gauche sur-diplômés pour leur faire des leçons d'hygiène intellectuelle. Ne plus croire au discours capitaliste est plutôt un signe de bonne santé intellectuelle. Et c'est ça qui me rend le plus triste.

  • Triste ?

Oui, depuis les gilets jaunes je vois à quel point la gauche et l'extrême gauche (mon camp politique donc) méprise le peuple. Au départ, j'ai vu l'insurrection que l'on attendait tous depuis des décennies. Victoire ! Non, les gens de gauche et d'extrême gauche, en bons disciples de Foucault et de Terra Nova ont jugé ce peuple trop sexiste et trop raciste voire trop démocrate lorsqu'il demande le RIC. On peut déjà noter les points communs avec Macron, qui ajoute même que les gilets jaunes sont antisémites (si ça c'est pas une fake news ! Qualifier un mouvement comme ça sur la base de 2 gusses qui font des quenelles... On pourrait compter le nombre de policiers et de militaires qui font des quenelles, ce serait intéressant...). Le peuple des gilets jaunes, mouvement pourtant très paritaire sur les ronds points et dans ses représentants de toutes les couleurs et de toute origine était impur. Il n'était pas assez intersectionnel (je ne me lasserai personnellement jamais d'entendre des féministes reprocher aux gilets jaunes de ne pas être intersectionnels (ce qui n'est pas entièrement faux) lorsqu'elles-mêmes sont opposées à la sortie de l'€ et au RIC. N'est pas intersectionnel qui veut.) J'ai vu mon camp politique mépriser un peuple révolutionnaire. Ce camp politique m'est apparu à cet instant contre-révolutionnaire. Et aujourd'hui je vois des gens de gauche et d'extrême gauche crier haro sur le baudet vis-à-vis d'un documentaire sans l'avoir vu sous prétexte qu'il est COMPLOTISTE. J'y vois ici, en lecteur amoureux de Bourdieu et Rancière le mépris des intellectuels vis-à-vis de ceux qui ont fait moins d'études qu'eux et dont l'usage de la faculté de penser est jugée illégitime. Ce documentaire a eu beaucoup de succès sur les réseaux sociaux liés aux gilets jaunes, relayé aussi par Maxime Nicolle (l'immonde complotiste). En décembre 2017, l'IFOP a produit une enquête bidon pour prouver que 8 /10 français étaient complotistes mélangeant tout et n'importe quoi, avec une méthodologie abracadabrantesque. De quoi effrayer et enorgueillir tous ceux qui croient de pas en être, en l’occurrence ces médias et cette presse s'adresse au lectorat de gauche. On dit aux gens : vous pensez mal, vous n'avez pas le droit de penser ça, ou comme ça, il faut penser comme nous, comme on vous le dit. Votre réflexion n'est pas assez rigoureuse, votre usage du doute est hyperbolique et injustifié, vos hypothèses sont grotesques et fausses. Les intellectuels de gauche ne supportent pas que les gilets jaunes s'emparent de la politique à leur manière en toute autonomie. Ils voudraient que le peuple défile avec leurs slogans en lisant leurs bouquins (oui moi aussi j'aimerais bien que les gilets jaunes lisent Bourdieu et Rancière...). Ce mépris de classe parfois conscient et assumé me rend triste et me dégoûte. Il contredit toutes les valeurs de ma vie et de ma formation intellectuelle. Alors oui ce documentaire est complotiste, non je n'ai pas été convaincu par les thèses développées et malgré tout je trouve les interventions très intéressantes, et oui, j'ai pris du plaisir à le voir, j'aime la musique, et oui, je suis content que des millions de gens l'aient vu sur les réseaux sociaux et s'interrogent maintenant sur la gestion politique du covid. Et surtout, oui j'aime Monique Pinçon-Charlot, son travail, ses propos et son humanité. Je pense qu'on peut faire une corrélation directe entre le niveau d'étude et le dégoût de ce documentaire, avant même de l'avoir vu, inversement plus vous êtes issus de classes populaires, plus il a de chance de vous plaire. Heureusement que je ne suis pas trop lu car la fin est sans filtre x) et je ne suis pas si triste car beaucoup d'anarchistes sont aussi critiques que moi contre leur camp politique. *youpi*

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte