Le populisme réellement existant en France (7)

Pour une approche épistémique (ontologique et caractéristique) du populisme.

Le Rien qui va au demos devient ce qu’il est : un Nihiliste. Donc, tout se passe comme si « la démotique » était sa puissance, même s’il ne sait pas ce qu’il peut. Au fond, ce Nihiliste attend de lui-même un miracle : ne pas être un homo furiosus, devenir un brave Collectif.

Si Nihilistes il y a dans notre société d’ordres, descendent-ils des aristocrates chers à Rousseau, du moins celui de la sixième Lettre écrite de la montagne? Des Meilleurs, probes, expérimentés, éclairés?... Pas du tout, si on imagine une aristocratie comme la forme nouvelle du gouvernement des Riens restant Riens. Car que peut faire ce hors-peuple aristocratique, sinon des gurus au service de la société d’ordres? Il faut donc nommer ce brave Collectif par provision et par défaut Demos de populistes d’extrême-gauche - et lui appliquer les trois critères ontologiques : anti-élitisme sélectif, anti-pluralisme moralisateur, constructionnisme populaire.

Ce Demos prétend ne pas se soumettre à l’Ordre hiérarchique, aux Populaires qui méprisent les Riens depuis la nuit des temps populistes. Seul moyen efficace : ne plus être une Unité normative mais une Union ontologique. Problème : quantité de Riens restent Riens, si bien que perdure l’ordre établi. C’est dire que l’Union démotique deviendrait vite une caste qui se moque des castes, si elle oubliait de moraliser la pluralité populaire.

Ce Demos veut le bien et le voit même la nuit. Contrairement au Peuple de Macron, il ne manque pas de lumière noire. Car on ne peut ni le corrompre ni le tromper pour lui faire faire le bien des Riens. Le mal des Populaires est son affaire, ici et maintenant. Mais on a vu que le populisme d’extrême-centre était le moteur stabilisateur de la société macronique. En aiguisant les angoisses pré-conscientes (Liberté & Sécurité) et l’obsession manifeste du Toujours Plus, le populiste s’attache le peuple entrepreneurial comme il s’y attache. C’est bien le Ressentiment qui génère le mépris des Riens et crée l’envie d’être Investi. Il suffit donc d’obscurcir ce sentiment moral par le communat amoral.

Ce Demos ne construit pas l’union des Riens par homogénéité. Le communat ne participe pas d’une communauté à constituer, c’est une puissance "supplémentaire" qui n’est pas l’auteur de lois auxquelles les Riens se soumettraient, mais l’acteur qui impuissante les Populaires. Par exemple en soutenant ce qui reste du Cadre national - Fi de l’UE donc. 

Mais satisfaire à trois critères ontologiques ne donne pas forcément la meilleure titulature. Demos de populistes d’extrême-gauche pourrait même rendre l’aventure trop aventurière. On essaiera enfin de voir si la démotique est plus qu’un mode d’aménagement des rapports entre Nihilistes et Riens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.