Le séparatisme républicain

Quand on trouve une domination, il faut toujours chercher la séparation et son intériorisation.

Sous label Macron, le penser républicain aura produit deux pensées. La première, dominante, est portée par la gauche d’extrême-droite (Printemps républicain, Valls, etc.), l’extrême centre macronique, la droite extrême LR et l’extrême droite RN. En rigoureux contrepoint, la seconde pensée (dominée) fait chanter la gauche FI, une partie du PS et des Verts. Hors pensée républicaine : une extrême gauche (NPA, LO, etc.) et une extrême droite non RN. Voilà pour cette bande dessinée politicienne qui ne mériterait pas un regard si la superposition noétique n’impliquait un essai de choc : l’islamo-gauchisme, impact frontal, latéral ou interne? 

Pour montrer un individu qu’il appelle "islamo-gauchiste", le républicain dominant isole au moins une particularité sensible et l’identifie par un coup de force idéologique à la totalité vivante de cet individu. On voit bien la gradation noétique et la suspension des guillemets : 1. la pensée zézé ne retient qu’une qualité particulière en sorte que l’islamo-gauchiste est un islamiste par idiotie utile ou par alliance objective 2. la pensée bobo articule plusieurs qualités sensibles : l’islamo-gauchiste est vrai, bon et beau... en son genre seulement 3. la pensée aristocratique (propre à l’extrême centre) agrège une somme immense de qualités sensibles en disposant du Renseignement, en sorte que ledit aristocrate croit appréhender totalement cet individu. Ainsi font les fameuses raisons sérieuses de penser...

Mais quand on suit un autre sérieux (1), on convient vite que l’aristocrate y va d’un unilatéralisme sophistiqué, d’une abstraction retorse qui semble confiner au concret de pensée. On peut le vérifier quand il interpelle un méluchien (2) - républicain "de souche" s’il en est - au motif qu’il serait trop complaisant à l’endroit des musulmans de France souvent stigmatisés, parfois maltraités, ou au motif qu’il opère une distinction sociétale trop subtile entre le musulman fondamentaliste (salafiste, soufiste, new-agiste) et le jihadiste, ou au motif qu’il méprise l’idée générale de "guerre des civilisations" véhiculée par les médias mainstream. Et mille autres motifs émotifs pour ce finale opérationnel : le méluchien est un islamo-gauchiste. Pareille identité d’entendement (non de raison) signe la domination de la pensée macronique sur la pensée méluchienne.

Quand on trouve une domination, il faut toujours chercher la séparation et son intériorisation. La qualification incriminante "islamo-gauchisme", répétée ad nauseam par les merdias, semble assez valide pour montrer un impact frontal dans le penser républicain. Or, cette incrimination devient vite une preuve d’inculture, quand le plus abstrait des républicains (ledit zézé) et le plus fin dans l’abstraction (ledit aristocrate) sont aux prises avec un "islamo-gauchiste": leurs attendus sont différents mais aboutissent au même jugement négatif. Pratiquant la tenaille opérationnelle, ils isolent une détermination de la totalité méluchienne (telle manifestation (3) censément coupable de défense des musulmans soumis à l’islamophobie d’État ou mainstream) & ils re-totalisent à rebours, réduisant le méluchien à cette unique détermination par élimination d’autres déterminations pourtant bien connues. Soient deux opérations d’abstraction qui se fondent dans un jugement négatif. Or, le méluchien est de droit aussi républicain qu’eux... Sauf qu’il porte un jugement positif ou suspensif sur le même individu "islamo-gauchiste", ne retenant que les qualités particulières qui l’intéressent. Il apparaît ainsi aussi abstrait que le républicain dominant, agrégeant des qualités sensibles sans pouvoir les totaliser. Bref, tout se passe comme si l’impuissance noétique du méluchien impliquait son incrimination et forçait son intériorisation.

Pourtant, ces deux pensées (dominante/dominée) ressortissent au même penser - un mode opératoire qui détache de l’être incriminé ses qualités particulières les unes des autres pour obtenir une Idée abstraite : l’islamo-gauchisme. Cette abstraction (conduite en positif ou en négatif) désigne un être qui semble plein ou Soi, alors qu’il n’est toujours pas objectivé et donc autonomisé. Car le penser républicain opère entièrement du côté de la particularité sensible. En pensant unilatéralement et loin du concret de pensée, il multiplie les énoncés incompatibles ou semi-compatibles : les pensées zézé, bobo, aristocrate et méluchienne engendrent des conflits idéologiques insolubles. Or, ne prétendent-elles pas toutes à la vérité sur "l’islamo-gauchisme"?

Quand on affirme sous l’autorité de Wittgenstein que la signification du mot islamo-gauchisme n’est jamais que son usage selon des règles grammaticales et non sociétales, on écarte d’entrée l’abstraction unilatérale et dépréciative. Soutenir qu’un tel n’est qu’un "islamo-gauchiste" revient à penser sérieusement qu’il n’a rien de sociable, voire rien d’humain. Quand le républicain dominant déprécie absolument le méluchien par Mainstream ou Lawfare, on est peut-être à la limite de l’homicide... Évidemment, seule une enquête de victimation pourrait faire le point et le départ avec une victimisation volontiers jouée. Mais il reste que la pensée abstraite du républicain dominant paraît franchement déshumanisante. Voilà sans doute une nouvelle extension de la définition extensive du "républicain fondamental" (4) !

On sait que la violence ne suit jamais loin derrière l’abstraction... Le penser républicain n’étant au fond qu’une particularité d’entendement, refuser de s’en abstraire, c’est vouloir prendre une pente identitaire et se condamner à la violence. Toutefois, il ne s’agit pas ici de reconduire le républicain dominant à la Pensée puisqu’il pense abstrait déjà. Non, il s’agit juste de lui prouver qu’il se trompe sur lui-même par son impolitique savante (5). Car il est comme séparé de soi quand il pratique un séparatisme structurel ou phénoménal (séparation urbaine, scolaire, sociale, sociétale) et stigmatise un séparatisme épi-phénoménal (méluchien, islamo-gauchiste ou islamique). Cette violence qu’il promeut constitue le symptôme de la séparation entre sa pensée abstraite et sa volonté concrète.

——————-


(1) en suivant précisément le Qui pense abstrait? de G.W.F. Hegel.

(2) méluchien est bien sûr un mot insultant quand il vient des républicains zézés, mais il n’est employé ici que de manière descriptive : un nouveau cynique antique?

(3) https://www.mediapart.fr/journal/france/101119/contre-l-islamophobie-une-manifestation-pour-la-liberte-l-egalite-et-la-fraternite?onglet=full

(4) https://blogs.mediapart.fr/jean-guinard/blog/181220/le-republicain-fondamental

(5) https://blogs.mediapart.fr/camille-polloni/blog/190121/separatisme-la-cada-entrave-la-liberte-d-informer-pas-celle-de-communiquer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.