Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

3118 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2022

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Sound of Metal interroge notre oreille

Passé plutôt inaperçu à sa sortie en salles, Sound of Metal est un film à voir absolument, et à entendre par tous les musiciens et non-musiciens qui s'intéressent au son. Travail extraordinaire de l'ingénieur du son oscarisé Nicolas Becker qui réussit à nous faire vivre le calvaire du héros, obnubilé par retrouver son ouïe alors que d'autres refusent de le considérer comme un handicap...

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Étienne Brunet a raison. Passé plutôt inaperçu à sa sortie en salles, Sound of Metal est un film à voir absolument, et à entendre par tous les musiciens et non-musiciens qui s'intéressent au son. Je comprends l'intérêt de mon ami sujet à des acouphènes, mais qui d'entre nous n'a pas pensé qu'un jour il pourrait être confronté à la surdité ou à la cécité ? J'avais un peu abordé le sujet lors de ma seconde année d'études à l'Idhec en réalisant le court métrage L'objet perdu.


Le titre du film de Darius Marder qui avait déjà tourné The Place Beyond the Pines ne m'avait pas incité à le regarder. Sound of Metal laisse imaginer un biopic sur le heavy metal. En effet, si le batteur Ruben Stone, interprété magistralement par Riz Ahmed, est soudainement affecté de surdité, cela vient probablement du volume de la musique qu'il encaisse en tapant sur ses fûts et des amplis à côté de lui. On n'avertira jamais assez du danger les musiciens qui jouent à des puissances aussi déraisonnables qu'inutiles, et les auditeurs qui font hurler leurs casques. Le héros du film est un addict, un accro du son fort. La recherche d'énergie par le volume sonore est un leurre, fantasme entretenu par une sorte de mythe qui esquinte à la fois les oreilles et la musique. En constatant les épouvantables systèmes de sonorisation dans les concerts je me demande chaque fois si les artistes se rendent compte que la qualité de diffusion est pour au moins la moitié de l'effet produit par les œuvres.

SOUND OF METAL | Bande-annonce © Tandem


Le film est épatant pour deux raisons. La première est technique, à l'écoute du travail extraordinaire de l'ingénieur du son Nicolas Becker qui a aussi participé à la musique composée avec Abraham Marder, frère du réalisateur. Becker réussit à nous faire vivre le calvaire du héros, obnubilé par retrouver son ouïe, quand les participants de la communauté qui l'accueille refuse de considérer la surdité comme un handicap et cherchent à vivre autrement, seconde raison de mon enthousiasme.


Je connaissais depuis longtemps Nicolas Becker en tant que bruiteur génial et pour sa collaboration avec le pianiste Benoît Delbecq et le batteur Steve Argüelles. Oscarisé pour le son sur Sound of Metal, il avait aussi travaillé sur Le pacte des loups, L'ordre et la morale, Cosmopolis, 9 mois ferme, Le chant du loup et beaucoup d'autres films, ou collaboré avec Philippe Parreno pour ses expositions.


Une fois n'est pas coutume, je reproduis ci-dessous un extrait de l'article de Philippe Guedj dans Le Point qui résume les méthodes employées par Nicolas Becker pour nous faire partager l'expérience du batteur Ruben Stone :


Becker explique quelques secrets de son travail sur Sound of Metal : sa documentation sur les conditions de la surdité, la perception du son sous l'eau ou encore son travail en collaboration avec le chef opérateur du film pour combiner au mieux le son et l'image afin de créer le point de vue de Ruben. Pour mieux faire comprendre la sensation de surdité à Darius Marder, Nicolas Becker lui proposa, entre autres, de le plonger pendant trente minutes dans le silence d'une chambre anéchoïque (salle aux parois absorbant les ondes sonores), lumières éteintes. Une expérience de pur silence dans l'obscurité particulièrement marquante et utile pour le réalisateur.
La recréation artificielle de la myriade de sons étouffés perçus par Ruben, provenant aussi bien du monde extérieur que de son propre corps, fut obtenue par la combinaison d'une dizaine de micros d'enregistrement pendant le tournage – un peu comme un chef opérateur utilise différents objectifs pour l'image. L'un de ces micros, explique Becker, était un modèle habituellement utilisé dans l'industrie pétrolière pour la prospection souterraine. Avec ce dispositif, l'ingénieur du son a pu obtenir divers traitements du son, du plus immersif et large au plus pointu et concentré. L'un des sons étranges entendu par Ruben (et donc nous), lors d'une scène où le batteur teste dans un centre médical sa déperdition d'audition, casque sur les oreilles, fut notamment créé en faisant enregistrer à Riz Ahmed des dialogues sous l'eau avec un micro dans la bouche.
Accumulant une banque de sons d'environ deux heures, dont plusieurs enregistrements de Riz Ahmed effectuant de simples mouvements du visage, Nicolas Becker alla encore plus loin dans l'expérimentation pour bâtir le son effrayant de l'implant cochléaire défectueux que porte Ruben à un certain point du film. Là encore basées sur de nombreuses recherches, ses créations sonores combinèrent différents logiciels de montage son pour aboutir à « un son Frankenstein » particulièrement surréaliste et déroutant pour le spectateur.


→ Darius Marder, Sound of Metal, DVD / BluRay Sony Pictures

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens