Collectif Baras : trois mois et toujours sans électricité !

Le collectif Baras, errant depuis 2012 entre Montreuil, Les Lilas et Bagnolet, occupe depuis sa dernière expulsion en Juin 2017 un bâtiment. Malgré les promesses, le collectif des Baras reste toujours sans électricité. Il leur avait été promis qu'elle serait remise le 4 décembre, d’autant plus que le délibéré leur a donné six mois dans le bâtiment... Le préfet du 93 fait tout pour les virer.

collectif-baras
P.S.: pour éviter tout malentendu le texte qui suit n'est pas de moi, je l'ai seulement fait suivre, voir la signature en bas ! L'adversaire des Baras n'est pas Guiraud, maire des Lilas, mais le préfet de Seine-Saint-Denis, ferme et brutal (JJB)

P.P.S.: Enfin une bonne nouvelle pour les BARAS !
Après des mois dans l'obscurité et le froid, l'électricité est arrivée au 42 rue des Bruyères au Lilas. La mise en service a été réalisée le 22 décembre 2017 par Enedis. Ceci grâce au syndicat CGT Energie Paris qui regroupe tous les adhérents CGT d’EDF, GDF, eRDF, GrDF et de la CCAS. La Mairie de Lilas, via les services techniques et la directrice de cabinet, ont été à pied d’œuvre jusqu’au bout ! Il aura fallu aussi le soutien de RESF Les Lilas, de la LDH Bagnolet, de nombreux voisins et soutiens historiques... Bravo à celles et ceux qui n'ont jamais baissé les bras et permis qu'un peu d'humanité s'exprime !


Le collectif Baras, errant depuis 2012 entre Montreuil, Les Lilas et Bagnolet, occupe depuis sa dernière expulsion en Juin 2017 un bâtiment. Malgré les promesses de la mairie des Lilas, le collectif des Baras reste toujours sans électricité. Guiraud (le maire), et France Habitation (le proprio) : elle est où l’électricité ?

Après avoir passé un mois et demi sous l’échangeur de Bagnolet, le collectif Baras occupe depuis le mois d’août un bâtiment appartenant à France Habitation au 42 rue des Bruyères aux Lilas. Depuis ce jour des négociations ont lieu avec le propriétaire et la mairie des Lilas. Il leur avait été promis que l’électricité serait remise le 4 décembre, d’autant plus que le délibéré leur a donné six mois dans le bâtiment. Nous sommes le 6 décembre, l’électricité n’a toujours pas été mise et la mairie se décharge de toute responsabilité, en renvoyant la faute à France Habitation (qui pour sa part reste complètement muette).

Le collectif Baras est en colère. Nous, personnes solidaires et voisines en colère, en avons marre des promesses non tenues des institutions, publiques et privées.

N’hésitez pas à passer, manifester votre solidarité au collectif.

Le courant maintenant, l’électricité vite fait !

Signé : Des voisines solidaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.