Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

3079 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 juin 2015

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Il faut que la peur change de camp

Face à l'arrogance des puissants qui se sentent invulnérables se cristallise une radicalisation de plus en plus surprenante.

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face à l'arrogance des puissants qui se sentent invulnérables se cristallise une radicalisation de plus en plus surprenante.
Dans toute l'Europe la bascule vers l'extrême-droite est une de ses formes les plus dangereuses, faute d'analyse conséquente permettant de comprendre ce qu'elle incarne pour les plus démunis. La démagogie consistant à reprendre les arguments de l'extrême-gauche en les dévoyant est une de ses techniques, offrant aux sociaux-démocrates de mettre tous les extrêmes dans le même sac pour opacifier les enjeux. L'islamisation est du même ordre, réaction épidermique à des lois débiles et des pratiques monstrueuses. Pour exemple à celles et ceux qui l'ignorent et à qui cela peut rappeler quelque chose, le Parti Communiste est interdit en Ukraine, mais le parti fachiste Svoboda est autorisé. Le tout avec la bénédiction de l'Europe.
D'autres acquièrent une conscience de classe et les idées révolutionnaires germent à nouveau. Qu'il s'agisse d'un individu ou d'une caste, lorsque les puissants agissent avec la plus grande arrogance et de manière la plus honteuse leur chute n'est pas loin. Voilà plusieurs fois ces derniers mois que j'entends dans la rue que des têtes doivent tomber. Un vent de révolution souffle dans les esprits critiques qui voient bien que la catastrophe se répand de façon exponentielle, tant politique qu'écologique, et que toute la planète est menacée par de grands criminels agissant plus ou moins dans le cadre de lois qu'ils ont dictées. Les États-Unis montrent l'exemple en termes de cynisme et de manipulation des consciences, mais les responsables se retrouvent partout aux commandes de l'économie, créant des famines et des génocides, fabriquant les armes qui les autorisent, développant des secteurs de recherche morbides en prévision d'une redistribution des cartes géopolitiques liées entre autres aux modifications du climat dont ils sont les auteurs.
J'ai été très surpris des propos récents d'un ami que j'ai longtemps considéré comme une personne modérée et qui s'est rapidement radicalisé au vu de son expérience professionnelle en milieu social. En opposition à l'aquoibonisme et à la démission de nombreux citoyens, il me souffla qu'il y avait une solution. J'ai immédiatement pensé à Slavoj Žižek qui commençait toutes ses conférences en se demandant pourquoi les Hommes envisagent la fin du monde et pas celle du capitalisme ! Cet ami m'expliqua qu'il fallait "que la peur change de camp" ! Il suggéra que des assassinats ciblés sur les grands responsables de l'industrie, surtout pas les politiques qui ne sont que leurs larbins, serait de la plus grande efficacité. Nestlé, Total, ça commence à sentir le roussi ! Cela ressemble évidemment aux activités de la Fraction Armée Rouge, des Brigades Rouges ou d'Action Directe, groupes tragiquement manipulés par des intérêts d'état, mais il insista qu'il ne fallait surtout publier aucune revendication pour que les cibles et les citoyens s'interrogent, démarche brechtienne s'il en est !
Aujourd'hui toutes les solutions sont envisageables face à la catastrophe humanitaire annoncée. En Europe les sociaux-démocrates sont en train de faire le lit des fachistes comme au début du siècle dernier. Le gouvernement français est un des plus réactionnaires que nous ayons eu depuis des décennies. Le dollar, auquel nous sommes inféodés, fait saigner la planète et personne ne sait si l'hémorragie est jugulable avant la catastrophe. S'il est une certitude, c'est que l'on ne peut pas attendre les bras croisés.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac