Pas que beau

Le niveau d'eau d'une mer d'huile trace l'horizontale d'une sieste majeure. L'idée fixe est encombrante. Je me noie dans un océan de feu. Mais c'est l'eau qui m'attire. S'il a toujours fallu me retenir, je m'en barbouillais les yeux. Que le ciel marin se sente. Vue de la terre j'avais les cartes en main, les cinq éléments en une seule image, le son dessinant le hors-champ...

paquebot
Le niveau d'eau d'une mer d'huile trace l'horizontale d'une sieste majeure. L'idée fixe est encombrante. Je me noie dans un océan de feu. Mais c'est l'eau qui m'attire. S'il a toujours fallu me retenir, je m'en barbouillais les yeux. Que le ciel marin se sente. Vue de la terre j'avais les cartes en main, les cinq éléments en une seule image, le son dessinant le hors-champ. Or il n'est pas que beau de gâcher l'horizon de son arrogante silhouette. Qu'on le devine ou pas il n'est qu'un seul mirage, du latin miror signifiant s'étonner. Car j'ai quitté Paris en 1904 pour que le contrechant rime avec soleil couchant tandis que sur la platine je reposais Poulenc avant d'aller souper.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.