Rêve gigogne

J'ai rêvé que je rêvais avoir rêvé ! Certains rêves deviennent pourtant réalité...

stock
J'ai rêvé que je rêvais avoir rêvé !

Certaines nuits j'ai dormi plus que d'habitude, d'autres seulement trois heures. J'étais excité de composer les partitions sonores des cinq vidéos sur le RGPD, le Règlement Général sur la Protection des Données, que Mika avait animées d'après les scénarios de Sophie et Sonia. Je me suis levé à 3 heures du matin et j'ai attaqué direct au studio. Même si j'ai chaque fois l'impression d'écrire dans un état second, je n'avais pas rêvé.

Par contre cela avait été étrange de me réveiller avec l'annulation d'un contrat. J'aurais vendu 8 exemplaires de chaque référence du label, vinyles et CD. En ne considérant évidemment que les albums du label disponibles, j'avais compté que cela faisait près de 250 disques à envoyer. C'est un chiffre plutôt sympathique en regard des ventes actuelles dans notre domaine. Presque plus personne n'achète de disques. Quelques fondus de vinyles ont remis la machine à consommer en marche, mais c'est une toute petite niche. Les artistes qui ont enregistré ce qu'ils viennent de jouer arrivent à en fourguer tout de même un bon nombre à la fin des concerts. Sinon c'est devenu essentiellement un élément de promotion. Les journalistes continuent à boycotter le Web et les programmateurs en exigent toujours, même si les extraits YouTube leur font concurrence. J'imagine donc que le superbe album que je viens de terminer et qui sortira au début du mois prochain fera un joli présent pour mes ami/e/s, voire un bel article ici et là si l'osni (objet sonore...) leur sourit. J'ai mis le paquet. Un livret de 44 pages réalisé par Étienne Mineur, une quinzaine d'invités et le fruit d'une dizaine d'années depuis sa conception initiale. De plus, le concept devrait surprendre ou faire jaser...

Ce disque, je ne l'ai pas rêvé, ou plus exactement, voici un rêve devenu réalité ! Par contre j'ai bien rêvé que je rêvais avoir rêvé la commande de ce distributeur allemand ! Heureusement il y aura d'autres nouvelles réjouissantes en 2018 : mon disque d'abord, le premier sous mon nom seul après une centaine en collaborations, en août un duo (fondateur) de 1981 avec Hélène Sage sur Klang Galerie intitulé Rendez-vous, à la fin de l'année le grand orchestre d'Un Drame Musical Instantané avec L'homme à la caméra remasterisé et augmenté de La glace à trois faces également sur ce label autrichien. Et puis il y a le disque en cours avec le groupe new-yorkais Controlled Bleeding, mais cela prend du temps. Le temps de rêver et celui de le mettre en pratique. Pour continuer à faire des plans sur la comète, il faut que certains rêves prennent corps.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.