Musiques du monde arabe

Je ne me suis rarement senti aussi ignare en abordant un continent musical comme celui que Coline Houssais nous fait découvrir dans l'anthologie des Musiques du monde arabe qui vient de paraître. D'origine traditionnelle, elles évoluent avec le temps, passant des campagnes à la ville, traditions orales et musique savante se retrouvant dans un panarabisme aux parfums très variés...

musique-arabe
Je ne me suis rarement senti aussi ignare en abordant un continent musical comme celui que Coline Houssais nous fait découvrir dans l'anthologie des Musiques du monde arabe qui vient de paraître. L'éditeur Le Mot et Le Reste s'est fait une spécialité d'ouvrages musicaux de référence(s) comme celui-ci. Si j'attends d'avoir tout lu pour en parler, cela risque de nous emmener loin. Chacun des 100 articles relatifs à un artiste mériterait qu'il soit connecté à une base de données sonores nous offrant d'en écouter quelques extraits. Cela reste assez abstrait au vu de l'éventail qui ne se contente pas de la musique strictement arabe, mais aborde les domaines berbère, kurde, nubien, libanais, etc., donc le Moyen Orient et l'Afrique du Nord. Les textes introductifs sont déjà passionnants, en termes d'histoire et de géographie, cherchant ce qu'il y a de commun à ces musiques si diverses. D'origine traditionnelle, elles évoluent aussi avec le temps, passant des campagnes à la ville, traditions orales et musique savante se retrouvant dans un panarabisme aux parfums très variés. Elles nous sont parvenues grâce à des passeurs qui ont voué une partie de leur vie à les faire connaître, particulièrement en France, conséquence critique du colonialisme. Depuis les années 50, les disques (et les cassettes, très en vogue dans leurs pays) leur ont permis de voyager. Coline Houssais préfère le concept de florilège à celui d'anthologie, et son approche sociohistorique n'est pas pour me déplaire, bien au contraire. Tant d'articles évitent de replacer les œuvres dans leur contexte qu'on n'y comprend rien du tout.

Je suis allé jeter un œil à ma vidéothèque (le cinéma égyptien, par exemple, fourmille de comédies et drames musicaux, sans compter Oum Kalsoum, Natacha Atlas et Transes de Nass El Ghiwane) ainsi qu'à ma discothèque, mieux fournie que je ne pensais : Fayrouz, Marcel Khalifé, Nassir Shamma, Mohammed Abdu, Kazem El Saher, Mohammed Abdel, Wahab, Asalah, Nagat, Abboud Abdel 'Ral, Abdel Kalim Hafez, Idir (sur lequel j'ai réalisé un film), Lili Boniche, Line Monty, Reinette L'Oranaise, Amina Alaoui, Laayoun El Kouchi, Dahmane El Harachi, Ahallil de Gouraba, Hasna El Becharia, Cheikha Rimitti, Khaled, Cheb Mami, Sofiane Saidi, Omar El Maghribi, Cirrus, Amazigh, Tartit, des compilations algériennes, mauritaniennes, soudanaises, éthiopiennes, de très vieilles archives et de jeunes musicien/ne/s comme Wassim Halal, Naïssam Jalal ou le Fanfaraï Big Band... D'autant que c'est la musique qu'écoutent mes chats lorsque je suis absent !

Je n'en reconnais qu'une dizaine dans le choix de Coline Houssais. C'est dire que je n'ai plus qu'à lire une fiche de temps en temps, puis googliser chaque artiste pour l'entendre si je veux faire mon chemin parmi l'immense nébuleuse qui se déploie devant mes yeux, et bientôt mes oreilles. Je vais évidemment commencer par sélectionner celles et ceux dont la description semble s'approcher de mes goûts. Mais cet ouvrage risque fort de m'en faire changer au fur et à mesure de la découverte...

→ Coline Houssais, Musiques du monde arabe, ed. Le Mot et le Reste, 22€

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.