Mythologies américaines

La force des États Unis est de produire en chacun de nous une mythologie américaine, quel que soit notre point de vue, critique ou fasciné. Le cinéma y participe plus qu'aucun autre médium, fer de lance de son industrie culturelle et soft power qu'appuient même involontairement les résistances internes au pays. "Underground New York" et "The Endless Summer" en sont deux bons exemples...

bachmann-brown
La force des États Unis est de produire en chacun de nous une mythologie américaine, quel que soit notre point de vue, critique ou fasciné. Le cinéma y participe plus qu'aucun autre médium, fer de lance de son industrie culturelle et soft power qu'appuient même involontairement les résistances internes au pays. À convoquer les années 60 particulièrement riches en contre-culture, les uns s'emballeront pour son cinéma underground avec le film de Gideon Bachmann Underground New York, d'autres plongeront dans la surf culture de The Endless Summer de Bruce Brown. L'une et l'autre ont au moins le mérite d'échapper aux mythologies hollywoodiennes, formatées jusqu'à l'écœurement !

© REVOIRVIDEO
Underground New York répond à la commande de la télévision allemande ZDF en poussant la provocation tant sur le terrain politique que celui du sexe. Diffusé en juin 1968, son titre initial était Protest - Wofür ? (Contester ? Pour quoi ?) ! Il crée la polémique en présentant des cinéastes alors inconnus, des manifestations, des love-in, des spectacles psychédéliques inondés de light-shows, des scènes de nus. Voir Shirley Clarke se faire arrêter alors qu'elle manifeste contre la Guerre du Vietnam avec Allen Ginsberg, Susan Sontag et Tuli Kupferberg a quelque chose d'euphorique ou Andy Warhol vautré sur un divan de la Factory répondre évasivement par oui ou par non aux questions sur la réalité et sa mystification interroge les idées reçues. Grand fan de A Movie, j'ai un petit faible pour les séquences avec Bruce Conner commentant l'extrait de Cosmic Ray et ses manières de danseur dont ses montages sont le reflet. Côté commentaire, Bachmann s'en est justement épargné. Ainsi le livret de 50 pages accompagnant le DVD devient le complément indispensable de sa projection. De même le champ/contrechamp passionnant des bonus Jonas de Bachmann et l'extrait de Walden de Jonas Mekas, le premier montrant le cinéaste lithuanien filmer le second, complètent ce panorama où se retrouvent également Michelangelo Antonioni, Adolfas Mekas, George et Mike Kuchar, Carl Linder, Maurice Amar, Gerd Stern, Jud Yalkut, etc. Pas de hasard, Bachmann est un ancien élève de Hans Richter au City College de New York, condisciple de Clarke et Mekas. Document exceptionnel, Underground New York ravira les amateurs de cinéma expérimental.

© CarlottaFilms
Si vous trouvez que le "cinéma non narratif" est trop intello, bien que l'un n'empêche pas l'autre, vous pourrez vous régaler de The Endless Summer, film-culte de la cool attitude, où Bruce Brown suit et commente non-stop les aventures des pionniers Robert August et Mike Hynson surfant sur les vagues du Sénégal, du Ghana, de l'Afrique du Sud, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de Tahiti et d'Hawaii avant de retourner en Californie. On plane totalement, même si l'humour de Brown est souvent condescendant pour les "tribus primitives" croisées sur les plages. Le film, en cela, est fondamentalement américain, les surfers à la recherche de la vague parfaite colonisant les flots d'une hauteur typique. Tourné en 1966, devenu un véritable mythe, il fut le premier à s'intéresser à l'univers du surf et les images ont conservé la magie de ces équilibristes au milieu des grands espaces maritimes. La surf culture annonce déjà le fantasmatique sex, drugs and rock 'n roll, les hippies et la libération sexuelle dont le surf n'est qu'une métaphore.

→ Gideon Bachmann, Underground New York, DVD, Re:Voir Video, 19,90€
→ Bruce Brown, The Endless Summer, DVD et Blu-Ray, Carlotta, 20,06€ et coffret collector avec un livre de 176 pages 44,99€, sortie le 17 octobre 2016

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.