Le fiasco d'Amougies

Les premiers festivals de pop/jazz français auront décidément porté la poisse à leurs organisateurs. Le livre de souvenirs de Jean-Noël Coghe n'échappe pas au fiasco récurrent. Pourtant le Festival d'Amougies fut un évènement musical majeur en 1969, mêlant pop, jazz et musique contemporaine avec une distribution époustouflante...

amougies
Les premiers festivals de pop/jazz français auront décidément porté la poisse à leurs organisateurs. En octobre 1969, donc un an après les Évènements de Mai, la France interdit au Paris Music Festival de se tenir sur son territoire. Il échouera dans un champ belge à Amougies avec une programmation de rêve mêlant pop, jazz et musique contemporaine. L'affiche annonce Ten Years After, Colosseum, Ainsley Dunbar Retaliation, Alan Jack Civilization, l'Art Ensemble of Chicago, Sunny Murray, Burton Greene, 360° Music Experience, Free Music Group, Pink Floyd, Freedom, Keith Relf's Renaissance, Alexis Korner & The New Church, Blues Convention, Grachan Moncur III, Arthur Jones, Joachim Kühn avec J-F Jenny-Clarke et Jacques Thollot, Don Cherry avec Ed Blackwell, Martin Circus, Triangle, We Free avec Guilain, Cruciferius, Indescriptible Chaos Rampant, The Nice, Caravan, Blossom Toes, Ame Son, Archie Shepp, Kenneth Terroade, Anthony Braxton, le G.E.R.M. de Pierre Mariétan, Yes, Pretty Things, Chicken Shack, Sam Apple Pie, Frogeaters, Daevid Allen Gong avec Daniel Laloux, Keith Tippett Group, Pharoah Sanders, Dave Burrell, John Surman, Clifford Thornton, Sonny Sharrock, Acting Trio, Soft Machine, Captain Beefheart, East of Eden, Fat Mattress, Zoo, Alan Silva, Franck Wright, Robin Kenyatta, Chris McGregor, Steve Lacy, Dave Burrell Big Band, Musica Electronica Viva... Les maîtres de cérémonie étaient Pierre Lattès, et Frank Zappa qui improvisera avec Pink Floyd, Captain Beefheart, Ainsley Dunbar Retaliation, les Blossom Toes, Caravan, Sam Apple Pie et Archie Shepp !

L'été suivant les festivals de Biot et Valbonne seront des fiascos terribles, les festivaliers escaladant les barrières pour resquiller. Jean Georgakarakos, producteur des Disques BYG avec Jean-Luc Young et Fernand Boruso, et organisateur du Festival d'Amougies, mit quelques années à éponger le déficit, ce qu'il fera d'ailleurs en omettant de payer pas mal des musiciens qu'il avait enregistrés, de même qu'il lancera plus tard la lambada sans régler leurs droits aux véritables auteurs, mais là il sera rattrapé par la Sacem. Ce phénomène explique probablement l'interdiction par Pink Floyd d'exploiter le long métrage que Jérôme Laperrousaz et Jean-Noël Roy y avait tourné et qui ne fut montré qu'une semaine à Paris. J'eus la chance de participer à tous ces festivals et de voir le film alors...

J'espérais donc apprendre quelque chose du livre sur Amougies de Jean-Noël Coghe que viennent de publier Les Presses du Midi, mais il s'agit de souvenirs personnels, certes fortement illustrés, mais organisés en dépit du bon sens et souvent hors sujet. Coghe, qui s'enorgueillit surtout d'avoir été l'instigateur du festival, ne donne aucune information sur les musiciens et leurs répertoires, ne faisant pas la moindre enquête, sur Internet ou ailleurs, qui lui aurait permis de développer un propos ou de tirer quelques réflexions de son expérience. Il a raison de souligner que les sources audio qui constituent un témoignage inestimable sont "de qualité sonore plus ou moins correcte". J'en sais quelque chose puisque j'ai reconnu les avoir enregistrées avec le magnétophone pourri de ma petite sœur en 4,75cm/s ! Je les avais copiées pour un historien qui, avec mon accord, les avait laissées en partage sur le Net, sans imaginer que plus d'un bandit les commercialiseraient sous forme de bootlegs. Le fiasco s'étend aux deux CD qui accompagnent le bouquin puisque l'un et l'autre sont illisibles sur les trois platines où j'ai tenté de les écouter. J'ai eu le temps de me rendre compte de la méconnaissance de Coghe pour la partie jazz du festival et de son mépris pour la musique contemporaine qui y était programmée. Il ne se souvient pas que Martine Joste et Gérard Frémy y avaient joué du Terry Riley par exemple ! La première galette a scratché avant l'archive du groupe Here and Now et la seconde comprenant des reportages sur les festivals d'Aix-la-Chapelle et Aix-en-Provence en 1970, ainsi qu'un entretien avec Giorgio Gomelski était totalement illisible. C'est pourtant le mélange des genres qui fit du Festival d'Amougies un évènement extraordinaire qui ne reproduirait jamais. J'avais écrit un petit article en 2005 donnant quelques détails et en cherchant un peu sur le Net je suis tombé hier sur 2h28 de documents précieux compilés par un certain br1tag...

Frank Zappa in Amougies - Festival Actuel 1969 (VIDEO) © br1tag
Br1tag a donc rassemblé des reportages tournés en 1969 sur le festival d'Amougies et sur les prestations de Zappa, Pink Floyd, Beefheart, Yes, The Nice et Colosseum, recyclant hélas les images en boucle pour accompagner la bande-son... Le livre sur Amougies reste donc à écrire, tout comme l'irremplaçable film de Laperroussaz sortira peut-être un jour (l'ingénieur du son qui l'avait mixé n'était autre qu'Antoine Bonfanti !), d'autant que Pink Floyd a depuis publié une partie de son concert dans le récent luxueux coffret de 27 disques intitulé The Early Years 1965-1972...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.