Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

2870 Billets

2 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2021

The Velvet Underground et Orelsan, rebelles en cause

Coup sur coup je découvre les films récents que Todd Haynes a consacré au Velvet Underground, et Clément Cotentin à son frère, le rappeur Orelsan, avec l'aide du réalisateur Christophe Offenstein. À noter encore une fois la bascule de production cinématographique, le premier étant diffusé sur Apple TV Plus et le second sur Amazon Prime...

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Coup sur coup je découvre les films récents que Todd Haynes a consacré au Velvet Underground, et Clément Cotentin à son frère, le rappeur Orelsan, avec l'aide du réalisateur Christophe Offenstein. À noter encore une fois la bascule de production cinématographique, le premier étant diffusé sur Apple TV Plus et le second sur Amazon Prime.

The Velvet Underground - Official Trailer | Apple TV+ © Apple TV


En jouant sur le multi-écrans Haynes resitue la saga dans son temps, montage rapide, puzzle rythmé, stroboscopique. Les références au cinéma expérimental (non-narrative cinema) sont nombreuses et elles marquent le style plus fortement que les citations d'actualités historiques ou anecdotiques. Le film est d'ailleurs dédié à Jonas Mekas, dernier portrait du générique de fin rappelant qui étaient les protagonistes et ce qu'ils sont devenus. La personnalité de bad boy de Lou Reedrelègue pourtant ses acolytes à l'accompagnement, même John Cale, sauf peut-être la chanteuse Nico dont la voix grave et monotone donne sa couleur dépressive à la musique du groupe. L'influence du compositeur La Monte Young est évidente et la présence d'Andy Warhol plus suggérée que montrée. Hélas ça parle beaucoup, beaucoup trop comme presque tous les films hagiographiques sur des musiciens. Malgré le style original, parfaitement maîtrisé et en accord avec l'époque évoquée, je reste sur ma faim.

Orelsan Montre Jamais Ça À Personne - Bande-annonce officielle | Prime Video © Amazon Prime Video France


La même semaine je visionne les six épisodes de Montre jamais ça à personne sur un autre provocateur, le rappeur caennais Orelsan. Son cadet de quatre ans, Clément Cotentin, a eu l'intuition de le filmer depuis ses débuts, longtemps avant le succès et à travers toutes ses galères. L'aventure collective est là clairement exposée avec ses potes des premiers jours, le rappeur Gringe, le musicien et producteur Skread et son associé Ablaye. Le rap est affaire de clan. La camaraderie est prépondérante. La success story se suit avec intérêt et plaisir, d'autant que son personnage de trentenaire loser et paresseux est touchant et ses qualités d'observation font bon ménage avec son humour corrosif. D'épisode en épisode, son apprentissage du métier est passionnant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat