La société du spectacle par Sidney Lumet

Film visionnaire de 1977, "Network : Main basse sur la TV" préfigure la manipulation des masses par la TV et la mainmise de la mafia financière sur les gouvernements, anticipant la colère des Gilets Jaunes. La schizophrénie que déclenche un burn out entraîne les foules. L'immaturité fait accoucher une workaholic d'idées brillantes. La tentation est parfois plus forte que la prudence...

network-roncin
Le visuel très réussi, créé par Joachim Roncin pour l'édition Ultra Collector de Network : Main basse sur la TV, rappelle graphiquement René Pétillon et méchamment Massimo Mattioli, deux excellents auteurs de bande dessinée. Mais ce film de Sidney Lumet est avant tout une extraordinaire préfiguration de ce que deviendra la télévision et, par extension, notre société. Tout est déjà en place en 1977, mais nous n'étions pas à ce point conscients de l'énormité de la catastrophe, ou nous espérions que le monde se ressaisirait. Le livre La société du spectacle de Guy Debord date de 10 ans plus tôt. Sidney Lumet entrevoit le danger en révélant la manipulation de masse, que ce soit celle de la télé-réalité, mais aussi au niveau-même du Journal de 20 heures...

N.B.: Les extraits suivants peuvent figurer des spoilers pour certain/e/s lecteurs et lectrices. Je préfère prévenir car j'ai l'habitude de me livrer à de complexes acrobaties dans mes articles pour éviter de vous gâcher le plaisir de la découverte...

La Télévision c'est une illusion! - Network (1976) [VOSTFR] © Deep Green Resistance France - Le Partage
Lumet prévoit également l'affaiblissement des États qui tomberont sous la férule d'une mafia d'ultrariches à la tête de la finance internationale grâce à des lobbies et un entrisme brutal capable de générer des lois qui mèneront à l'ultralibéralisme, mettant la planète à sac...

Le monde est un business! - Network (1976) [VOSTFR] © Deep Green Resistance France - Le Partage
Même la scène célèbre où les gens se penchent à leur fenêtre criant leur colère, et qui inspira probablement une pub pour le parfum Égoïste, préfigure le ras-le-bol des Gilets Jaunes. Sauf qu'aujourd'hui le peuple se passe de gourou, ou il n'en trouve plus à sa mesure. L'élan collectif supplante la délégation, ce qui pose les véritables questions sur l'avenir. La démocratie telle qu'elle s'est pratiquée depuis un siècle s'avérant une odieuse manipulation de masse, quelles formes prendront les prochaines manifestations ? Tout reste à inventer...

Mettez-vous en colère! - Network (1976) [VOSTFR] © Deep Green Resistance France - Le Partage
Les extraits glanés sur YouTube sont certes des spoilers, mais le film est suffisamment puissant pour que vous ayez le désir irrépressible de le regarder dans son entier, en particulier grâce aux superbes interprétations de Faye Dunaway, Peter Finch, William Holden et le reste de la distribution. Lumet connaît parfaitement le monde de la télévision pour y avoir probablement autant œuvré qu'au cinéma. Même si le public français connaît mieux ses films sortis en salles comme 12 hommes en colère, Le prêteur sur gages, Le dossier Anderson, Serpico, Un après-midi de chien, Contre-enquête, Jugez-moi coupable, 7 h 58 ce samedi-là, etc., il n'a jamais fait de distinction entre les deux. Ce ne sont que des questions de budget ou de taille d'écran. Dans Network chaque personnage exprime la faiblesse de sa force et la puissance de ses faiblesses. La schizophrénie que déclenche un burn out entraîne les foules. L'immaturité fait accoucher une workaholic d'idées brillantes. Mais on a beau être sage, la tentation est parfois plus forte que la prudence...

L'entretien de deux heures avec Sidney Lumet, tourné en 2011, soit trois ans avant sa mort, est un bonus formidable. Le cinéaste revient chronologiquement sur les 44 longs métrages qu'il a filmés en 50 ans. Ajoutez Fou de rage, le livre de 200 pages de Dave Itzkoff qui semble tout aussi passionnant, mais je n'ai pas encore eu le temps de m'y plonger, les journées n'ayant que 24 heures, même les miennes !

coffret-network
→ Sidney Lumet, Network, coffret Ultra Collector limité à 3000 exemplaires, Blu-Ray+DVD+Livre, ed. Carlotta, 50,16€

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.