Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

3117 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2022

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Le bureau de mon père

En fouillant les archives familiales pour trouver des papiers administratifs concernant le décès de ma tante Catherine, je suis tombé sur une photo du bureau napoléonien que mon père allait enfin remplacer par des meubles modernes. Nous étions dans les années 60. Je devais avoir 13 ans. Au dernier étage de cette bibliothèque, l'enfer...

Jean-Jacques Birgé
Compositeur de musique, cinéaste, écrivain, etc.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En fouillant les archives familiales pour trouver des papiers administratifs concernant le décès de ma tante Catherine, je suis tombé sur une photo du bureau napoléonien que mon père allait enfin remplacer par des meubles modernes. Nous étions dans les années 60. Je devais avoir 13 ans. La bibliothèque, le bureau et le miroir était un ensemble si kitsch que mon père avait choisi un papier peint vert olive avec des couronnes dorées, peut-être par humour. Il en avait. J'imagine que ces meubles lui venaient de son propre père, reste de ceux qui n'avaient pas été volés par les Allemands après l'arrestation de mon grand-père et sa déportation, ce qui pourrait expliquer qu'il les ait conservés jusque là, à moins qu'il ait été tellement dans la dèche que l'idée ne lui serait pas venue. Après avoir vécu dans un meublé au 36 rue Vivienne dans le IIe jusqu' à mes 5 ans (je traversais seul la Place de la Bourse pour aller à l'école), nous avions déménagé pour un rez-de-chaussée 17 rue Léon Morane dans le XVe (devenue depuis rue des Frères Morane), et là, à Boulogne près de la Porte de Saint-Cloud, au 59 rue des peupliers (il y en avait de très hauts), ma petite sœur et moi avions enfin chacun notre chambre (nous avions 8 et 11 ans). Jusque là nous avions des lits gigogne et il fallait sortir le sien de dessous du mien et le déplier chaque soir. Je me souviens que dans ce nouvel appartement, au quatrième étage, nous avions des balcons et le chauffage venait du sol, un linoléum marron. Le tableau de mon père peint par mon oncle Gilbert Martin est accroché dans l'escalier de ma cave et j'ai récupéré la table basse en marquèterie réalisée par ma tante Arlette. Le reste a disparu, y compris les livres qu'on ne voit pas derrière les grillages. J'ai presque tout vendu. Il y en avait 7000 à la maison. C'était leur histoire, pas la mienne...


Au dernier étage de cette bibliothèque était rangé l'enfer de mon père. C'est ainsi qu'on appelle une collection de livres érotiques. Un soir que mes parents sortaient au cinéma, il me montra l'étagère du haut en m'interdisant astucieusement de les lire. Dès qu'ils furent partis je m'empressais évidemment d'y aller voir et je reçus tout de même un sacré choc avec certains comme les Cent vingt journées de Sodome du marquis de Sade ou les Onze mille verges d'Apollinaire. Il y avait également des photographies licencieuses des années 50 et de très beaux ouvrages graphiques (dont j'aimerais encore vendre certains). Vous pouvez imaginer que le jeune adolescent que j'étais tira largement profit de l'intégralité de cet enfer.


Nous avons finalement déménagé pas loin, 26 route de la Reine, dans un magnifique appartement dont la principale qualité était la terrasse de 200 mètres carrés qui couvrait tout l'immeuble, lieu de belles fêtes psychédéliques avant mon départ du cocon familial lorsque j'eus 19 ans. Après des années de location, mes parents ont fini par l'acheter, et ma sœur et moi l'avons vendu à la mort de ma mère, mon père étant décédé trente ans plus tôt.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier