Béatitudes

Adaptation très libre du sermon sur la montagne, à l'occasion des éléctions législatives

La presse le désignait à la foule des électeurs, parce qu’une assurance juvénile émanait de lui, et qu’il avait accompli un parcours exemplaire pour accéder au Palais des Champs-Elysées.

Il leur avait dit :

Heureux les pauvres en pensée,

Heureux les aveugles, et les crédules,

Heureux les désespérés, les aigris, les prêts-à-tout, les champions du moindre mal.

Heureuse la Très Sainte naïveté.

Grace à moi vous serez bientôt dans la sérénité et le respect international retrouvés !

Réjouissez-vous et travaillez d’arrache-pied sans attendre le secours d’un Code du Travail totalement périmé, votre récompense sera dans les Ordonnances à venir.

Ingérez sans discuter les potions magiques qui vous seront prescrites, leur aigreur vous sera salvatrice.

Tressaillez d’allégresse, votre récompense sera dans la disparition de l’Etat d’urgence devenu pratique banale et quotidienne.

Bienheureux riches et possédants, je suis votre consolation !

Ignorez ceux qui vous maudissent, ils sont dans l’erreur la plus profonde car ils n’ont jamais rien réussi aussi bien que vous.

Marchez résolument vers eux, étouffez-les de votre détermination.

Donnez à quiconque exige de vous et n’attendez plus rien des Prud’hommes, idoles sacrilèges.

Offrez à la Nation vos acquis, sans hésitation ni murmure.

Payez taxes et impôts sans rien attendre en retour.

Apprenez à reconnaître le bon guide, et faites-lui confiance aveugle.

N’écoutez pas les prophètes de malheur, chassez les de la Chambre où ils veulent entrer pour vous tromper !

Soumettez-vous, c’est pour votre seul bien !

La révolte et le refus ne conduisent qu’à la haine et au déchirement.

Ne jugez point, ne blâmez point, votez ainsi qu’il convient.

Je vous apporte l’apaisement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.