Mise à mort programmée à Marseille

Implantée depuis trente ans dans un lycée des quartiers nord de Marseille, l'artothèque Antonin Artaud fait l'objet d'une tentative de mise à mort programmée.

Décidément l’Artothèque Antonin Artaud est dans le viseur.[1]

Sans doute ébranlée par la levée de boucliers produite par son lâchage, la DRAC-Paca est partiellement revenue sur sa décision de couper les vivres à ce lieu unique en France puisque implanté dans un établissement d’enseignement, un lycée des quartiers nord  de Marseille.

C’est alors que le loup vient de sortir du bois. Les nains maléfiques, véritables zombies, présidant aux destinées de la Ville ont décidé en catimini de supprimer leur contribution pour l’année 2017. (N’oublions pas que Marseille fut une dérisoire Capitale de la Culture en 20013.)

Le journal La Provence daté jeudi 19 octobre 2017 l’annonce ainsi : « La Ville, qui versait jusqu’à présent 9000 € à l’artothèque, a annoncé qu’aucune aide ne serait apportée en 2017. »

L’année tire bientôt à sa fin, quel bel exemple de gestion prévisionnelle de la part des édiles ! Fielleux, ils renvoient la balle vers la Région et la Drac.

Le budget de l’artothèque se trouve ainsi délibérément amputé de plus de 50%. Quelle institution pourrait faire face sans aucun préavis à un tel coup du sort ? C’est bien d’une mise à mort programmée qu’il s’agit.

Quoi faire ? Impossible de prétendre se substituer à quiconque en préconisant quoi que ce soit. Toutefois, face aux attaques insidieuses venant de toutes parts, il parait fort aventureux de penser que le David culturel des quartiers nord de Marseille, puisse faire plier le Goliath du Vieux Port. Alors pourquoi l’ensemble des associations mises en péril par un obscurantisme sournois ne se réuniraient-elles pas pour tenter d’affronter l’immonde, et organiser une vigoureuse protestation ?

L’urgence commande, il n’est que temps !

[1]  Voir articles précédents sur les réalisations de l’Artothèque Antonin Artaud, à Marseille, et ses démêlés avec les pouvoirs officiels : Rapport à un cas d’école (3 octobre 20174) ; Art et pouvoir politique (9 octobre 2017).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.