Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2013

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Angola : filiation et corruption

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Photo Bruno Fonseca /4See/ Eyevine

Eduardo Dos Santos à gauche, sa fille Isabel au centre.

Isabel Dos Santos est la fille aînée d’Eduardo Dos Santos qui dirige l’Angola depuis 1979, sans jamais avoir été élu démocratiquement. Lorsque cette même Isabel s’est mariée en 2003, avec un collectionneur d’art congolais, un avion a été affrété depuis la Belgique pour amener les choristes chargés de chanter au mariage et deux avions spéciaux sont venus de France pour acheminer les reliefs des agapes. Coût total d’après le Guardian : 4 millions de dollars dans un pays où une très grande majorité de la population ne vit qu’avec 2 dollars par jour et où, par ailleurs, le nombre d’analphabètes est un des plus élevés d’Afrique. Si, vue d’Europe et de France en particulier, Isabel Dos Santos n’est pas très connue, néanmoins le magazine financier américain Forbes l’a consacrée comme la première des milliardaires d’Afrique.

Forbes, dans l’article consacré à la fille aînée du dirigeant angolais, a clairement posé cette question, qui est toujours sans réponse : How did a 40-year-old woman who started out with just one restaurant come into such a vast fortune? Comment une jeune femme de 40 ans a-t-elle atteint une aussi vaste fortune en ayant commencé avec un restaurant ? Un authentique miracle de la gestion ? Déjà il est difficile de saisir la compétence présumée d’Isabel Dos Santos, et le rapport entre ses études, non abouties, d’ingénieur en électricité à Londres et la gestion d’un restaurant quelconque à Luanda, où, selon Rafael Marques de Morais, journaliste angolais spécialisé dans la lutte contre la corruption, l’on attend sa commande deux heures et son addition une heure. Mais là n’est pas le plus grave, d’autant qu’Isabel Dos Santos avait parfaitement le droit de se découvrir une passion pour la restauration. Non, la question première est : avec quel argent a-t-elle acquis ce restaurant à l’âge de 24 ans alors qu’elle n’avait aucune fortune personnelle ?

Avec la fortune de papa ? Mais Eduardo Dos Santos, formé à Bakou dans l’ex-URSS, où il a rencontré la mère d’Isabel, comme ingénieur spécialisé dans le pétrole, n’a, lui non plus, aucune fortune personnelle. Seulement, lorsqu’en 1975, l’Angola se détache de la tutelle portugaise pour devenir un pays indépendant à part entière, Agostinho Neto, dirigeant du MPLA, Mouvement Pour la Libération de l’Angola, sort de la clandestinité et devient le premier président. Et à sa mort, en 1979, Dos Santos lui succède et prend la tête du pays, sans l’ombre d’une élection démocratique. Toutefois, il serait injuste de classer l’Angola dans la même catégorie de dictatures que celle du voisin zimbabwéen Robert Mugabé, d’autant que, la volonté de Dos Santos de tendre vers la démocratie a été enrayée par une terrible guerre civile en 2003 qui a opposé le MPLA et l’UNITA. Il n’en demeure pas moins que les seules traces de consultation démocratique remontent à 2008, année où le MPLA a obtenu des résultats écrasants aux législatives. Mais de présidentielle point. Et depuis 1979, Dos Santos est confirmé à la tête du MPLA, et donc de l’Angola.

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Dos Santos est désormais classé parmi les principales fortunes de la planète. Il convient de préciser que le sous-sol de l’Angola regorge de pétrole, de diamants, d’or, de phosphates, entre autres. Pendant 33 ans la famille Dos Santos a fait main basse sur les richesses du pays et possède désormais les entreprises chargées de l’exploitation du pétrole, des diamants, la télévision, l’immobilier. Donc, c’est en toute logique que la fille aînée, surnommée la « princesse », se retrouve à la tête d’une fortune qui ne lui appartient pas plus qu’à son dictateur de père. Dans son évaluation des efforts pour lutter contre la corruption, l’organisation anti-corruption Transparency a classé l’Angola au 168ème rang sur 178.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss