Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité, membre du CA de la Convention pour la 6ème République.
Abonné·e de Mediapart

552 Billets

20 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2009

Le Booker Prize 2009 à Hilary Mantel

Le jury du Booker Prize 2009, prix littéraire britannique équivalent en quelque sorte du Goncourt, a délivré un verdict aussi inattendu que mystérieux, lundi 6 octobre.

Jean-Louis Legalery
professeur agrégé et docteur en anglais retraité, membre du CA de la Convention pour la 6ème République.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le jury du Booker Prize 2009, prix littéraire britannique équivalent en quelque sorte du Goncourt, a délivré un verdict aussi inattendu que mystérieux, lundi 6 octobre. En effet alors que tout le monde attendait soit John Maxwell Coetzee, pour ce que le Guardian appelait un hat-trick littéraire, référence faite au footballeur qui marque trois fois pendant un match puisque l'excellent romancier sud-africain l'a déjà obtenu deux fois, soit à la remarquable Antonia Susan Byatt, le choix s'est étrangement porté sur un strapontin du deuxième rang. La shortlist contenait, hormis J.M. Coetzee et A.S. Byatt, d'autres grands talents tels que Simon Mawer (The Glass Room), que tous les critiques espéraient, ou bien encore Adam Foulds (The Quickening Maze) ou Sarah Waters (The Little Stranger).

Le prix semble avoir été attribué d'une voix de majorité à Hilary Mantel, donc, pour Wolf Hall, fiction historique qui revisite la vie de Thomas Cromwell, principal - on ne parlait pas à l'époque de premier - ministre de Henry VIII, accessoirement comte d'Essex, très utile à son souverain pour organiser le divorce d'avec Catherine d'Aragon. A ne pas confondre avec l'autre Cromwell, Oliver celui-là, et très puritain chef du Commonwealth, parenthèse dictatoriale dans l'histoire ininterrompue par ailleurs de la monarchie britannique. Dire que le Booker Prize 2009 suscite l'engouement et provoque l'enthousiasme serait très exagéré.

Même au très sérieux Guardian, les voix sont discordantes. Sarah Crown s'est interrogée, dans l'édition du 7 octobre, avec ce titre très explicite : Booker Prize 2009 for Hilary Mantel: did the right woman win? Avant de se rattraper au bastingage dans le corps de son article en affirmant : On a remarkably strong shortlist, her novel stood out for me. Dans le même journal, Mark Brown exprime un peu plus clairement ses réserves, dans l'exergue de son article, Was Hillary Mantel a worthy Booker prize winner? Si deux journalistes du même quotidien se demandent, pour l'une si Mantel est un bon choix, pour l'autre si elle est à la hauteur, voilà qui ne va sans doute pas encourager ceux et celles qui ne connaissent pas cette romancière à la lire. Le Booker Prize est peut-être entré dans une nouvelle ère, puisque tout le monde reconnaît que, si Mantel n'était absolument pas la favorite des critiques, elle était archi favorite des libraires et du public. Did you say that history is business? No, I didn't say anything...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn