Une honte pour la France

La visite du premier ministre israélien, le jour des droits humains, est une double honte pour la France

Une honte pour la France

Dans sa marche en avant tout azimut, notre Président a perdu à la fois toute pudeur et toute cohérence. Ce dimanche, 10 décembre, jour où la planète célèbre les droits humains, il va recevoir Benyamin Netanyahou, le premier ministre d’Israël, un des hommes les moins recommandables de la planète, aussi bien dans sa vie personnelle que dans sa fonction politique. Poursuivi par la justice de son pays pour plusieurs affaires de corruption, c’est surtout comme premier ministre d’Israël depuis huit ans qu’il est connu pour ses innombrables et constantes violations des droits humains.

Le Président de la République va accueillir celui qui se félicite et se réjouit de la décision, dangereuse et encore toute chaude, prise par le président des Etats Unis, Donald Trump : la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’état d’Israël, décision qu’il a pourtant lui-même condamnée. Où est la cohérence ?

100 ans après la « Déclaration Balfour » qui engageait le lancement de la procédure d’un état israélien, 70 ans après le plan de partage de la Palestine voté par l’ONU le 29 novembre 1947, il y a presque un an, en décembre 2016, la résolution 2334 votée par le conseil de sécurité avec, pour la première fois, l’abstention des USA, dénonçait pour la nième fois la colonisation israélienne dans les territoires occupés. Israël qui s’est toujours moqué des résolutions du conseil de sécurité des nations unies, a déclaré qu’il ne la respecterait pas plus que les 226 résolutions précédentes, dont nombre n’ont jamais été suivies d’effet. Israël est le seul état qui peut se permettre de narguer ainsi sans conséquence les résolutions du conseil de sécurité des nations unies.

Israël est aussi aujourd’hui le seul état au monde qui peut encore se vanter de posséder des colonies, alors que, selon le droit international, toutes les colonies de Cisjordanie sont illégales. Depuis son arrivée au pouvoir, Benjamin Netanyahou a accéléré la colonisation israélienne, en violation de la loi internationale, rendant de plus en plus impossible la solution de la crise israélo-palestinienne par la création de deux états. Les quelque 400 colonies et les routes de contournement qui les relient entrainent la segmentation du territoire palestinien et le déstructurent, s’appropriant les zones aquifères et les terres fertiles. Voilà le monsieur qui est invité en France par le chef de l’état.

A propos de terres privées en Cisjordanie, volées aux palestiniens pour les besoins de colons à la demande du ministre de la justice, un éditorial récent du journal israélien Haaretz titrait le 17 novembre 2017 : « Israël agit comme une organisation criminelle qui fonctionne selon ses propres lois et est persuadée qu’on peut la considérer comme un organe juridique ». C’est donc le chef de cette organisation criminelle qu’Emmanuel Macron va accueillir, sans honte, ce dimanche.

Et ne parlons pas de la prison de Gaza… qui serait un autre chapitre.

Merci, Monsieur le Président, de déshonorer ainsi notre pays.

Jeudi 7 décembre 2017

Jean-Louis Marolleau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.