ET SI ON PLACAIT EN DETENTION PREVENTIVE LES PERSONNES SOUPCONNEES D’EVASION FISCALE…

Juste une petite idée inspirée par l'interview de Sarkozy. Appliquer la détention préventive aux fraudeurs fiscaux.

ET SI ON PLACAIT EN DETENTION PREVENTIVE LES PERSONNES SOUPCONNEES D’EVASION FISCALE…

Il l’avait déjà dit, mais cette fois, interviewé par David Pujadas le 7 octobre, il l’a clairement annoncé aux téléspectateurs du JT de France 2 : s’il revient à l’Elysée, Sarkozy soumettra à référendum, en même temps que les élections, deux propositions : l’une sur l’immigration ; l’autre sur la sécurité. A ses yeux, l’invasion migratoire, d’un côté, les candidats au jihad, de l’autre, représentent les dangers majeurs pour l’équilibre et la stabilité de notre société. Alors, sus au rapprochement familial, symbole de l’immigration, qui n’accroit pourtant le nombre d’immigrés que de quelques milliers de personnes. Mais surtout, sus à ceux qui ajoutent, sans le savoir, une fiche S à leur identité.

Sans doute, Sarkozy n’est-il pas assuré du résultat, mais il « fait le choix de la démocratie » et s’en remet à la sagesse du peuple français. Malgré l’illégalité de la mesure et l’opposition résolue des magistrats comme de nombreux policiers qui veulent s’en tenir au droit, il demandera que soient placées en détention préventive toutes les personnes fichées S. Pour combien de temps ? Sur quel motif d’inculpation ? Menace à l’ordre public.

Sarkozy me donne alors une idée qui pourrait être encore beaucoup plus rassurante pour la France et pour le monde : pourquoi ne mettrait-on pas également en détention préventive toutes les personnes soupçonnées d’évasion fiscale ? Ne représentent-elles pas un danger aussi grave, sinon beaucoup plus, pour la société que des individus soit disant radicalisés ? Les dizaines de milliards d’euros qui manquent à l’économie française, et les milliers pour le monde, qui mettent à genoux des pays comme la Grèce, ne constituent-elles pas une menace de déstabilisation intégrale de nos sociétés ? Permettant l’accumulation de fortunes vertigineuses, la fraude fiscale accroit les inégalités lesquelles engendrent des tensions sociales dangereuses. C’est le versant financier de la sécurité, le plus souvent oublié.

Jean-Louis Marolleau

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.