LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE

Comment la devise nationale dont la France est si fière est-elle pratiquée? Telle est la question. La liberté est de plus en plus grignotée au nom de la sécurité; les inégalités ont rarement été si profondes; quant à la fraternité, existe-t-elle encore?

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE

Au moment où l’actualité dramatique ramène sur le devant de la scène les valeurs de la République, il est peut-être bon d’examiner brièvement comment est mise en œuvre aujourd’hui dans notre pays la devise nationale dont nous sommes si fiers.

LA LIBERTE

C’est incontestablement la valeur dont le cours est le plus haut et toujours à la hausse depuis des décennies, portée par le libéralisme économique dont le ressort est la recherche du profit maximum, en particulier, des entreprises. Plusieurs lois contenant des articles qui auraient pu permettre de lutter plus efficacement contre l’optimisation ou la fraude fiscales ont été retoquées par le Conseil Constitutionnel au nom de la liberté d’entreprendre. Inversement, la loi sur le secret des affaires bride la liberté d’informer, mais c’est au nom d’une autre liberté, la protection des affaires, laquelle permet de couvrir des pratiques plus ou moins occultes qui ne pourront donc plus être dénoncées par la presse ou des lanceurs d’alerte.

Dans notre société émiettée, la conception de la liberté se réduit souvent à la capacité de faire, sans contrainte, ce qui plaît. Toutefois, il faut noter que, depuis quelques années, cette liberté, si précieuse et à laquelle chacun tient, est de plus en plus rognée par des réglementations, des restrictions, des interdictions qui l’encadrent étroitement au nom de la sécurité.

L’EGALITE

Alors que les inégalités n’ont jamais autant prospéré, devenant aussi abyssales qu’absurdes, à l’image des milliardaires dont le nombre s’accroit et dont les fortunes se multiplient chaque année sur toute la planète, peut-on encore parler de l’égalité comme d’une valeur nationale ? Quand « la richesse des 1% les plus riches de la planète correspond à celle de 90 % de la population mondiale, soit 6,9 milliards de personnes, et que les milliardaires du monde entier, qui sont aujourd’hui au nombre de 2 153, possèdent plus de richesses que 4,6 milliards de personnes, soit 60% de la population mondiale »[1], l’égalité a-t-elle encore un sens ? C’est comme la ligne d’horizon qui s’éloigne au fur et à mesure qu’on croit s’en approcher.

LA FRATERNITE

C’est incontestablement la valeur pauvre de la République, sans doute parce que, par nature, la plus difficile à pratiquer et qu’elle contredit les tendances spontanées de la nature humaine, qui, comme celle des autres mammifères, pratique la lutte pour la vie que nous appelons de mots plus doux, « concurrence » et « compétitivité », qui ne vont pas, spontanément, avec la fraternité. L’exécution épouvantable d’un professeur de collège qui tombe dans les avatars et le contexte de la loi sur les séparatismes donne des ailes à tous les xénophobes et autres racistes qui voient l’ennemi dans l’étranger, surtout s’il est d’une autre religion. Le Pacte de l’Europe sur les migrations s’inscrit plutôt dans une perspective de défense des pays européens et du renforcement des frontières que d’un accueil fraternel de ceux qui sont jetés sur les chemins des migrations.

Ainsi, aussi bien dans l’enseignement que dans la société en général, il serait urgent de questionner ce que porte notre si ambitieuse devise nationale, bravement affichée au fronton de nos mairies comme de nos établissements scolaires et ce que nous en faisons. Il est vrai qu’elle place la barre très haut, voire quasi inaccessible. Raison de plus pour ne pas non contenter de l’enseigner à nos enfants, mais de vérifier comment nous, adultes, travaillons à la mettre en œuvre dans nos entreprises, nos services publics, nos organisations, nos collectivités locales, nos associations, et à l’inscrire dans nos lois et nos réglementations pour que ces mots, si précieux mais abstraits, deviennent vivants et prennent corps dans toute la société devenant plus libre, plus égalitaire et plus fraternelle.

 

[1] Rapport Oxfam 20 janvier 2020.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.