Mediapart...c'est fini pour moi.

Le ligne éditoriale du journal est claire à mes yeux. C'est celle qui épouse les contours des "ennemis" de Mr Plenel. Il s'agit donc d'un outil présenté comme démocratique mais centré sur sa figure de proue. Celle prête à dispenser une morale et privilégier des intérêts/motivations à géométrie personnelle.

Médiapart c'est fini et dire que c'était une promesse digne de mes premiers amours.

Je résilie, enfin, car j'aurais du le faire depuis bien longtemps.

Depuis que Mediapart se soit acharné à faire élire Macron à l'unisson de toute la presse écrite et audiovisuelle, privée et publique.

Mécanisme parfaitement huilé: on commence par tuer Fillon, ensuite on discrédite Mélenchon supposé empêcher l'union à gauche derrière Hamon, lorsque Hamon semble inverser la donne on moque ses idées (revenu universel, taxe robots), son style, sa "marginalité" et lorsque le PS ainsi représenté s'effondre avant l'élection on dépoussière la Grosse Berta au tir assourdissant au son Venezuelien, Cubain, Russe, Bolchévique contre LFI.

Le second tour assuré du Hérault ainsi promu on termine le travail avec le plus classique des catéchismes manichéen du bien contre la mal, du blanc contre le brun, du propre contre le sale, de l'Europe contre les barbelés nationaux, de la Shoa contre les révisionnistes et gare à qui ne saurait prendre parti : haro sur les abstentionnistes et ceux qui disent ne pas vouloir avaliser la projet de Macron. Ceux-là sont amoraux et indignes.

En oubliant bien sûr de souligner que système électoral qui crée une majorité quelque soit les forces en présence porte avec lui une perversité majeure: le sentiment de ne pas être entendu, ni représenté et une exaspération croissante. Les conséquences ? Médiapart s'en soucierait-il? Cela pourrait-il justifier quelques enquêtes ?

Jupiter gouverne avec 25% du corps électoral derrière lui, convenez que c'est bien peu.

Vous choisissez vos thèmes, vos enquêtes, votre rythme de diffusion et décidez de votre "réactivité" par rapport à l'actualité.

J'ai compris votre manière de fonctionner. Elle va de pair avec les indignations, inimitiés, amitiés et intérêts  de Mr Plenel.

Au final c'est un journal comme bien d'autres: petit-bougeois, bobo, ultra-conformiste, démocrate-chrétien, élitiste, moraliste et partisan.

N'en déplaise à votre conférence de rédaction, pointer les "éléments à charge" pour alimenter le bar du commerce, défendre et accréditer l'idée d'une parfaite indépendance de la justice dans les perquisitions contre LFI sans s'interroger sur l'exceptionnel dispositif déployé suffit à démontrer vos intentions.

Car vous savez qu'on trouvera bien peu. L’enquête  du service public est à tout le moins "risible", pour ne pas dire plus...

Vous m'avez déçu et même dégoûté.

Je quitte sans regret la réalité que vous avez construite, mais avec nostalgie de l'idée de base.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.