jean loup Pintaux

retraité transducteur

Romeyer - France

Sa biographie
12 05 16. De la poussée anti mondialisation. J'estime que le processus de mondialisation est un processus naturel parfaitement normal, et biologiquement cohérent avec les principes de croissance d'un organisme au sein de son hôte. C'est irréversible, et s'intègre dans un processus évolutif. Ceci étant posé, reste à définir en quoi la mondialisation marchande – libérale – diffère d'un processus biologique évolutif sain. Un processus évolutif sain se caractériserait d'abord par des échanges égaux, volontaires, symbiotiques – ou, au moins, saprophytes. C'est ainsi que les organismes complexes se sont constitués depuis la nuit des temps, agrégeant algues, champignons, bactéries, virus, et autres. Le système de mondialisation à l’œuvre depuis quelques millénaires – comment nommer autrement les échanges continentaux ou inter îliens d'artefacts, de coquillages, de populations ?- , a présenté plusieurs facettes. Les échanges inter îliens dans le Pacifiques, était d'égal à égal, fondé sur l'usage. Par exemple. Il n'y avait pas sujétion d'un dominé à un dominant. Ce n'était pas un rapport de prédation. Revoir toutes les études de Strauss, de Mauss, et de tant d'autres. La mondialisation libérale, elle s'est toujours faite dans un rapport de force, de prédateur à proie, de dominant à dominé. Dans la violence. La mondialisation grecque, la mondialisation romaine, la mondialisation musulmane, la mondialisation capétienne, espagnole, portugaise, hollandaise, l'anglaise, française, américaine, se sont opérées au fil de l'épée. Pour paraphraser certain écrivain, ce fut l'extension du domaine de prédation. Et tous, sans exception, ont fini par se faire bouffer par un autre, un peu plus gourmand et un peu plus jeune, ou disposant d'un avantage spécifique, par l'asséchement des ressources, ou un bémol géophysique. Grosso modo, cela s'est joué sur le modèle de la conquête impériale, militaire. Que ce soit à la massue, au fil de l'épée ou a coups de canons. L'Europe, elle, a décidé, selon le principe bien connu : Si tu ne peux vaincre un adversaire, fais en un allié, après quelques empoignades bien saignantes et ruineuses, de s'unir après le dernier carnage. Dans l'euphorie d'après guerre. Il est à noter que, au départ, il était prévu des étapes pour progressivement aligner normes, polices, forces armées, lois, justice. Pour aboutir à un système fédéral : Les Etats Unis d'Europe. C'est du moins ainsi que cela fut vendu. L'espoir pour l'avenir, les générations futures. Le hic, c'est que ceux qui voulaient aligner les lois, se sont fait doubler par ceux qui refusaient les lois, les règlements, l'état : Les libéraux. Avec le modèle anglo-saxon – foncièrement inégalitaire et prédateur - en tête, particulièrement après l'entrée de l'UK dans la CEE. Pompidou porte, pour cela, une lourde responsabilité. Et depuis, l'Allemagne s'étant convertie au libéralisme, cela a été de mal en pis. Les USA, officiellement grands chantres du libre échange, pratiquent allégrement divers procédés protectionnistes – manifestement pas assez, vu la situation des classes moyennes inférieurs - , mais , nous, européens, en bon prosélytes récents, ne protégeons pas nos activités en situations défavorables. Nous avons refusé d'unifier nos systèmes législatifs, sociaux, policiers, militaires, fiscaux… Nous ne sommes pas unis ! Nous sommes en compétition les uns contre les autre. Nous sommes divisés. Faibles. Et le prix est faramineux ! Tant que nous nous contraindrons à suivre le modèle libéral anglo-saxon, nous irons dans le mur. Les anglo-saxons ont élaboré leur modèle après s'être fait virer du continent par les français. Il a été conçu contre le modèle continental français, basé sur le long terme, l'économie – l'écologie ? -, par des aristocrates s'enrichissant par le pillage, le butin. Je ne tente pas ici de nier les outrances criminelles de certains monarques français. Voire de certaines républiques. Je constate seulement que le mouvement des enclosures fut le départ de toute une politique de prédation qui s'est développée ensuite. Et si les anglo-saxons , les libéraux, traitent la France de pays arriéré, rétif à la modernisation, aux réformes de structures – vulgate habituelle - , c'est peut être parce que ce n'est pas dans nos chromosomes politiques ! Nous avons abolis les privilèges, les droits héréditaires, gravé dans la pierre La Liberté, l’Égalité, la Fraternité. L'égalité et la fraternité brillent par leur absence dans la pensée anglo-saxonne. Particulièrement depuis Darwin. La pensée anglo-saxonne, prédatrice, viscéralement inégalitaire, belliqueuse et accapareuse, a dévasté les USA, et toute leur aire de prédation. Dont nous faisons partie. Les industriels ont dépaysé, externalisé, désindustrialisé à qui mieux mieux. Mettant ainsi les populations sur la touche, les insécurisant, les traitant comme des variables d'ajustement négligeables. La finance, totalement dérégulée, joue au casino, se contrefoutant allégrement des conséquences de leurs inepties. Londres brille, vénéneuse hors sol drainant les gros parasites mondiaux ! Mais, la population tend la main vers les fourches. Cela se produit partout dans le monde. Quand un infestation parasitaire attaque un organisme, il progresse pendant un temps. Puis commence une réaction immunitaire, qui finit, généralement, par mater le parasite. Je pense que l'organisme Humanité a analysé l'ADN de l’intrus, qu'elle lance maintenant une contre offensive. Quand un organisme est victime d'une attaque, il élève sa température, peut être atteint de fébrilité, d'éruptions, de spasmes, de fortes éliminations par les émonctoires. Cela va donc se traduire par quelque chose qui va ressembler à une guerre civile, et militaire, des bouleversement géophysiques, une décimation de populations, une remise à plat de toute la biosphère. Et donc de notre rôle dans cette biosphère. Dont nous dépendons totalement pour la satisfaction de nos besoins primaires. Ce que les anglo-saxons ont manifestement oublié ! En fait, il se pourrait aussi que l'évolution de Gaïa l'ait amené à un stade ou elle se nymphose et réalise une mutation adaptative, en se servant de nous pour ce faire. Mais… il s'agit quand même de coévolution, dont nous sommes donc les acteurs. Acteurs conscients vu nos capacités intellectuelles dont nous a doté – dans quel but, au fait ? Hasard et nécessité ! - l'évolution. Nous nous réaliserons alors comme système neuro-végétatif de notre hôte. Mais ce n'est encore qu'une vision personnelle. Je pense que nous pouvons déjà éliminer tout ce qui se trouve actuellement tout ce qui se trouve 10 mètres au dessus du niveau de la mer, une bonne partie de l'Asie, de l'Amérique du Nord, des îles du Pacifique, d'une grosse partie de l'Afrique. 2/3–3/4 du clade humain. Un coup de force 12 !! Alors, je pense que le sachant, le plus sage serait de commencer à équiper des zones de refuges, avec équipements de secours, des réserves, des exomémoires conséquentes, du matériel, hors des grandes axes d 'échange, là ou iront se réfugier tou(te)s celles et ceux qui fuiront les zones sinistrées, c'est à dire, la moyenne montagne. L'avenir décidera. Mais, en fait, c'est maintenant que cela se décide. A cet endroit, les programmes des candidats de droite sont révélateurs. Ils choisissent leur camps, celui des prédateurs, des diviseurs, zélés grouillots du Comité des Forges. L'aboutissement du libéralisme, c'est la guerre de tou(te)s contre tou(te)s. Au service de qui ? L'esclavage pourrait bien reprendre du service. Les quatre « gros » prétendant composent bien certains quatre cavaliers. La succube incarnant fort bien le cinquième. Qu'ils en assument les conséquences. Ce qui est navrant, c'est qu'en face, on brille par son absence. Une situation qui mène droit à une explosion sous peu. Ceci dit, explosion ou pas, les disputes sur la loi El Khomri, et les turlupinades de la droite feront figure de foutaises quand nous serons au cœur de la tornade. Cela fera mûrir la pensée. Qui seront les Cauchon, les Guises, les Dupanloup, les Maurras, les Drieu la Rochelle, les Brazillach, les Bousquet, les Bonny et Laffont,, les Doriot, les Déat, les Laval de demain ? Le choix est vaste ! Qui prend les paris ? Le vieux dans la montagne.
Son blog
8 abonnés Le blog de jean loup Pintaux
  • 45 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous