ela se gâte

La course au cacao est une impasse écologique, et nous sombrons dans la déraison.

Cela se gâte. 30 10 16

Il se tient un grand raout sur le chocolat. Le Vietnam devient un acteur majeur de la filière chocolat. Mais tout le monde sait que la filière en question ne se porte pas bien. Le problème, c’est que cette activité, éminemment spéculative est entre les mains d’un lobby fort puissant qui ne peut envisager l’avenir, comme il le fait depuis des lustres, que sous l’angle de la hausse de ses bénéfices. Je ne parle pas du maintient ! Et pour cela, capitalisme oblige, il faut diminuer les coûts. Et sur quels postes peut – on diminuer les coûts ? La main d’œuvre, bien sur !

Il faut savoir que le cacaoyer, est un arbre, soumis à un cycle biologique, et qu’il pousse sur de la terre. La terre s’épuise, particulièrement en mode industriel. Il faut donc traiter. Ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Hors, la majorité des producteurs, actuellement, sont des petits producteurs, habitants des zones pauvres. La culture du cacaoyer est très éprouvante, les parcelles sont petites. Souvent les plantations sont anciennes, et perdent de leur productivité. Alors les acheteurs – les industriels – payent des clopinettes, et les petits producteurs, usés, coincés, acceptent des prix ridicules. La solution est alors de défricher, et d’agrandir les plantations. Alors, on passe de pays producteurs miracles en pays producteurs miracles – on parle alors d’acteurs de la filière. D’Amérique du sud à l’Afrique, d’Afrique en Amérique du sud, d’Amérique du sud en Asie – le Vietnam, par exemple – les proies à pomper se succèdent. Et les terres s’épuisent, la forêt disparaît, et les chocolatiers s’engraissent toujours plus. Les hommes, qui ne sont que des pauvres sous développés, tout juste bons à trimer, la forêt qui disparaît, qui s’en préoccupe ? Combien de chocolat mangez vous par an ? Ben oui, c’est bien vous qui achetez. C’est bien pour satisfaire vos désirs, vos envies, que tout ceci se produit. Quand vous croquez votre carré de chocolat, vous provoquez la disparition de la forêt, et vous êtes responsables de la misère des petits cacaoculteurs. Le commerce éthique ? Qui le contrôle ? Certainement pas les producteurs ! Pourquoi s’attaquer aux producteurs de coca, alors que c’est la demande qui augmente ? Et à qui cela profite – t il ? Quand cessera cette supercherie, et quand des gangsters – il faut nommer les racketteurs – cesseront -ils d’avoir le champ libre ? On nous fait la morale, parce que nous volons une barquette de viande ! Mais qui parle d’éthique à propos de ces vampires mercantiles ? Faudra -t-il que la transgression énergétique flanque tout par terre pour que nous cessions de jouer aux cons ? Parce que, avec l’abattage massif des forêts, le réchauffement climatique – 4 ° à la fin du siècle, en fourchette basse – quel monde allons nous laisser à nos enfants ?

Il y a quelques années, j’énonçais que, dans la logique de Gaïa organisme doté d’un système immunitaire, nous risquions de voir se multiplier les « accidents » géo climatiques. L’Italie centrale vient de se payer un quatrième séisme en 1 mois ! Nous avons gagné 0,8° en 40 ans. Les tornades, typhons, et autres amusements se multiplient. La mer monte. Les glaciers fondent. On nous raconte, à la télé, qu’à la fin du siècles, la mer aura pris 4 mètres ! Logiquement nous devrions voir aussi – c’est commencé – le nombre d’éruptions volcaniques se multiplier.

J’énonçais également que, vu l’augmentation de la « pression »socio économique, et les modifications géo et magnéto telluriques, nous allions voir les cas de « folies » se multiplier. Salman Rushdie déclare que nous sommes dans une période de multiplication des monstres. Et il faut avouer que c’est mondial ! Mais on voit des stations de sports d’hivers se livrer à de aménagements aussi titanesques que écologiquement catastrophiques, et ce sans autorisation, pour gagner davantage de fric. Il faut être sérieusement dérangé pour faire cela !

Nous sommes en train de basculer dans un délire morbide, et cela va mal se terminer. Peut -on raisonnablement croire que les abominations auxquelles se livrent certaines nations, certaines tribus, certaines sectes, certaines entreprises, pourront ne pas avoir de suites ? Ne pas entraîner vers pire ?Ne pas être sanctionnées ?

Nous sommes en train de jouer notre survie sur cette planète. La réaction immunitaire de Gaïa va nous cueillir méchamment. Et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas, que nous n’étions pas prévenus ! Nous allons apprendre, sous la verge de fer ! Et ceux qui auront fauté, recevront leur paiement, avec les intérêts. Ce n’est ni charitable, ni chrétien. Je sais ! Mais cela me révulse tellement, que, parfois, la peine de mort me semblerait bien douce. Mais, qui suis je pour décider de la vie ou de la mort de quelques millions de personnes que Je juge mauvaises ? Alors que je sais que cela ne réglerait absolument rien. Je ne me nomme pas Duterte ? Il est bien dur d’être humain !

Le vieux dans la montagne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.